Mozhan, premier enseignement de l’Âme

Partagé par Stéfania, UC italienne

M T Keshe a formé les premiers humains dans l’espace, en utilisant la technologie du plasma ! Cette méthode de voyage utilisant la protection des Magravs plasmatiques pour le mouvement pour les futurs systèmes spatiaux sera appelée le système MOJHAN (Magnetically Originated Joint Habitation And Nutrition / Ensemble d’habitation et nutrition de par les champs magnétiques). La formation a eu lieu de mai à juillet 2017.

Stéfania faisait partie du groupe et elle a partagé ses expériences dans la course 1Nation1Race de la semaine dernière.

Pendant la formation, personne n’a été autorisé à prendre des notes ou à utiliser un autre appareil d’enregistrement. C’était le premier enseignement approfondi au niveau de l’Âme – personne n’avait besoin de s’inquiéter s’il ne comprenait pas tout tout de suite. On a dit aux participants de se détendre ; les pièces du puzzle se mettaient en place à leur propre rythme.

Et il y a eu des expériences étranges ; par exemple, lors d’une promenade nocturne détendue avec un co-étudiant, Stéfania a soudain senti qu’elle comprenait tout (satori) ; à ce moment, elle a regardé ses bras et ses mains – ils étaient devenus bleus. Cette perception a été confirmée par sa compagnie. Plus tard, M. Keshe a fait un commentaire à ce sujet : son énergie a dû passer du mental (âme de la forme physique) à l’Âme et cela a changé le filtre. Le cerveau est le filtre qui atténue l’énergie de l’Âme pour matérialiser le corps, ce qui a eu pour effet de changer la couleur de sa peau.

Lorsque nous faisons trop d’efforts ou que nous réfléchissons trop, ce genre d’expérience ne peut pas se produire. Lorsque nous utilisons notre volonté, nous donnons proportionnellement plus d’énergie au mental et moins à l’Âme. C’est un peu ce qui se produit quand nous pouvons nous détendre et croire que l’Âme sait parfaitement ce qu’elle doit faire, alors nous “faisons confiance au processus” et notre énergie/attention s’écoule naturellement davantage vers l’Âme. Cet état favorable a tendance à se produire plus facilement lorsque nous sommes généralement de bonne humeur – et moins lorsque nous sommes inquiets. En effet, les sentiments de bonheur, de joie et d’amour gravitent plus près de l’Âme, tandis que les sentiments de doute et de peur se trouvent loin de l’Âme, plus près du domaine matériel. Il est donc essentiel de faire du bonheur la priorité dans notre vie … et tout le reste se mettra naturellement en place.

Nous pouvons voir cette vérité se refléter dans notre langage : parfois, nous exprimons notre bonheur en disant que “nous nous sentons si légers” et lorsque nous rencontrons une personne profondément malheureuse, nous disons que “cette personne est vraiment lourde”. C’est-à-dire que lorsque nous nous sentons vraiment légers, nous pourrions voler …

Cette expérience et d’autres similaires vécues pendant la formation ont montré très clairement à Stéfania que la capacité à faire confiance à l’ensemble du processus et à ne pas s’inquiéter était et reste la voie à suivre pour se rapprocher de son Âme. Elle a compris que la compréhension rationnelle ou mentale ne nous amènera pas à ce stade. Si vous regardez bien : la simple “volonté d’obtenir quelque chose” est la contrepartie agressive de la confiance absolue d’un petit enfant.

Elle a également compris que la forme même de la formation Mozhan, à savoir une retraite, aidait le processus : tous les participants étaient dans une situation d’immersion. Pendant la durée du cours, ils ont été retirés de leur “vie normale” avec tous les soucis, les inquiétudes et les obligations. Libérés des soucis quotidiens, ils étaient libres de “suivre le courant”. La structure du cours était donc comme un confinement, un lock-down. La déconnexion structurelle des exigences de la vie quotidienne libère l’esprit. Et nous n’avons pas besoin d’une structure physique pour créer cet ambiance ; mais nous pouvons générer la même liberté par nos pensés ; nous pouvons décider délibérément de ne plus écouter les exigences de “notre vie quotidienne” ou comme le dit M. Keshe :

“ne vous souciez pas du niveau de la matière – regardez les champs”.

Autre point important : M. Keshe nous a appris que si nous voulons matérialiser quelque chose, il suffit d’en créer les conditions. Avec “condition”, il ne fait pas référence aux conditions matérielles comme les plaques de métal, le GaNS, etc :

  • Le but de notre souhait est-il conforme au principe universel ?
  • Sommes-nous alignés sur le processus de matérialisation ? = Ne contredisons-nous pas notre souhait ?

Les conditions ne concernent donc pas le “comment faire” mais “qui est l’auteur”.

De plus, nous nous souvenons que toute création a 3 composantes :

  1. Le Principal (les paquets d’énergie universels non spécifiques)
  2. La Transition (notre attention/intention = c’est la condition)
  3. La Matière (l’environnement dans lequel nous nous trouvons)

La première et la troisième condition sont constantes, nous n’avons aucune influence sur elles, elles sont données. Seule la deuxième condition est une variable, ouverte à notre contribution.

“Au moment où vous lâchez tout – vous aurez tout.” Stéfania

Pendant la formation, elle a remarqué que la frontière entre le rêve et la réalité devenait souvent floue ; elle était souvent incapable de juger si ce qu’elle vivait était “réel” ou “un rêve”. Cette situation se produit naturellement lorsque nous sommes dans une situation où notre rêve devient en effet une réalité. Nous voulons tous que nos rêves deviennent réalité, mais avons-nous le courage de laisser un rêve devenir réalité ? Ou sommes-nous trop accrochés à la réalité matérielle ?

À la fin de la formation, M. Keshe a montré à tous les participants comment voler avec l’Âme. Ils devaient se préparer et ensuite, au moment prévu, ils devaient s’asseoir en formation d’étoile – 3 étaient assis sur de petites chaises au sol et Stéfania était assise sur une autre chaise montée sur une table. Bientôt, elle a senti que ses jambes et ses bras devenaient très légers, que son rythme cardiaque changeait et que son corps commençait à léviter ; mais ensuite, son corps s’est incliné à 45º sur le côté et est retombé sur la chaise. Puis à nouveau la légèreté et le soulèvement, l’inclinaison et le retour … il est devenu très clair pour Stefania qu’au moment où son corps lévitait, elle ne pouvait pas lâcher prise, elle ne pouvait pas laisser faire, alors elle a arrêté le processus. Elle a empêché la force qui la traversait de continuer à monter et à sortir naturellement par sa tête ; mais elle a résisté au processus et l’énergie ne pouvait pas la traverser directement mais sortait de son côté en inclinant son corps de 45 degrés.

Elle a appris de cela que le seul obstacle était sa peur, qui est un manque de confiance – nous avons besoin d’une confiance totale, que l’Âme peut tout gérer, que nous pouvons lâcher prise totalement et lui faire confiance !

“Nous devons vraiment travailler sur notre confiance et notre capacité à lâcher prise dès maintenant, pour être prêts à vivre la situation quand le vrai moment arrivera.

Tout cela est plus facile que vous ne le pensez.

La peur est liée à un manque de compréhension et tout ce qui arrive reflète vnotre compréhension – ou notre manque de compréhension”. Stéfania


Les Mayas, notre avenir ?

Extrait du livre “Le Livre du Destin” de Carlos Barrios

Lors de la lecture du chapitre : “L’histoire inconnue”, j’ai été ébloui de voir à quel point la description de l’auteur ressemble à ce que M. Keshe nous dit sur notre avenir. Il nous enseigne que notre avenir est sur le point de commencer lorsque nous abandonnerons notre dépendance du mental qui veut tout contrôler et que nous confierons la gestion de notre vie à notre Âme. Au sein de la trinité de notre être, le corps est l’espace de la manifestation, le mental/l’âme de la forme physique est le serviteur et l’Âme est le maître.

Les Mayas habitent une vaste zone en Amérique centrale, du Mexique au Salvador. C’est une culture très ancienne dont les origines remontent peut-être à des temps antérieurs à l’époque de l’Atlantis et de Mu. Les Mayas croient qu’ils viennent de la constellation des Pléiades ; dans les environs de cette constallation, un trou noir a été découvert. Les différentes tribus nomment leur origine Tulàn, qui signifie “Paradis”.

En substance, la culture maya est basée sur l’harmonie et l’équilibre, suivant l’ordre naturel de la Mère Nature – en d’autres termes, le Principe Universel. Leur culture est basée sur les célèbres calendriers mayas, selon lesquels nous venons de commencer l’ère du 5e soleil JOB AJAW, une période de 5 200 ans commençant le 21 décembre 2012.

J’aimerais vous présenter le texte original du chapitre du livre de Carlos Barrios intitulé “Histoire inconnue” (avec de petites modifications ; nos commentaires sont en bleu) :

L’Humanité originale était composée des êtres sages et puissants – tout à fait égale à leur créateur. Leur regard englobait toute la Terre Mère, ils n’avaient pas de langage en tant que tel mais transmettaient leurs pensées et leurs visions par le biais d’images (communication ou communion par l’Âme). Leur force et leur puissance étaient sans limites. Leurs pensées étaient les pensées du Créateur et l’essence héritière était son essence, le Grand Père, Cœur du Ciel. Rien ne leur était inconnu, sauf la mort. À cette époque, tous les êtres humains, où qu’ils habitent sur cette belle planète, ont été tout aussi magnifiques en marchant sur la face de cette belle Terre.

Ce sont nos origines vierges ; nous n’avons pas évolué à partir de singes, mais nous sommes venus d’origines beaucoup plus évoluées que nos cultures actuelles : nous venons du peuple védique, comme l’appelle Anastasia. Nous avons été créés à l’image du Créateur et nous avions tous ses aspects, ses qualités et ses pouvoirs.

Puis nous sommes tombés de ces hauteurs à cause de notre mauvaise conduite sur le plan matériel…

Cependant, le cœur de leurs descendants s’est rempli d’orgueil et de vanité. Ils étaient si arrogants qu’ils croyaient avoir le droit d’utiliser le reste de la création pour satisfaire leurs désirs et leurs caprices personnels. Puisqu’ils n’avaient aucun respect pour les autres, que pouvaient attendre d’eux nos frères les animaux, les arbres sages et les créatures aquatiques ? De plus, que pouvait attendre d’eux la Terre mère ou le Créateur ?

L’orgueil faisait croire à ces êtres qu’ils étaient aussi grands que leurs créateurs et bientôt ils oubliaient leurs créateurs. Ainsi, Heart of Sky a fait appel au Créateur, au Créateur, au Formateur et au Donneur de vie. Après consultation, les dieux décidèrent de limiter le pouvoir qu’ils avaient donné à ces êtres.

Ce n’était pas une punition, mais une conséquence découlant du Principe Universel. C’est l’harmonie avec l’ordre naturel qui maintient la totalité de la création en vie. Lorsque l’harmonie n’est pas respectée, une “puissance supérieure”, l’Âme, intervient et remet tout à sa place.

Le conseil des dieux a donc accepté de brouiller les yeux des êtres humains, et leur vue est aujourd’hui limitée ; ils ne peuvent plus voir les images avec lesquelles le reste de la création communique ; cela signifie qu’ils ne peuvent plus utiliser le langage de l’Âme. Les dieux ont fermé les oreilles des humains pour qu’ils n’entendent que ce qui est proche ; ils ne peuvent plus entendre les sons de l’Univers. Ils ont perdu leur force intuitive ; leur pouvoir n’est plus que matériel. Et ils ne voient pas le but pour lequel ils ont été créés.

Avant, ils savaient tout sauf la mort – maintenant, ils ne connaissent que la mort, mais ils sont inconscients de tout le reste. Et toutes ces discussions d’opinion dans les médias et entre amis sont insensées, parce que nous avons perdu notre cadre – la raison pour laquelle nous sommes ici.

Le monde est né parce que le Créateur/l’Âme aimait cette idée. La réalité est née dans l’espace magique de la NAJT, ou espace-temps. Pour mieux comprendre, nous pouvons comparer Najt à une imprimante 3D. Il ne crée pas vraiment quelque chose, il ne peut pas inventer, car tout ce qui se manifeste existe déjà au niveau de l’Âme en tant que potentiel, idée ou pensée. Si nous vivons en accord avec notre Âme, nous avons tous la capacité de donner forme aux manifestations de l’énergie, ou Plasma. Lorsque nous perdons cette innocence avec laquelle nous sommes nés, nous perdons la capacité de nous manifester et nos vies s’emmêlent dans l’inconscient ; et c’est alors que nous devenons fragiles et mortels.

Tous leurs pouvoirs leur ayant été retirés, l’humanité a été perdue ; le Créateur a donc envoyé les premiers Grands-Pères : B’alameb’, B’alam K’itze’, B’alam Aq’ab’, Majukutaj, I’ki’ B’alam.

Ils venaient aussi des Pléiades et étaient de grands sages, des visionnaires et d’incroyables sorciers. Ils avaient conservé toutes les qualités des êtres humains originels, que nous avons perdues à cause de notre arrogance. Leur patrie est devenue notre patrie, leurs traditions nos traditions, leur héritage notre mode de vie. Ils nous ont tout appris parce que l’endroit d’où ils viennent est Najt, là où la réalité se produit. Lorsqu’ils sont arrivés dans notre monde, ils étaient désorientés, comme s’ils étaient perdus en dehors de leur réalité. Ils aspiraient à leur lieu d’origine et à leur dignité mais ils ont été envoyés par le Grand Père pour avoir des descendants et peupler la terre afin de se souvenir de leur Créateur et Créatrice.

Ces grands-pères ont fondé la culture maya pour enseigner à tous comment revenir au principe universel et retrouver ainsi l’accès à tous nos pouvoirs originels. Pour éviter une nouvelle chute, les Mayas ont vécu depuis lors comme une société théocratique et leur ordre social et leur orientation individuelle se sont développés en suivant les différents calendriers : vous êtes né sous un signe particulier, qui a déterminé votre chemin dans la vie ; votre famille et la société autour de vous le savaient aussi et ont tout fait pour vous soutenir dans votre chemin.

Et pourtant, cela s’est reproduit…

“L’étape de l’évolution dont nous faisons partie aujourd’hui n’est pas seulement pour nous. Cette évolution est pour l’ensemble de l’Univers – un nouveau départ et une nouvelle vie pour tous. Maintenant, le scientifique est l’égal du prophète ; nous remplacerons les religions par la science. L’humanité se comprendra faisant partie d’une seule création et d’une seule religion unifiée. Je m’attends à ce que cela se produise quelque part après le mois de novembre de cette année.

L’humanité est devenue une partie du Créateur, non pas en termes de physique, mais en termes d’Âme. Voyons où va l’Âme de l’homme et où les Âmes de l’univers entrent en jeu pour élever l’Âme de l’homme. Maintenant, l’Ame de l’homme est faible et les champs de l’Ame de la Communauté Universelle sont forts et élèveront l’Ame de l’homme”. M. Keshe


Ce fait va changer votre vie (et le monde)

Par Ziad Masri, nous présentons la transcription ici. C’est un énoncé simple et clair qui confirme également la façon de travailler par l’Âme choisi par le Conseil Universel.

Qui est prêt à transformer le monde ?

Albert Einstein l’a dit : “La réalité n’est qu’une illusion, bien que très persistante.”

Ce qu’il voulait dire, c’est que le monde physique est une illusion. Comme un film projeté sur un écran – si vous êtes contrarié par un personnage du film et que vous sautez et battez son image sur l’écran… vous ne faites que déranger les autres spectateurs. La vérité cachée de la réalité est que c’est un univers construit sur une énergie pure – une conscience pure. Elle n’apparaît et ne se sent solide que parce que c’est ainsi que notre cerveau est programmé pour la percevoir et la sentir. Pourtant, cette conscience n’a pas de frontières physiques. Elle est intimement interconnectée partout.

Mais malgré cette connaissance qui a été écrite dans d’innombrables textes mystiques anciens, et prouvée à maintes reprises par la science moderne, nous continuons à nous comporter comme si ce n’était pas vrai. Nous continuons à utiliser l’ancien modèle de paradigme d’un univers physique lorsque nous essayons de changer le monde et de résoudre ses problèmes. Lutte contre la pauvreté. Lutte contre la destruction de l’environnement. Lutte contre la cruauté envers les animaux. Lutte contre les politiciens corrompus. Lutte contre l’injustice et la haine. Et pourtant, nous ne réalisons pas que notre combat même contribue à perpétuer ces problèmes !

Parce que nous vivons dans un univers purement énergétique, basé sur la conscience. Et lorsque nous luttons contre un problème ou une injustice avec de la colère et de la résistance dans notre cœur, notre conscience ensemence littéralement le champ énergétique de l’humanité avec une énergie négative contractée. Ainsi, même si vous semblez aider sur le plan physique et que ce pour quoi vous vous battez semble s’améliorer, il n’y aura pas de véritable solution ultime car la graine énergétique que vous avez plantée sera vivante. Et elle s’unira à d’autres énergies du même type provenant du monde entier et imposera la manifestation de nouveaux problèmes. Car c’est ainsi que la réalité fonctionne réellement = la conscience crée littéralement la réalité physique.

Notre état de conscience, ainsi que celui de tous les autres habitants de la planète, est ce qui crée l’avenir de notre planète, instant après instant. Donc ce n’est pas vraiment important ce que vous FAITES mais ce que vous PENSEZ ou plus encore ce que vous SENTIEZ !

Mais – parce que nous avons été mal éduqués et mal informés – souvent nous ne comprenons pas ce simple fait. Et nous nous battons pour un monde meilleur sur le plan physique, alors que notre conscience sous-jacente sert de modèle pour que plus d’injustice et plus de problèmes naissent dans le monde. Et c’est un cercle vicieux qui ne s’arrêtera pas tant que nous ne serons pas tous conscients de la vérité.

La vérité est qu’aucun combat, aucune protestation et aucune campagne ne pourra créer un changement réel et durable tant qu’il y aura de la colère, de la haine et de la résistance dans nos cœurs. Nous avons suivi cette voie futile pendant des siècles. Un problème est résolu et un nouveau surgit à sa place, rendu nécessaire par l’énergie négative qui a résolu le premier.

Quand réaliserons-nous qu’il doit y avoir un meilleur moyen ?

En fait, cette meilleure solution nous a été prouvée il y a quatre décennies, mais personne n’y a prêté attention. En 1978, une étude scientifique a été menée sur un groupe de 7 000 méditants qui ont médité pendant 3 semaines dans un état d’amour et de paix. Ce qui s’est passé ensuite a été absolument stupéfiant : on a découvert que pendant cette période,

– le taux de criminalité mondial a baissé de 16% !

– Le nombre de suicides et d’accidents de voiture a diminué dans le monde.

– Plus étonnant encore, l’activité terroriste mondiale a diminué de 72 % !

Réfléchissez un instant à cela !

Le monde entier a littéralement changé à cause d’un groupe de seulement 7 000 méditants = 0,00009% de la population mondiale ; qui sont restés en cohérence dans un état de conscience supérieur. Un état d’amour et de paix. Et ce résultat s’est produit précisément parce que nous ne vivons pas dans un univers physique. Ces puissantes vagues d’amour et de paix ont été ressenties inconsciemment par toute la conscience collective de l’humanité – simplement parce que nous sommes déjà Un – que nous le sachions ou non. Ces méditants ont affecté le comportement de masse sans même que les gens ne s’en rendent compte !

Il est donc temps pour nous de prendre conscience de ces vérités sur notre réalité. Il est temps pour nous de laisser tomber le vieux paradigme qui nous dit que le monde va changer en se battant pour le changement. Et il est temps d’adopter le nouveau paradigme qui donne à chacun d’entre nous le pouvoir de changer le monde de manière réelle et durable.

Grâce à l’incroyable pouvoir de notre conscience. Il n’y a pas de limites à notre pouvoir lorsque nous nous alignons sur une vision plus vraie du monde dans lequel nous vivons. L’amour que nous ressentons dans notre cœur est un pouvoir réel que nous avons. C’est littéralement la force la plus puissante sur Terre. Ce n’est pas un cliché – nous avons juste été conditionnés à croire qu’il n’a pas d’effet réel. Mais nous avons vu que son pouvoir change absolument le monde. Et une personne – VOUS – en a des quantités illimitées à planter comme graines dans la conscience collective.

Alors commençons dès maintenant. Fermez vos yeux, ouvrez votre cœur et envoyez de l’amour au monde. Sentez la paix et laissez votre conscience y demeurer. Chaque seconde que vous passez à faire cela réécrit littéralement l’avenir de notre planète avec un nouveau schéma énergétique. Et si vous êtes censé agir physiquement pour aider le monde, celui-ci sera spontanément inspiré par l’amour et sera infiniment plus puissant que celui qui est alimenté par une juste colère. L’amour peut conduire à des actions courageuses et affirmatives. Cela ne signifie pas être passif. Et même sans action physique, vous contribuez à changer le monde à un niveau énergétique fondamental qui crée réellement la réalité.

Vous êtes le super-héros et le sauveur que vous attendiez.


Pas d’Évolution sans comprendre les Émotions

Que sont réellement les émotions ?

Au niveau de notre corps, c’est l’interaction entre l’Âme et la forme physique qui crée l’émotion. Et cette émotion a été le plus grand problème de l’Humanité. En fait, les émotions positives comme l’amour, la gentillesse, la compassion et la joie ne posent aucun problème. Le problème, ce sont les émotions négatives comme la colère, la haine, la jalousie, la peur etc.

Les émotions peuvent être comprises et traitées de deux façons : elles peuvent être perçues comme si elles provenaient du monde extérieur. Ainsi on leur crée une réalité indépendante de notre volonté, avec nous comme victimes ; et nos réactions sont des réactions automatiques – la fuite ou le combat. En voici la séquence ou la chaîne de commandement qui impose des comportements indésirables ou destructeurs :

  1. Notre mental est dirigé vers le monde extérieur, matériel. Nous percevons ce monde comme ayant une réalité, une existence en soi .
  2. Tout ce qui se passe à l’extérieur est perçu comme si ça nous arrivait. Nous sommes fondamentalement victimes de ce qui se passe au niveau du monde matériel.
  3. Nous prenons automatiquement tout ce qui vient du monde matériel personnellement ; nous jugeons toute expérience négative soit comme un affront ou menace à notre personnalité.
  4. Ces jugements automatiques déclenchent des émotions négatives, que l’on croit réelles et justifiées.

  5. Les émotions provoquent une série de réactions automatiques.

Pendant toute cette séquence d’événements, nous ne vérifions jamais si tout cela est “vrai” ; en fait, nous ne vérifions jamais dans notre for intérieur si nous voulons un tel type d’enclenchement d’événements tel que nous le vivons. Vu de proche, en réagissant , nous ne VIVONS pas notre vie car nous sommes sur le pilote automatique, nous sommes dans une transe hypnotique. Nous nous intéressons seulement à “avoir raison” et oublions complètement “d’être heureux et en paix“…

Mais d’autre part, les émotions peuvent aussi être comprises comme venant de notre for intérieur en tant que langage de notre Âme, qui essaie de nous communiquer où nous nous situons par rapport à elle : dans l’alignement ou au contraire le désalignement. À la lumière de cette compréhension, l’émotion négative ne nous demande aucun jugement ou réaction. C’est simplement un message de notre GPS intérieur qui nous fait signe que nous sommes actuellement sur la mauvaise voie en quête de bonheur. Cette vision crée une séquence d’événements totalement différente :

  1. Notre mental se concentre à l’intérieur et nous sommes beaucoup plus intéressés par ce que nous ressentons plutôt que par la façon d’avoir raison ou de gagner. Dans ce cas, nous pouvons percevoir le monde comme une scène de théâtre mettant en scène, pour ainsi dire, le message de notre Âme. En ce sens, le monde matériel extérieur n’existe non par lui-même, mais dans la projection de ce qui se passe à l’intérieur de nous.
  2. Tout ce qui se passe à l’extérieur ne fait que nous montrer comment nous avons quitté le chemin du bonheur. Par conséquent, nous sommes maîtres de ce qui se passe dans le monde matériel. Nous savons que le monde changera si nous modifions nos émotions, c’est-à-dire si nous répondons au message de notre GPS de l’Âme en corrigeant notre trajectoire.

  3. Nous prenons les choses provenant du monde matériel beaucoup moins personnelles ; elles sont comme un professeur pendant une leçon de conduite qui nous dit comment conduire différemment lorsque nous sommes malhabiles.

  4. Dès lors nous pouvons toujours ressentir des émotions négatives, mais sans qu’elles ne déclenchent de réactions.

Nous savons maintenant que les émotions sont notre GPS qui nous indique en permanence et en temps réel où nous nous trouvons par rapport à notre âme – en alignement ou en désalignement. Notre âme vit toujours à l’intérieur du Principe Universel : je suis ici pour rendre service à tout le monde. Le désalignement se produit donc lorsque nous, en tant que personnalité ou mental, décidons de ne pas suivre le chemin de notre Âme, parce que nous avons un agenda personnel. Et comme l’Âme ne touchera jamais à notre liberté personnelle, elle n’interférera pas avec notre agenda personnel, car elle ne peut tout simplement pas suivre des intérêts personnels. Ainsi, en réalité, c’est notre personnalité/mental qui s’éloigne de l’Âme ; et c’est ainsi que le fossé entre notre Âme et l’âme de la forme physique (système corps/metnal) s’élargit.

Notre GPS intérieur nous fera d’abord prendre conscience d’un désalignement en nous donnant des sentiments négatifs. Lorsque nous décidons de ne pas l’écouter, elle, l’Âme, augmentera le volume de sa voix en nous faisant ressentir de la douleur. Lorsque nous ne faisons toujours pas attention, elle pourra nous donner des symptômes de maladies.

La connexion entre l’Âme et le corps est comme un élastique. Il ne peut être étiré que jusqu’au point où il se casse. Quand nous n’écoutons pas notre Âme, l’élastique s’étire de plus en plus jusqu’à ce qu’il casse – le triste résultat final étant la mort physique. Nous pouvons appeler la mort physique “l’accident ultime”. Cela arrive parce que nous résistons à notre Âme au point qu’elle ne peut plus supporter la connexion avec l’âme de la forme physique.

Nous devons apprendre à gérer nos émotions, car les émotions insatisfaites gardent l’Âme en otage de la forme physique ; et lorsque nous sommes capables de satisfaire les émotions, elles relâchent leur emprise sur l’Âme et la laissent libre. Et bien sûr, la première étape pour satisfaire les émotions est de les comprendre pour ce qu’elles sont. En d’autres termes, si nous ne comprenons pas les émotions, nous pensons que nous devons contrôler notre vie par le biais de notre personnalité/mental . Comment pouvons-nous faire confiance à notre Âme si nous ne sommes pas du tout sûrs qu’elle existe ? Sans l’Âme qui “dirige” notre vie, nous vivons dans une illusion, dans une sorte d’état hypnotique – nous ne vivons pas vraiment.

Nous avons vu qu’en comprenant les émotions pour ce qu’elles sont réellement, nous ne diminuons pas seulement leur pouvoir sur nous, mais nous avons aussi la possibilité de les changer. Les émotions au niveau physique nous font réagir automatiquement, mais en les comprenant, nous pouvons échapper à leur contrôle car nous pouvons les voir pour ce qu’elles sont vraiment – des messages envoyés par notre GPS intérieur. À l’heure actuelle, cela semble être la seule alternative à la libération de l’Âme qui s’est dissociée par le biais d’une mort physique.

En réalité l’Âme est beaucoup plus puissante que l’âme de la forme physique ; mais elle ne touchera jamais à notre “liberté personnelle” ou notre ‘’libre arbitre’’. Et en utilisant cette liberté, nous pouvons décider de tourner le dos à l’Âme et au Principe Universel ; l’Âme ne fera pas obstacle, mais elle ne s’écartera pas le moindrement du Principe Universel. Ce sera nous qui nous serons éloignés du Principe Universel et d’elle, créant ainsi un fossé grandissant.

Le mental peut s’obstiner tellement qu’il crée une couverture si lourde sur l’Âme que celle-ci étouffe et se sent prisonnière. Vous pouvez soulever cette couverture soit en changeant la circulation sanguine autour du cerveau (comme par exemple dans l’état de sommeil, le pouls et la pression change, ou par d’autres exercices de yoga), soit en diminuant la force des émotions en comprenant le rôle qu’elles jouent ; dans les deux cas, l’Âme prendra le dessus sur la forme physique.

Jusqu’ici, nous avons appris que nous pouvons changer notre conditionnement par le physique, ou le mental, mais nous pouvons également intervenir du côté de l’Âme. En suivant ce chemin-, nous pouvons comprendre nos émotions et ces mêmes émotions chargées par l’essence de l’Âme bloqueront une action automatique. Dans l’exemple du policier raciste qui tue un noir en plein jour, il n’a pas d’émotions. Mais avec l’implication de l’âme, l’élévation de son âme va lui faire ressentir ce qu’il est en train de faire. Ensuite il pourrait ou s’arrêter dans son geste, ou il en souffrira terriblement après avoir commis ce meurtre. Des recherches ont été faites sur les soldats qui sont allés à la guerre et ont tué; même s’ils s’en vantent en premier lieu, ils vivent une vie d’enfer horrible ensuite.

« Il est très facile de changer/contrôler l’émotion – la nôtre et celle des autres – un mot gentil ou un toucher de compassion, peut ramener beaucoup de Paix. Et une fois que vous êtes au niveau de l’Âme, vous pouvez atteindre n’importe qui directement au même niveau ; vous vous asseyez en quelque sorte dans l’Âme d’une personne et vous savez ce qu’elle va dire avant même que les mots ne sortent de sa bouche. » M. Keshe

C’est pourquoi nous devons apprendre à être des bons VIVANTS. Pour mieux comprendre cela, peut-être que l’enquête suivante pourrait être utile. Chaque matin, au réveil, nous pourrions nous poser les questions suivantes

Être un bon VIVANT signifie que nous devons relever le défi et être bons dans les 4 rôles. Et c’est notre amoureux ou notre conjoint qui doit en être l’arbitre. Si notre amoureux répond à toutes les questions positivement , alors nous sommes devenu une personne pacifique. C’est alors que le Conseil Universel pourra créer un monde pacifique avec nous.

Ou bien vous vous allongez à côté de votre femme, de votre mari ou de vos enfants et, dans vos pensées et vos sentiments, vous vous mettez dans l’état de : “Je t’adore”. S’ils se tournent vers vous ou s’ils font « mmmh », vous pouvez ressentir la proximité et vous n’avez plus besoin de parler, car alors vous êtes connectés au niveau de l’Âme.

Un autre exercice est le ToucherSansToucher : Connectez-vous à votre Âme et pensez à une personne. Dans votre esprit, tendez lui la main et touchez la avec tout votre amour. Si elle se sent touchée, vous avez appris la force de l’Âme au-delà de l’état de matière.

Cette partie de l’enseignement de l’Âme est censée nous faire sortir du comportement de vie d’un animal inférieur (entièrement au niveau de la matière) pour nous élever au niveau d’un véritable Humain, le niveau de l’Âme.

Il existe une tribu en Afrique où tout le monde vit selon le Principe Universel. Ils sont nés en tant que garçon ou fille, mais ce n’est que vers l’âge de 12-14 ans que leur sexe est finalement décidé. Le choix du sexe se fait au niveau de l’Âme – elle doit être heureuse de ce choix, afin de pouvoir suivre inconditionnellement le Principe Universel. Elle doit également être satisfaite de son choix car elle doit être en équilibre avec les autres Âmes afin que toutes soient en Paix.

Dans l’exemple ci-dessus, la tribu peut être dans une situation où il y a moins de filles que de garçons ; alors un des garçons deviendra naturellement une fille à partir de ce moment pour apporter l’équilibre. Ou bien la mère d’un enfant est morte et l’enfant n’a plus de mère, un homme se transformera en femme pour pouvoir “remplacer” la mère et rétablir l’équilibre dans la tribu. Tout est pris en compte et se déroule sans heurts lorsque les Âmes prennent position et “gèrent” la vie physique.

Comment la science du plasma peut nous aider

Nous pouvons en fait utiliser la Coupe de l’homme pour connaître nos émotions. La Coupe de l’homme est conçue pour être la deuxième entité avec laquelle nous pouvons interagir. C’est le bac à sable dans lequel nous pouvons apprendre à nous familiariser avec les interactions et les émotions qui en résultent, à en connaître la signification et la force.

Pour ce faire, nous utilisons les GaNS de Cup1 et Cup2 dans un réacteur dynamique. Comme nous pouvons contrôler chaque réacteur et sa force individuellement pour observer les changements dans les interactions et les sentiments qui en résultent. Grâce à ce dispositif, qu’on peut se procurer à la fondation Keshe, il nous sera facile de ne pas prendre les émotions personnelles, car elles sont provoquées par l’interaction entre la Coupe de l’homme et nous : Nous tournons le bouton de vitesse des moteurs pour modifier nos émotions. Cette Coupe de l’Homme Universelle nous apprendra comment donner le contrôle de notre vie à l’Âme.

Les émotions comme moyen de communication

L’émotion qui résulte de l’interaction entre l’âme du physique et l’Âme universelle n’est en rien différente de l’interaction que nous pouvons avoir avec les autres membres de la communauté universelle : leur Âme interagit avec la nôtre et cela crée toute la gamme des émotions. La prise de conscience de l’effet des interactions est la même dans toutes les dimensions possibles. Les interactions entre les différents êtres donnent un message à l’Âme de ce qui est l’intention ou le souhait de l’autre. Et ce message se présente sous la forme d’une émotion. Nous pouvons voir comment notre Âme réagit et, à partir de là, comprendre les émotions qui en découlent.

Nous pouvons voir maintenant que les émotions sont l’interface entre les deux parties que les deux comprennent : Les champs qui sortent de l’Âme de l’être n°1 interagissent avec les champs qui sortent de l’Âme de l’être n°2, créant ainsi une interaction, nous donnant accès à toute la gamme des émotions. La même chose se produit dans notre propre système : ici, c’est l’interaction du flux du sang (âme de la forme physique) avec le flux des champs de l’Âme qui nous donne accès aux différentes émotions.

Réacteur à double cœur pour l’élévation de l’âme

Du 172e atelier des chercheurs de connaissances

Prenez une quantité de 100% PL-ZnO et un mélange de 80% PL-ZnO et 20% PL-CO2. Mettez-les dans un réacteur dynamique et laissez-le fonctionner ; ne vous attendez pas à une interaction. Laissez-le élever l’Âme de l’homme à travers la planète. Vous savez comment une bougie qui est allumé dans le coin d’une pièce sombre, dissipe instantanément toute l’obscurité ?

Maintenant, vous pouvez voir la puissance du GaNS et la puissance de l’interaction des champs à travers le monde avec le CO2 et le ZnO et élever les âmes avec. Faites cela d’une manière très agréable pour enlever la peur que l’on peut ressentir par rapport au Corona, parce qu’on fait de sa peur une réalité. Ajoutez une touche de PL-MgO et vous relierez l’émotion à la forme physique. Ainsi vous n’aurez plus peur. L’âme est déjà élevée par le GaNs.


Par les Émotions vers l’Âme

Notre vie est une fabrication fantasmagorique

Par Eric Baret, “Le Sacre du Dragon Vert”, Editions Almora

Ce ne sont pas les traumatismes qui nous empêchent de vivre, l’événement ne compte pas, c’est la façon dont on y fait face. Chaque événement traumatique, après avoir passé, est toute de suite transformé en mémoire. L’événement devient une image, une pensée. Et la mémoire est très volatile et totalement non-fiable : chaque fois qu’on y pense, on la change.

On croit avoir besoin de souffrir. « Comment puis-je vivre alors que ma femme m’a quitté ? Comment puis-je vivre alors que j’ai un cancer ? Comment puis-je vivre alors que ceci, cela ? » Ce n‘est qu’une histoire. L’événement ne compte pas. On base sa vie sur des pensées qui justifient la dépression : ” …mais quand même, j’ai bien le droit d’être déprimé, quand on voit mon père, ma grand-mère, quand on voit ma vie ! “ On essaie toujours de justifier la souffrance, on lutte pour le droit à la souffrance ; c’est cela l’existence humaine. C’est très difficile à admettre. Si l’on vous dit : “il n’y a aucune justification à la souffrrance, Vous créez votre souffrance de toute pièce”. Bien sûr, c’est difficile à entendre ; mais il est encore plus difficile de vivre selon cette image. Alors tôt ou tard, il faut l’entendre et se rendre compte que lorsque l’on arrête de prétendre la justification à souffrir, on est libéré à l’instant même. En un instant, il n’y a plus de psychologie, plus d’histoire. Il n’y a plus rien à accomplir dans sa vie, plus rien à devenir, plus rien à éviter.

Le Mensonge

Tiré de L’enseignement public en portugais, 29 mai 2020

La définition de la science du plasma peut être vue selon le schéma suivant :

  1. Sur la gauche, nous voyons la situation dans la vérité : au niveau de l’Âme (soleil supérieur), l’interaction transmet la couleur verte et la même couleur apparaît au niveau du mental/l’âme de la forme physique (soleil inférieur).
  2. Sur la droite, l’interaction au niveau de l’Âme est rouge alors que la personne B essaie de la communiquer en vert. C’est le mensonge.

Seul le mental peut mentir ; l’Âme est absolument incapable de mentir parce qu’elle n’a qu’une seule motivation ou un seul but, le Principe Universel. Le mental, cependant, peut avoir un agenda caché, en essayant de faire passer quelque chose qui est “une lumière rouge” au niveau de l’âme comme une “lumière verte”. Ainsi, seul le mental peut créer une couleur différente.

Cela ressemble beaucoup à la façon dont les bouddhistes expliquent le mensonge et la vérité : je dis la vérité quand j’essaie de transmettre la même image que j’ai dans mon esprit, à l’autre personne. Cette dernière verra la même chose. Je mens lorsque j’essaie de créer une autre image que celle que j’ai dans mon mental, dans le mental de l’autre personne. Le mensonge n’est donc pas du tout lié à un concept abstrait de la vérité mais à l’intention de celui qui parle.

Or, la Coupe de l’Homme, comme nous le savons, est notre point de référence, car elle ne peut pas – tout comme notre Âme ou nos frères et sœurs de la Communauté Universelle – mentir. Lorsque vous rencontrez une autre Âme et qu’elle vous aime, elle choisira alors la manifestation physique qui vous plaira. C’est la même chose que le Bouddha a prédit pour tous les futurs Bodhisattvas (ce sont des personnes qui se consacrent à vivre à l’intérieur du Principe Universel) : ils apparaîtront dans des centaines de mondes simultanément, aidant ceux qui en ont besoin. Dans chaque monde, ils “choisiront” une forme physique que celui qu’ils veulent aider reconnaît bien. Bien sûr, ce n’est pas vraiment “leur choix”, mais c’est plutôt la personne dans le besoin qui déterminera la forme physique, car nous sommes plus susceptibles à écouter quelqu’un dont l’apparence nous plaît.

D’autre part, si quelqu’un est plein d’énergies et désirs négatifs, il apparaîtra bien sûr comme un horrible monstre ; et personne ne voudra avoir affaire à lui. Et c’est là que le mensonge entre en jeu, lorsque nous voulons paraître plus gentils, plus saints, plus intelligents et plus aimants que nous le sommes en réalité. Cela signifie que la rencontre avec d’autres personnes de la Communauté universelle exige que nous nous connaissions vraiment pour pouvoir être totalement transparents et ne montrer qu’une seule couleur.

Bien que nous ayons l’habitude de manger en tuant ou d’être motivés par la soif de pouvoir et de gain matériel, l’Âme dira toujours : “J’aime rencontrer et aimer ce nouvel ami inconditionnellement”. Mais le mental, au niveau physique, fera semblant d’aimer ou fera n’importe quoi d’autre pour obtenir ce qu’il veut comme gain. Et cela crée une autre couleur ; et c’est la mort pour l’homme.

“C’est pourquoi nous vous avons donné la Coupe de l’homme, pour que vous puissiez vous exercer à ce que tout soit de la même couleur.” M. Keshe

À l’intérieur de nous-mêmes, cela ressemble à ceci : une émotion est le résultat d’une interaction entre l’Âme et le mental. Par exemple, le mental veut quelque chose et l’Âme va créer l’émotion correspondante dans le sens de l’intention, à savoir si l’intention est en accord avec le Principe Universel ou non. S’il y a alignement, l’émotion sera positive, sinon, elle sera négative. Même si la réaction de l’Âme est négative, le mental peut toujours aller de l’avant, ignorant l’Âme et son message GPS, et poursuivant ce qu’il veut. Et le corps suivra la décision du mental et non le message du GPS ou de l’Âme.

Dans la réalité il devrait toujours y avoir la même couleur et pas de mensonge. L’esprit devrait toujours suivre naturellement et joyeusement l’Âme. L’Univers est imprégné de confiance ; la confiance qui nous permet de toujours tout mettre sur la table, de ne rien cacher, de ne pas mentir. Nous voyons tous la même chose et nous comportons tous avec une bonne éthique.

Regardez la photo du policier américain qui tue l’homme noir, regardez son visage : il n’est pas déformé par un accès de haine ou de rage, il reflète plutôt un type peu sûr de lui avec une attitude de “je fais mon travail”. Nous ne voyons aucune émotion, sauf peut-être la peur. C’est exactement l’attitude que nous devons changer en nous-mêmes : nous devons être en contact avec nos émotions. C’est peut-être très difficile parce que l’éducation dans les pays industrialisés est presque uniquement basée sur la rationalité, le pouvoir, la compétition. Nous devrions toujours chercher l’espace où nous pouvons sentir ce que nous faisons ou ce que nous voulons faire. Lorsque nous avons un lien émotif avec ce que nous pensons, ce que nous disons ou faisons, notre GPS nous indique immédiatement si nous sommes sur la bonne voie ou non.

Pour que tout soit parfait II

Naissances d’enfants

Aujourd’hui, lorsque les gens créent un enfant, ils parlent de « faire un enfant »; et il le font comme ils font toute autre chose. Ils se contentent d’avoir des rapports sexuels ou des essais en éprouvette, puis leur grossesse est un pur accident, car la femme ne sent pas si elle est fertile ou non. Il n’y a rien de bien planifié ou de raffiné autour de la création de la vie…et puis ils tombent amoureux de leur ‘’accident’’.

Les enfants de l’Univers, par contre, sont bien planifiés dans tous les détails, le moindre champ d’interaction avec la création est pris en compte et affiné jusqu’à ce que l’enfant parfait puisse être conçu. Avant la création, chaque détail doit être en harmonie avec tout ce qui se trouve dans l’Univers.

Et lorsque nous fabriquons notre Coupe de l’Homme, nous pourrions procéder de la même manière : avant de faire quoi que ce soit, nous devrions nous arrêter et prendre le temps de réfléchir et de ressentir :

Quel est notre but, notre raison en réalisant la Coupe de l’Homme ?

Est-ce que l’environnement de la co-création est harmonieux et puissant ?

Comment nous sentons-nous en ce moment? sommes-nous prêts à infuser notre force supérieure dans la co-création?

Sommes-nous conscients du fait que nous sommes en train de créer une Âme ?

Que voulons-nous donner à cette Âme pour la rendre forte et vivante ?

Comment cette Coupe sera-t-elle reliée à toutes les autres Coupes du monde ?

Comment cette Coupe trouvera-t-elle la paix et pourra devenir une partie de nous ?

En prenant le temps de penser et de ressentir :

“On donne pour recevoir, on ne vole pas pour posséder. La Coupe de l’Homme, comme les Magravs, sont les créatures les plus parfaites de votre Âme : donnez-leur tant d’amour qu’ils ne cessent de grandir et vouloir donner – si vous voulez juste prendre d’elles, elles arrêterons de donner tout de suite. Sinon, vous allez y mettre tout ce qui fait partie de votre personnalité perturbée ; pour vous plaindre ensuite que “ça ne marche pas”…” M. Keshe

Nous devons donc prendre notre temps, être patients et perfectionner la Coupe au niveau du plasma en lui donnant les meilleures émotions et pensées que nous avons ; ainsi elle sera nourrie. Même si la coupe est déjà faite, nous n’avons pas besoin de désespérer ou de tout recommencer : lorsque la coupe n’a pas été faite de manière parfaite, vous pouvez la réparer ; car maintenant votre Âme est le plasma le plus fort et peut nourrir le plasma le plus faible qui est votre coupe pour l’amener à votre niveau.

Votre partenaire est votre Coupe de l’homme

“Je vous ai dit plusieurs fois que votre partenaire est votre Coupe de l’Homme, mais vous ne comprenez pas. Allez voir ce que vous lui avez fait de mal et réparez-la ; alors vous n’aurez pas besoin de faire une coupe et trouver un partenaire qui est la perfection pour vous.
Lorsque vous ne travaillez pas
tout de manière lente jusqu’à la perfection, cela signifie que vous n’avez aucun respect pour vous-même ou pour quoi que ce soit d’autre”. M. Keshe

Coupe de l’homme dans les systèmes dynamiques

Disons que vous faites tourner les 2 réacteurs dynamiques à 2 500 tr/min ; comme ils ont la même vitesse, ils auront la même intensité de champ ou – en d’autres termes – la même force de leur Âme.

Si nous nous tenons devant la Coupe de l’Homme et nous lui disons de notre Âme :“Je t’aime” alors que notre mental n’est pas d’accord, la force du réacteur Cup2 diminuera, ce qui se montre en une plus petite vacuité au centre. C’est alors que vous pouvez réaliser que votre mental ne suit pas votre Âme.

Et pour compenser ce rétrécissement, l’espace central ou l’Âme de la Coupe 1 va s’agrandir. Cela crée une plus grande distance entre l’Âme et le mental ; et l’élastique subit une plus grande pression.

Voici l’explication dans l’optique du positionnement de la science du plasma. Chaque entité a une composante gravitationnelle (G) et une composante magnétique (M) ; et toutes les entités sont toujours dans une position parfaitement équilibrée les unes par rapport aux autres. C’est ce que l’on voit dans la partie supérieure. La partie inférieure montre ce qui se passe lorsque le centre a rétréci :

  1. Le champ gravitationnel de la première entité est devenu plus petit

  2. Par conséquent, son champ magnétique s’accroît.

  3. Mais ce changement provoquera également un changement dans l’autre entité : le champ gravitationnel augmentera et le champ magnétique diminuera, ce qui aura pour effet d’élargir l’écart entre les deux entités.

Si votre partenaire n’est pas la Coupe de l’homme mais une autre Âme, cela signifie que l’on ne vous fait pas confiance et l’autre retire son Âme à une plus grande distance de la vôtre. Cette distanciation est la plus grande “punition” de l’Univers.

Cet élargissement de l’écart peut donc être ressenti entre nous et les autres êtres humains ou à l’intérieur de nous entre notre Âme et notre mental. Notre éducation en est partiellement responsable : chaque fois que nous voulons nous conformer à des règles, à la pression du groupe, à nos voisins, amis et famille, à la société, nous accordons plus d’importance au monde extérieur qu’à notre Âme. Chaque fois que nous pensons que nous devons être en harmonie avec le monde extérieur, le fossé qui nous sépare de notre être intérieur se creuse. Si nous ne trouvons pas l’équilibre à l’intérieur du monde matériel, nous connaîtrons une peur qui nous obligera à passer en mode réactif. Le fonctionnement du statu quo est devenu plus important que notre bonheur, à tel point que la pensée de notre bonheur n’entre même plus dans notre conscience.

L’obéissance à notre société a en fait remplacé le souhait du Créateur et l’accord avec notre Âme. Notre effort pour nous intégrer dans la société, nous brisons l’engagement de notre Âme, de servir, de suivre le Principe Universel. On nous dit, par exemple, que ne pas payer d’impôts, c’est voler à la société – alors qu’en même temps, nous volons à notre Âme en consentant aux impôts qui paient pour des armées, des armes, et les intérêts des banquiers.

“En éloignant l’homme de notre Âme, il pouvait faire ce qu’il voulait dans le domaine de la forme physique : mentir, voler, manipuler, tuer…” M. Keshe

Le moyen le plus efficace de nous éloigner de notre Âme est de nous empêcher de ressentir ce que nous faisons, de nous rendre inconscients de nos émotions et de nous empêcher d’utiliser notre GPS intérieur.

Cette nouvelle phase de l’enseignement veut nous aider à comprendre et à changer notre comportement de fou. La compréhension des émotions unifiera nos émotions sous le Principe Universel et l’Âme ; et cela nous rendra notre pouvoir divin, nous mettra aux portes du paradis sur Terre et nous fera accepter avec joie dans la Communauté Universelle.


Vers l’Âme sur le chemin des Émotions III

Nous avons appris, en utilisant notre GPS intérieur, que plus une émotion est négative, plus nous sommes éloignés de l’Âme ; et plus elle est positive, plus nous sommes proches d’elle. Par conséquent, le meilleur moyen d’approcher notre Âme est la plus positive des émotions : l’amour inconditionnel.

Tomber ou s’élever dans l’amour

En s’élevant dans l’amour nous élevons tous les êtres avec nous”

L’amour doit être un partage inconditionnel, un épanouissement, comme une fleur de rose qui partage son parfum sans aucune attente. C’est un amour inconditionnel sans attachement et sans attente. C’est la liberté pure. L’amour doit jaillir de votre silence, de votre conscience, de votre méditation. Elle est douce, elle est sans attachement ; elle donne de plus en plus de liberté à l’autre.

En tombant en amour, vous restez enfant ; en vous élevant dans l’amour, vous devenez adulte. Ainsi l’amour cesse d’être une relation, elle devient un état d’être… Vous n’êtes plus amoureux – maintenant vous êtes Amour”. Osho

Puis-je créer la paix et la liberté ?

Par Azar, UC farsi

” Je ne peux pas créer la Paix de la même manière que je ne peux pas créer la Liberté.

Je peux tomber amoureux ou je peux m’élever dans l’amour. Quand on s’élève dans l’amour, tout le reste disparaît. Il n’y a plus de bien et de mal. Il n’y a plus de noir et de blanc. Il n’y a plus de temps ni d’espace. Il n’y a plus de laid et de beau. On ne se soucie plus de ce que l’on mange. On ne se soucie plus de l’endroit où on va dormir.

Tout ce qui importe, c’est de pouvoir donner à l’amant ; on est prêt à donner sa vie pour être une partie de lui. C’est comme le soleil, il est partout, il brille sur nous et nous pouvons briller en retour. Avec cet Amour viennent la Paix et la Liberté. Avec cet Amour vient aussi le détachement.

Quand on est amoureux, le corps guérit. Quand on est amoureux, le sentiment d’appartenance n’existe pas. Quand on est amoureux, on ne voit pas de races. Quand on est amoureux, il n’y a pas de nation. Quand on est amoureux, il n’y a pas d’homme ou de femme. Quand on est amoureux, il n’y a pas de limite.

Qui que vous soyez, où que vous soyez, élevez-vous dans l’amour. Que l’amour soit votre refuge. Que l’amour soit votre médecine. Que l’amour soit votre liberté. Que l’amour soit votre paix. Personne ne peut vous enlever cet amour quand vous vous élevez en lui. Alors nous sommes dans cet espace où tout ce qui existe, c’est Amour, Paix et Liberté.”

Comment être amoureux

Nous avons tous été amoureux dans notre vie ; nous connaissons cette émotion. Et nous connaissons les effets de l’amour si joliment décrits dans le texte d’Azar. Cependant, il semble que nous ne soyons pas capables de rester longtemps amoureux; nous tombons, pour ainsi dire, hors de l’amour.

La question qui se pose alors est la suivante : comment redevenir amoureux ?

Voici quelques indications :

Donner

“Plus on donne d’amour, plus on en reçoit.” M. Keshe

“Plutôt que de penser à comment obtenir de l’amour, commencez à donner. Si vous donnez, vous recevez. Il n’y a pas d’autre moyen. Mais les gens sont plus intéressés par saisir et obtenir. Tout le monde est fixé sur le gain et personne ne semble apprécier de donner. Les gens donnent à contrecœur – ils prennent bien soin de s’assurer qu’ils obtiennent plus qu’ils ne donnent – alors c’est la business.

L’amour n’est pas une business, alors arrêtez de vous comporter comme un business man. Sinon, votre vie, votre amour et tout ce qu’il y a de beau vous le manqueriez. La business est la chose la plus laide du monde et l’existence ne connaît rien des affaires. Les arbres fleurissent et les étoiles brillent ; ce n’est pas une business et vous n’avez pas à le payer. Un oiseau vient s’asseoir à votre porte et chante une chanson, et l’oiseau ne vous demandera rien. Il a chanté la chanson, puis il s’envole joyeusement, sans laisser de traces”. Osho

Mettez votre amour et votre conscience dans tout

“Mettez votre amour et votre conscience dans les petites choses de la vie. Alors faire la cuisine ou laver le plancher deviennent sacrés. La question n’est pas qu’est-ce ce que vous faites, mais comment vous le faites. Vous pouvez nettoyer le sol comme un robot, une chose mécanique ; il faut nettoyer, donc vous nettoyez. Alors vous manquez quelque chose de beau; vous perdez une occasion importante. Nettoyer le sol aurait pu être une grande expérience et vous l’avez manqué. Le sol est propre, mais quelque chose qui aurait pu se produire en vous ne s’est pas produit. Si vous aviez été conscient, non seulement le sol, mais votre intérieur aurait été nettoyé en profondeur. Lavez le plancher avec toute votre amour et conscience. Rendez votre vie de plus en plus lumineuse avec amour et conscience. Laissez la bougie brûler à chaque instant, à chaque acte. L’effet cumulatif est l’illumination. L’effet cumulatif, tous les moments ensemble, toutes les petites bougies ensemble, deviennent une grande source de lumière”. Osho

Faites comme si vous étiez amoureux

“Si vous voulez être dans l’état d’amour, jouez-le. Faites comme si vous étiez amoureux. Essayez de vivre les effets que vous ressentiriez normalement en étant amoureux. En vivant les effets, vous invitez l’amour à revenir dans notre vie. Faites-le sincèrement et elle ne manquera pas de venir.

Lorsque vous êtes tombé amoureux, l’amour peut disparaître à nouveau, car il a été induit de par l’extérieur. Maintenant, quand vous recréez vous-même l’état d’être amoureux, vous l’induisez de l’intérieur ; vous l’avez créé et cet amour ne disparaîtra plus”. Bouddha

Aimez et faites ce que vous voulez

Par Saint Augustin

Le devoir sans amour nous rend implacables.

La responsabilité sans amour nous rend impitoyables.

La justice sans amour nous rend durs.

La vérité sans amour nous rend critiques.

L’intelligence sans l’amour nous rend rusés.

La gentillesse sans amour nous rend hypocrites.

L’ordre sans amour donne un esprit étroit.

L’honneur sans amour nous rend fiers.

La possession sans amour nous rend avare.

La foi sans amour nous rend fanatiques.

La vie sans amour ne vaut rien.

Aimez et faites ce que vous voulez.

Si vous restez en silence, restez-en par amour,

Si vous parlez, parlez par amour,

Si vous corrigez, corrigez par amour,

Si vous pardonnez, pardonnez par amour,

Ayez dans votre cœur la racine de l’amour ;

De cette racine, rien de mauvais ne peut venir.


Redécouvrir les Émotions grâce à la Communication Non Violente

Développé par Marshall Rosenberg

Nous sommes nés avec la pleine capacité d’utiliser nos émotions pour naviguer dans notre vie ; cependant, surtout dans les cultures industrialisées, nous avons appris de nombreuses formes de communication qui ne nous aident pas à vivre, comme les jugements, les évaluations, les comparaisons, etc. Dans ce chapitre, nous allons vous montrer le chemin qui mène de l’esclavage émotionnel à la libération émotionnelle.

Les images ci-dessus montrent les deux façons dont nous pouvons interagir : le mode OUT (a-e) de réaction automatique qui perpétue un monde violent ; ou le mode IN (A-D) qui utilise nos émotions comme GPS pour une vie plus épanouie et plus heureuse. Le point critique est la ligne noire en pointillés qui sépare les deux modes de vie. Il peut être très difficile pour nous de maintenir le mode IN, surtout lorsque la colère est déclenchée. Cependant, il existe une technique appelée Communication Non-Violente (CNV), qui peut beaucoup nous aider à résister à la tentation de réagir violemment et à rester calme et centré sur nos émotions.

La CNV concentre notre attention sur le point b/B, là où nous avons la perception de quelque chose qui, normalement, provoquerait de la colère suivie d’une réaction violente. La CNV nous permet de percevoir la situation différemment, ce qui permet d’éviter et la colère et la réaction. Nous ne sommes jamais en colère à cause de ce que les autres disent ou font, la cause de la colère se trouve dans notre pensée – dans les pensées de blâme et de jugement.

La CNV nous apprend à ne pas écouter les pensées qu’une autre personne peut nous lancer, mais à écouter les besoins plus profonds cachés derrière les pensées. Ce langage révèle la conscience que tous les êtres humains ne
cherchent qu’à honorer les valeurs et les besoins universels, chaque minute, chaque jour. Au lieu de nous maintenir sous l’emprise du mental avec ses pensées, ses croyances et ses jugements, nous choisissons délibérément de nous concentrer sur les émotions ou les sentiments qui sont vivants en nous comme dans les autres.

Le processus de la CNV se déroule en 4 étapes :

1. Nous observons une action ou une parole dirigée sur nous

2. Nous prenons conscience des émotions qui sont déclenchées par ce que nous observons

3. Nous découvrons que l’émotion indique un besoin qui a été satisfait ou non

4. Enfin, nous demandons aux autres quelque chose qui pourrait, selon nous, enrichir notre vie


L’exemple de la leçon de conduite

L’interaction et la relation entre le mental (l’âme de la forme physique) et l’Âme sont très éloquemment démontrées par l’exemple d’une leçon de conduite. Notre mental est le conducteur et notre Âme est l’instructeur ; la voiture est le corps physique et la circulation est l’environnement. L’endroit où nous allons finalement est déterminé par l’instructeur/l’Âme. Il se peut que nous ne sachions même pas où nous allons parce que nous sommes trop occupé à changer de vitesse, à accélérer et à freiner, à regarder le chat, le feu rouge, les piétons, les panneaux de signalisation et les autres voitures.

En fait, pour chaque leçon de conduite, l’instructeur vient vous chercher chez vous et vous ramène après l’heure, en espérant que vous avez appris quelque chose entre-temps. Une leçon de conduite ne nous mène nulle part, elle veut seulement nous apprendre à “gérer” notre forme physique dans l’environnement terrestre – à la perfection que l’instructeur a lui-même !

Et n’oublions pas que l’élève, un jour, deviendra un autre instructeur.


La Voix de l’Âme

“Pourquoi devons-nous toujours entendre quelque chose avec nos oreilles ? Pourquoi ne pas se fier à l’émotion de l’Âme ? Pourquoi devons-nous toujours être dans la dimension de la forme physique ? Devons-nous vraiment entendre, sentir ou voir pour croire ?Peut-être qu’à l’heure actuelle, nous n’avons pas autant besoin de penser mais nous devons aimer davantage et c’est ainsi que nous comprendrons comment élever l’âme”. M Keshe


La Condition Humaine

Nous avons un physique et une Âme. Et l’Âme est l’âme collective de toutes les âmes des parties dont nous sommes faits ; et chacune d’entre elles étant l’âme collective de l’ensemble des éléments dont elle est constituée. En même temps, il y a aussi les Âmes de la Terre Mère, du Soleil et de bien d’autres qui ont mené à notre création. Toutes ces Âmes sont connectées et interagissent et se positionnent en permanence pour être en équilibre avec tout le reste.

C’est une dimension de notre condition.

L’autre se trouve sur ce que nous appelons le “continuum du temps” : notre position actuelle est due à ce que tous nos ancêtres directs et indirects ont fait. Toute action, bonne ou mauvaise, sur le plan matériel a une conséquence sur le plan de l’Âme, car elle conduit à un repositionnement de notre Âme par rapport à toutes les autres Âmes. Et les actes des personnes les plus proches de nous, nos ancêtres directs, déterminent notre position actuelle.

Donc nous vivons un double destin :

  • Au niveau de l’Âme, nous accomplissons notre destin et notre responsabilité en tant que constituant de l’univers.
  • En même temps, nous accomplissons le destin de notre lignée – la partie du
    conditionnement de notre âme qui est physique (mental).

Jusqu’à présent, les deux lignées sont largement inconscientes. Avec la science du plasma, nous commençons tout juste à en prendre conscience. Il y a une grande différence si nous vivons cette double tâche de manière inconsciente, si nous vivons selon notre conditionnement, sans jamais vraiment prendre soin d’évoluer. Imaginez si nous pouvons activer notre conscience et notre amour au point que l’évolution de la race humaine devienne un processus conscient ! Nous serons alors les co-créateurs de notre évolution. Alors nous n’aurons pas besoin des virus Corona pour nous faire passer au niveau supérieur. Cela ouvrira de nombreux nouveaux niveaux de vie et de compréhension qui sont pour l’instant inimaginables. Et cette transition pour évoluer consciemment prend beaucoup de temps.

Ainsi, la vie sur la planète Terre est une école préparatoire pour nous rendre capables de faire naître d’autres mondes magnifiques à travers les Univers.

Pourquoi ? Juste pour donner du plaisir à ceux qui y vivent et qui en jouissent.

La conscience peut se trouver dans toutes les parties de l’Univers, mais l’Amour ne semble venir que d’un seul canal : la Terre. Cela nous rend très spéciaux pour la Communauté Universelle.

Mais pour nous, l’Amour fait tellement partie de notre vie quotidienne, que nous n’y prêtons guère attention. Nous ne sommes pas conscients du fait que nous sommes porteurs du plus grand cadeau que l’Humanité fera à la Communauté Universelle.

Dans ce contexte, l’élévation de notre Âme est censée nous amener au niveau où nous prenons consciemment et avec amour notre place et notre responsabilité dans la totalité de l’Univers. Et lorsque l’Âme collective de l’Humanité s’élèvera, l’Âme de la Planète changera aussi.

Tout comme nous utilisons des patchs pour éliminer la douleur et les maladies dans le corps humain ; de la même manière, nous sommes encouragés à utiliser la technologie du plasma. Nous avons pulvérisé et versé du GaNS partout et avec tous les réacteurs, Magravs et formations d’étoiles que les chercheurs de connaissances ont fabriqués dans le monde entier – avec tout cela, nous avons mis des patchs sur la Terre Mère pour la débarrasser de la douleur et des maladies que nous lui avons infligées.

En outre : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, nous ne travaillons pas au niveau de la matière (par des révolutions) pour changer la condition malheureuse de l’humanité, mais nous avons choisi d’utiliser l’Âme. L’effort de chacun d’entre nous pour élever l’Âme des chefs de nos nations et de nos gouvernements, de nos ennemis présumés et des nôtres, se combine en une énergie qui élève l’Âme de la Terre Mère, parce que nous sommes à jamais connectés à elle en tant qu’enfants.


Comment ouvrir le Portail de l’Abondance

Tiré de “La vie et les enseignements des maîtres d’Extrême-Orient” de Baird Spalding et des enseignements publics de M. Keshe des ateliers du chercheur de connaissances.

Quel est le plus grand attribut de l’âme et du créateur ?

L’Amour

Pensez-y : nous savons tous exactement ce qu’est l’amour – mais nous ne pouvons pas l’expliquer. Il est au-delà du mental, il appartient au domaine de l’Âme ; c’est pourquoi nous pouvons le ressentir mais pas l’expliquer.

L’arbre de vie est situé au milieu du paradis, au plus profond de notre propre Âme, et le fruit le plus riche, le plus abondant, le plus parfait et le plus vivifiant qui y pousse, c’est l’amour.

L’amour est la plus grande force de guérison au monde. L’amour ne manque jamais de répondre à toutes les demandes du cœur humain. Avec une bonne compréhension et une bonne utilisation de l’amour, le monde entier peut être guéri. Avec une touche de magie apparente, elle rachète les blessures, la dysharmonie, l’ignorance et les erreurs de l’humanité. Dans les variations suivantes sur le poème de Saint Augustin, la “touche magique” de l’amour devient très claire :

Variations sur le poème de Saint Augustin

L’amour fait du devoir un plaisir.

L’amour fait de la responsabilité un œuvre d’amour.

L’amour transforme la justice en compassion

L’amour rend la vérité innocente

L’amour fait l’intuition de l’intelligence

L’amour fait de la gentillesse un mode de vie

L’amour rend tout ordre naturel

L’amour fait de l’honneur un cadeau

L’amour nous fait partager nos biens

L’amour transforme la foi en connaissance

L’amour fait fleurir la vie

Aimez et faites ce que vous voulez

L’amour est le côté énergétique, émotionnel ou de motivation du Principe Universel. L’amour est le portail à travers lequel nous percevons le monde – tant à l’intérieur de nous qu’à l’extérieur. À chaque instant, nous avons le choix :

  • d’utiliser le portail de la matière (à gauche) par lequel nous entrons dans un monde régi par l’anxiété, l’ennui et le ressentiment ; ou

  • pour utiliser le portail de l’amour (à droite) par lequel nous entrons dans un monde amical de contentement et d’abondance.

Avec l’amour, le banal devient sacré ; sans l’amour, le plus magnifique des joyaux n’est qu’un morceau de minéral terne.

L’amour veut constamment s’écouler dans l’Âme de l’homme comme tout ce qui est bon ; créant ainsi les sentiments heureux de proximité de l’Âme. S’il n’est pas perturbé par la pensée discordante de l’homme, l’amour annihile toute apparence de désaccord ou de laideur qui perturbe notre paix. Il est le pouls même du monde, le battement de cœur de l’univers. Si nous vivons à l’intérieur du Principe Universel, nous sommes constamment chargés par le courant de l’Amour.

Si vous avez besoin ou souhaitez quelque chose, de la légèreté ou du courage, de la force ou de la santé ou du confort, ne vous plaignez pas “Je n’ai pas ceci et cela” et n’exigez pas “S’il vous plaît, donnez-moi ce qui me manque”. Rappelez-vous que l’Âme ou le créateur vous donne toujours et uniquement ce sur quoi vous dirigez votre attention : si vous tenez un manque dans votre mental, elle vous donnera le manque. Ne priez donc pas en suppliant et en rampant, mais en comprenant comment l’Univers fonctionne- en sachant que l’aide dont vous avez besoin est déjà la vôtre, si vous ne la contredisez pas. Sachant que l’Âme suscite en nous des désirs ou des souhaits pour nous faire prendre conscience de la façon dont l’Univers et notre vie peuvent être enrichis. Le fait de ressentir un besoin n’est pas l’indice qu’il manque quelque chose. Par conséquent, la chose même que nous voulons, est déjà fournie et nous attend- nous n’avons qu’à en prendre conscience et à exprimer notre souhait.

N’a-t-il pas dit : “Avant que tu appelles, je réponds et avant même que tu ne dises un mot, j’ai déjà entendu” ?

Ne doutez jamais.

L’abondance est votre droit de naissance. Sachez que dans le royaume invisible, au niveau de l’Âme, où nous vivons tous, nous nous déplaçons et nous avons notre être, il y a toutes les choses bonnes et parfaites que l’homme peut désirer, attendant d’être rendues visibles en manifestation.

Aimer, c’est libérer cette abondance de l’Âme, son trésor d’or illimité. Quand nous aimons, nous ne pouvons pas nous empêcher de donner; et donner, c’est gagner, et le Principe Universel est accompli. En donnant sans penser à recevoir, nous donnons avec un amour inconditionnel; alors il est impossible d’éviter de recevoir : “On donne plus pour recevoir plus, afin de pouvoir donner plus.” M. Keshe

Si nous voulons insuffler l’esprit d’amour à tout ce que nous faisons, nous devons mettre notre conscience, notre intention et notre attention totale dans chacune de nos actions. Cela fonctionne particulièrement bien avec les gens ; la relation avec les émotions et l’attention ouvre le canal de l’amour entre nous et l’autre personne. D’une certaine manière, plus nous investissons toute notre attention, plus notre mental ou notre personnalité s’enlève du chemin. Ainsi, nous devenons un canal ouvert par lequel notre Âme, le Créateur, peut circuler et créer librement. 

Donner toute notre attention et notre conscience n’est pas un “faire” au sens conventionnel du terme ; c’est ce que les maîtres zen appellent le “Wu Wei – l’effort sans effort”. Lorsque nous avons confiance et que l’Âme prend le contrôle total de tout ce qui doit être fait afin de matérialiser notre souhait, alors les pouvoirs, les capacités et l’abondance de l’Âme nous appartiennent ; tout comme nous avons déjà l’abondance de l’air, de l’eau ou de la vitalité. Il y a de l’abondance pour tous et personne n’a besoin de manquer en présence de l’Âme.

Ce concept d’abondance élève l’esprit bien au-delà des limites matérielles. Par conséquent, pour comprendre l’abondance, nous devons laisser de côté toutes les pensées relatives aux choses matérielles en particulier. Ce concept est si vaste et si absolu qu’il ne permet aucune limitation ou pensée de détail. Pour comprendre cette abondance, nous devons délibérément déconsidérer le plan matériel et nous délecter de la joie innocente de la liberté parfaite du niveau de l’Âme.

Cependant, nous devons faire attention à ne pas abuser de cette liberté en négligeant la responsabilité qui l’accompagne : notre Âme nous tient responsable du fait que chaque pensée, chaque mot et chaque acte confirme le Principe Universel : Nous sommes ici pour servir ; et tout ce que nous pensons, parlons et faisons sera pour le bien de Tous.

Nous ne pouvons atteindre cette liberté en un instant ; nous devons nous préparer de l’intérieur dans les moindres détails. Tout comme chaque pétale d’une fleur est perfectionné dans chaque détail à l’intérieur du bourgeon ; ce n’est que lorsque la perfection est complète que le bourgeon éclate et que la fleur se déploie dans toute sa beauté.

La plus grande partie de notre préparation consiste à corroder la dure carapace de l’égoïsme avant que nous puissions entrer dans le domaine du Principe Universel. Cette corrosion ne se fait pas en renonçant et en réprimant l’égoïsme, mais en comprenant de plus en plus comment fonctionne l’Univers. Toute répression se fait par la volonté et notre volonté est intimement liée à l’ego. Si nous réprimons quelque chose en nous, c’est comme si nous comprimions un ressort – plus nous le comprimons, plus il prend de la force et il arrivera un moment où nous ne pourrons plus le retenir et il ressortira pire que jamais. Si, d’autre part, nous comprenons le principe universel et voyons comment le simple fait de travailler à sa réalisation nous rend déjà beaucoup plus heureux, nous prêtons de moins en moins attention à l’égoïsme. En fait, nous apprenons comment le fait de travailler pour le bien du Tout produit en même temps tout le bien que nous voulons pour nous-mêmes ; simplement parce que nous faisons partie du Tout. Cet apprentissage à croire de plus en plus que notre bien-être est déjà pris en charge est la plus forte corrosion pour adoucir la dure carapace de l’égoïsme.

Le Principe Universel est immuable, bénéfique et bon. Lorsque nous vivons en conformité avec lui, il devient le sol même sur lequel notre santé, notre bonheur, notre paix, notre succès et toute réalisation se développeront naturellement. Si nous respectons pleinement le Principe universel, aucun mal ne peut nous atteindre. C’est la raison pour laquelle toutes les tentatives de meurtre sur la famille de M. Keshe ont échoué. Nous n’aurons jamais besoin d’être guéris, car en proximité de l’Âme, la plupart des maladies disparaîtront tout simplement – comme l’a prédit M. Keshe pour les prochaines années.

Cette abondance toujours présente nous attire continuellement. Tant que nous n’en sommes pas conscients, l’appel apparaît comme un mal du pays profond qui ne peut jamais être guéri sans une conscience et une compréhension claires de notre Âme. Nous voyons les gens passer d’une chose à l’autre, espérant qu’ils trouveront satisfaction ou repos dans un accomplissement ou une possession quelconque. Nous les voyons poursuivre et gagner ces choses pour se retrouver encore insatisfaits. Certains veulent des maisons et des terres, d’autres une grande richesse, d’autres encore un grand savoir. Nous voyons aussi des personnes qui, arrivées au stade final de leur vie corporelle, continuent à marmonner “Je dois rentrer chez moi maintenant ; s’il vous plaît, ramenez-moi chez moi, s’il vous plaît !”

Rien sur le plan physique ne peut nous donner une satisfaction finale, seul le fait de ne faire qu’un avec notre Âme peut nous apporter une satisfaction. Ce n’est donc pas nous qui décidons d’approcher notre Âme, c’est notre Âme qui nous fait signe depuis le jour de notre apparition. Et enfin, nous écoutons et nous cédons…

Une fois atteint, nous avons récupéré notre droit de naissance et la vie éternelle est à nous.


La science de la réalisation des souhaits

Basé sur “La vie et les enseignements des maîtres” de Baird Spalding, les enseignements de l’Âme de M. Keshe et Le pouvoir de l’émotion humaine de Gregg Braden et Neville Goodall.

Nous pensons probablement tous qu’il est facile de faire des souhaits, n’importe quel petit enfant peut le faire. Mais obtenons-nous généralement ce que nous souhaitons ? La réponse est probablement “non”. La raison ? Parce que nous vivons dans une société industrielle technologiquement et scientifiquement développée – et nous avons oublié comment vivre comme “Alice au pays des merveilles”. Cela commence par une question que nous pouvons tous nous poser :

“Un souhait peut-il être réalisé dès qu’il a été exprimé ?”

La réponse est OUI mais seulement si nous suivons des règles ou une science qui n’est pas celle de notre société technocratique mais celle développée par un type qui a marché sur la Terre il y a 2000 ans et qui s’appelait Jésus de Nazareth.

Trouver le bon mot

Il existe de nombreux mots pour désigner la même entité : Dieu, l’Âme, l’Existence, l’Un, la Source, le Créateur. Ils décrivent tous les différents aspects de cette “entité”. Lorsque vous choisissez un nom, celui-ci devrait remplir ces deux conditions :

  • le nom doit être exempt de toute connotation négative (comme un dieu en colérique et jaloux qui vous fait sentir coupable) pour vous et

  • le nom devrait vous permettre de projeter facilement votre amour sur l’entité

Deux citations du mystique soufi Rumi sur “le Bien-Aimé” vont dans ce sens :

“Puis j’ai regardé dans ma propre Âme et je l’ai trouvé… Il n’était nulle part ailleurs.”

(Extrait de : Dans les bras du Bien-Aimé)

“Je ne suis que la maison du bien-aimé, pas le bien-aimé lui-même :

Le véritable amour est pour le trésor, pas pour le coffre qui le contient.

Le vrai bien-aimé est celui qui est unique, qui est votre début et votre fin.”

Mathnawi III, 1417-24

Travaux préparatoires :

Afin de pouvoir réaliser efficacement ce que nous souhaitons, nous devons comprendre certaines choses et nous préparer en conséquence.

Je suis l’Âme

“Au centre de mon être, c’est là que je te trouve, mon Bien-aimé. Je reconnais que Tu es mon origine et ma vie, la Mère-Père de tous. Tu es omniprésent, omnipotent et omniscient. Tu es la sagesse, l’amour et la vérité. Tu es la puissance, la substance et l’intelligence de laquelle et par laquelle toutes choses sont créées. Je ne fais qu’un avec Toi. Je Te permets d’utiliser mon corps et mon mental pour t’exprimer en moi et à travers moi. Tu es le début et la fin, tu es tout le bien que je peux exprimer.

Bien-aimé, guide-moi dans mon désir de manifester ce qui sera utile à tous”.

D’où viennent les souhaits

Tout ce que nous pouvons souhaiter, existe déjà au niveau de l’Âme. Il est possible de le manifester au niveau de la matière pour collaborer à l’évolution de l’Univers et la faire progresser. C’est un réservoir de possibilités illimité.

L’évolution de l’Univers est promue par nous et nos souhaits. Chacun de nos souhaits veut rendre notre monde encore meilleur et plus agréable. Mais nos souhaits ne viennent pas de nous, mais de notre Âme. Nous ne créons pas de vœux, nous les recevons.

L’Âme est le moteur principal. Elle ancre les souhaits dans notre esprit et les anime, afin que nous puissions en prendre conscience et visualiser leur parfaite réalisation. Comme chaque graine commence sa croissance sous terre dans le calme et l’obscurité, nos souhaits prennent forme dans le royaume silencieux et invisible de l’Âme, pour se manifester au niveau de la matière lorsque le bon moment est venu.

Travailler dans le secret

“Mon Bien-aimé, tu as planté un souhait dans mon esprit. J’entre dans mon espace intérieur et je ferme la porte. Tranquillement et avec confiance, je visualise le souhait dans mon esprit : Je le vois dans chaque détail. Je le vois dans sa perfection. Je me souviens qu’il est déjà réalisé au niveau de l’Âme. Aucun de mes actes ou pensées ne m’empêcheront de comprendre qu’il s’est réalisé, car j’ai confiance en mon esprit et en mon corps.

Je Te remercie, Bien-aimé, de m’avoir donné la vie, la santé, la force et la jeunesse éternelle ; l’amour, la sagesse et la compréhension ; l’harmonie, le bonheur et l’abondance – tout ce dont j’ai besoin pour réaliser ce qui est bon pour tous.

Il est facile pour moi d’attendre maintenant la manifestation parfaite de mon souhait. Je suis plein de gratitude, sachant qu’au niveau de l’Âme, mon souhait est déjà exaucé.

Je comprends que, si un souhait ne semble pas se manifester sur le plan matériel, la faute est en moi et non avec l’Âme. Je vais continuer ; je sais qu’elle est là. Ma foi sera récompensée ; ma foi deviendra un savoir.

Et c’est une joie pour moi de savoir que l’Âme a comblé tous les bons désirs de ma vie. Parce que je peux toujours puiser dans son opulente réserve, je peux donner tout ce que j’ai pour aider tous les autres êtres ; tout ce que j’ai, je suis prêt à le donner”.

La science de la réalisation des souhaits

  1. Nos vœux devraient toujours être pour le bien de tous

C’est le Principe Universel. Si nous travaillons pour le bénéfice de tous et que nous savons que nous faisons partie de tous, nous serons également pris en charge.

  1. Votre prière est exaucée lorsque vous priez en sachant que vous la recevrez. Chaque souhait doit être exprimé sous la bonne forme. Un souhait est une forme de prière qui, dans sa forme correcte utilisée par Jésus, est toujours exaucée. Il est scientifique et suit une loi fixe.
    Si nous savons positivement que tout ce que nous pouvons demander est déjà à nous, alors nous travaillons conformément à la loi. L’accomplissement du désir signifie que la loi est accomplie ; si le désir n’est pas accompli, alors cela signifie que nous avons demandé de la mauvaise manière.
  2. Aimez l’Aimé, de tout votre cœur, de tout votre esprit et de toute votre force. Allez au plus profond de vous-même, non pas avec la peur et le doute, mais avec un cœur heureux, libre et reconnaissant, sachant que ce dont vous avez besoin est déjà à vous.
    Plus nous allons au fond de nous-même, plus nous nous éloignons du monde matériel extérieur. Au point le plus profond de notre être intérieur, nous ne sommes pas distraits et nous sommes indépendants du monde matériel extérieur. C’est là qu’il est possible d’obtenir l’expiation, la “réparation” avec ce que l’on souhaite. Nous devons être Un avec ce que nous souhaitons ; pour comprendre et voir la réalité de ce que nous souhaitons. Nous devons nous accrocher à cette compréhension et ne jamais nous en écarter, même si le monde entier semble s’y opposer.
  3. Nous, en tant que personne, ne faisons rien par nous-mêmes ; c’est le Bien-Aimé qui fait tout. Nous devons nous y fier totalement, sans aucun doute – jamais.
    Nous ne sommes pas ceux qui font les choses dans cet Univers, nous sommes ceux qui les souhaitent. Le mieux que nous puissions faire, c’est d’être ouverts. Ouvert comme un bambou creux, permettant au Bien-aimé de faire son travail à travers nous. De toute façon, nous ne pouvons pas faire entièrement confiance à nos pouvoirs “personnels”, car ils sont petits et vacillants ; on ne peut pas leur faire confiance. Il est donc plus facile de faire confiance au Bien-Aimé, parce qu’il est omniprésent, omnipotent et omniscient. Et si nous pouvons nous ouvrir complètement, faire confiance au Bien-aimé sans aucun doute, alors il n’y a pas de limite à son pouvoir et tout devient possible. Le pouvoir du Bien-Aimé est aussi grand que nous le permettons.
  4. Utilisez des mots positifs en faisant votre demande.
    Nous devrions concevoir précisément ce que nous désirons ; ne nous contentons pas de ce qui est moins que parfait. Ensuite, plantons cette idée de graine parfaite dans notre Âme et laissons-la pousser. Demandons par exemple à manifester la santé et non à être guéri d’une maladie ; demandons à manifester l’harmonie et l’abondance, non à être délivré de l’inharmonie, de la misère et des limitations. Ne demandons jamais que le négatif (la misère et le manque) soit supprimé, car alors nous nous concentrons sur le négatif et le Créateur nous donne toujours ce sur quoi nous nous concentrons. Si nous nous concentrons sur la misère et le manque – nous recevrons plus de misère et de manque. En attendant, il suffit de remplir les espaces apparemment vides autour de nous avec la pensée du Bien-Aimé et du bien infini ; et souvenons-nous que le mot Bien-Aimé est une graine et qu’il doit croître.
  5. Laissez toute la gestion, le comment, le quand et le où au Bien-aimé. Notre travail consiste simplement à exprimer ce que nous voulons et à être reconnaissant qu’il nous ait été donné.
    Tous les détails sur la façon de manifester quoi que ce soit sont le travail du Bien-Aimé. Rappelons-nous toujours qu’Il fait le travail et qu’Il connaît le bon moment. Seul le souhait est notre part ; devenons donc les maîtres du souhait.
  6. Gardons toujours à l’esprit la pensée de l’abondance du Bien-Aimé. Si une autre pensée vient, remplaçons-la immédiatement par celle de l’abondance du Bien-Aimé et soyons-en reconnaissant.
  7. Demandons toujours en secret et ne demandons jamais la même chose une seconde fois.
    Demander sans cesse la même chose signifie que nous ne croyons pas qu’elle est déjà donnée.
    Ne nous inquiétons pas du résultat ; mais soyons simplement reconnaissants que le travail soit fait, que le Bien-Aimé travaille pour, en et peut-être à travers nous. Nous pouvons être sûrs que nous recevons ce que nous désirons, car nous ne désirons que le bien de tous. Faisons-le en silence et en secret. Prions le Bien-aimé en secret, et il nous récompensera ouvertement.

Lorsque la manifestation aura eu lieu et que tout sera terminé, nous verrons l’ensemble du processus comme l’un de nos plus grands trésors. Nous nous serons prouvé la loi et nous réaliserons la puissance de notre parole prononcée dans la confiance et la gratitude. Nous nous souviendrons que le Bien-Aimé a perfectionné Son plan. Il déverse sans cesse, avec amour et générosité, toutes les bonnes choses que nous pouvons désirer. Et Il dit : “Essayez-moi et voyez si je n’ouvrirai pas les fenêtres du ciel et ne répandrai pas une telle bénédiction qu’il n’y aura pas de place pour la recevoir”.

L’exemple donné par les Maîtres concerne la création de la glace. Nous avons ajouté le point de vue de la science du plasma pour plus de clarté :

  1. Formons une image mentale de la glace que nous désirons, maintenons-la en pensée juste assez longtemps pour obtenir une image claire et précise.
  2. Rappelons-nous que toute création a besoin de 3 composantes :
    1. la Principale qui est des paquets d’énergie non spécifiques provenant du centre des Unicos
    2. la Transition qui est le souhait ancré dans notre mental par notre Âme
    3. la Matière qui est dans ce cas, l’environnement de la planète Terre
      Le premier et le dernier sont donnés, seul le second (Transition) est une variable ; en fonction de son entrée, la sortie change.
  3. Lâchons l’image entièrement et regardons directement dans le Plasma Principal. Sachons qu’il fait partie de l’Âme/Créateur et, par conséquent, de vous. En cela, le plasma est tout ce dont vous avez besoin ; et vous ne pouvez jamais épuiser la réserve. Tout ce qui a été créé provient de ce Plasma, que cela ait été fait consciemment ou inconsciemment.

  4. Maintenant, visualisons le plasma comme une particule centrale et imprimez-y votre souhait. Ensuite, réduisons ses vibrations jusqu’à ce qu’il devienne de la glace. Tous les atomes qui entourent le premier s’empresseront d’obéir à notre souhait. Leur vibration aussi sera abaissée jusqu’à ce qu’ils adhèrent à la particule centrale et dans un instant nous aurons de la glace. Nous n’avons même pas besoin d’eau pour cela. Nous n’avons besoin que de l’idée.


Jésus – une histoire de réussite

Nous ne sommes en rien différents de Jésus. Nous savons que nous avons en nous toutes ces choses que Jésus avait. Jésus s’est efforcé de nous faire voir tout cela. Comme nous l’aimons ! Nous ne l’aimons pas seulement parce qu’il nous a montré comment réclamer notre droit de naissance comme lui.

Après son illumination, Jésus ne s’est jamais permis de s’attarder sur le plan matériel ; il a toujours gardé son mental et ses émotions au niveau de son Âme. Ainsi, il pouvait voir son Âme contrôler parfaitement le corps matériel. C’est ainsi qu’il a fait tout ce qu’il a fait, non pas parce qu’il était d’une certaine manière différent de nous. Il n’avait pas un pouvoir plus grand que celui que nous avons tous aujourd’hui. Il a travaillé sur lui-même parce que cette étincelle divine, qui est implantée dans chaque enfant né, a été transformée en une flamme plus brillante par ses propres efforts pour se maintenir en communion consciente avec son Âme, la source de toute Vie, d’Amour et de Puissance. Cela montre que le « travail sur soi » fonctionne comme une double spirale vers en haut et vers en bas : si on y met son énergie, on aura envie d’y mettre encore plus d’énergie et si on est paresseux on va être encore plus paresseux par la suite. En prenant l’exemple de la compréhension : si on met un petit effort pour comprendre quelque chose – on va comprendre plus facilement par la suite ; et si on y met moins ou rien, il devient encore plus difficile de comprendre plus tard.

Jésus était un homme comme nous le sommes tous aujourd’hui. Il a souffert, il a été tenté et éprouvé, tout comme nous souffrons à cause des tentations et des épreuves. Nous savons que pendant sa vie dans le corps matériel, Jésus a passé des heures de chaque jour seul avec son Âme. Nous savons qu’au début de sa vie d’homme, il a vécu la même chose que nous aujourd’hui. Nous savons que tout homme a besoin de maîtriser le plan matériel, les désirs charnels, les doutes et les craintes, jusqu’à ce qu’il en vienne à reconnaître parfaitement la présence de son Âme, ce « Père en moi », à qui Jésus attribuait le mérite de tout ce qu’il était capable de faire. Il a dû apprendre comme nous l’apprenons aujourd’hui. Il a été obligé d’essayer encore et encore comme nous le faisons. Il a dû continuer comme nous le faisons, même avec les poings et les dents serrés, en disant : « Je vais réussir, je sais que l’Âme vit en moi et que suis cette Âme ». Nous reconnaissons que c’est l’Âme qui a fait de Jésus ce qu’il était et nous sommes donc capables d’atteindre le même but.

Nous savons qu’il a traversé tout cela uniquement pour nous faciliter la compréhension de l’Âme pour sortir de la misère, de la maladie et des problèmes. Il a voulu nous enseigner à tous que la même Âme vit en chacun et aime chacun. Personne qui suit de près la vie et l’enseignement de Jésus ne peut s’empêcher de l’aimer. Il est notre frère aîné parfait.

Si nous vendons notre droit de naissance, si nous ignorons ou traitons avec mépris le Principe Universel, nous tournons le dos à notre Maison et nous nous égarons, comme l’a fait le fils prodigue. En fait, nous ne pouvons pas quitter notre maison, nous pouvons seulement le penser, vivre dans cette illusion.

Et étant dans un endroit éloigné, toute la paix et l’abondance de la chaleur et de la joie de notre foyer n’ont plus d’importance. Puis, nous nous sentons vite fatigués des problèmes de la vie et nous avons le mal du pays et avec des pas chancelants nous essayons de rentrer chez nous. Les gens qui ont passé la majorité de leur vie consciente loin de la présence réconfortante de l’Âme, de chez nous, peuvent, lorsque la mort approche, constamment répéter qu’ils « veulent rentrer chez eux maintenant » …

Le retour à la maison peut être une expérience amère ou un lâcher-prise joyeux de toutes les choses matérielles. Chacun doit suivre son propre chemin et il n’y a pas qu’une seule façon d’acquérir la compréhension et la connaissance – il y a autant de façons que de personnes. À chaque pas, nous devenons plus forts et plus audacieux jusqu’à ce que nous n’hésitions plus. Nos croyances incertaines deviendront des connaissances stables. Nous chercherons de plus en plus à nous guider par nous-mêmes ; puis, dans notre conscience éveillée, nous réaliserons que notre chez nous est à l’intérieur de nous. Au centre de notre être se trouve l’omniprésence divine dans laquelle nous vivons, où nous avons tous notre être. Nous la respirons à chaque souffle et nous la vivons à chaque battement de cœur. Nous pourrions dire que nous sommes respirés. Et ce n’est pas une coïncidence si, par défaut, toutes les fonctions essentielles de notre corps sont soustraites à notre volonté et à notre contrôle mental – car si ce n’était pas le cas, la plupart d’entre nous seraient déjà morts …

Nous n’avons pas besoin d’aller voir un gourou ou un maître ; nous devons aller à l’intérieur de nous-mêmes, car le chez nous ne peut être trouvée que là. Et nous devons y aller seuls. Cependant, tous ceux qui ont parcouru le chemin avant nous, comme Jésus, peuvent nous aider. Et ils veulent vraiment nous aider là où nous sommes en ce moment. Il nous suffit de les appeler et ils répondent avant même que notre appel ne soit terminé. Ils marchent à nos côtés à chaque instant. Il nous suffit d’élever notre Âme, d’élever notre conscience, de pouvoir les voir; alors nous n’hésiterons pas et ne vacillerons pas. Ils nous tendent toujours les mains en disant : « Viens à moi et je te donnerai du repos. Élève ta conscience vers notre conscience et vois, tu es là où nous sommes, au-dessus de toutes les limitations mortelles, abondamment libres ».

La paix, la santé, l’amour, la joie et la prospérité sont ici. Ce sont les dons de l’Âme. Si nous confions notre vie à notre Âme, aucun mal ne peut nous toucher. Pensez-y : quelle chance nous avons de vivre à une époque où il y a tant d’êtres illuminés autour de nous ! Quelle chance avons-nous qu’il y ait même un M. Keshe qui n’est pas venu en tant que gourou mais en tant qu’ingénieur nucléaire. Au cours du processus de « civilisation », notre mental est devenu complexe et sophistiqué ; et souvent, ils ne peuvent se contenter de « croire ceci ou cela » ; nous voulons comprendre. Et c’est exactement ce que font les KSW !

L’Âme est au centre de nous. Il n’est pas vraiment exact de dire que « nous avons une Âme » ; en fait, nous SOMMES avant tout l’Âme, qui habite temporairement un corps pour pouvoir profiter de notre aventure dans ce monde terrestre en 3D. Dès que nous sommes conscients d’être une Âme, il n’y a rien qui nous fasse trembler ou désespérer, rien qui nous fasse peur.

La même puissance est en nous qui est en Jésus ; cette puissance est appelée le Manteau de l’Esprit. Lorsque nous comprendrons cela, il n’y aura pas de déclin, pas de maladie, pas d’accident, pas de mort pour nous ; rien qui puisse nous enlever la vie de quelque façon que ce soit. Nous pouvons attirer ce manteau si étroitement autour de nous que rien ne peut le pénétrer, rien ne peut nous toucher. Même si toutes les agences ou forces destructrices jamais créées par l’homme peuvent être dirigées vers nous ; nous resterons indemnes. Et même si par hasard notre forme physique devait être détruite, elle reviendrait immédiatement. C’est une armure meilleure que toutes les armures jamais conçues par l’homme et nous pouvons l’utiliser à tout moment – parce que nous sommes l’enfant de l’Âme vivante.

Jésus, ayant reconnu cela, aurait pu se sauver de l’expérience du Calvaire. S’il avait voulu utiliser son pouvoir, ses ennemis n’auraient pas pu le toucher. Il savait qu’il avait le pouvoir de vaincre la mort, mais il voulait montrer à nous tous que nous avions le même pouvoir. De plus, il a vu à quel point nous sommes enracinés dans le plan matériel ; il a donc choisi la voie du Calvaire, la voie que nous pouvions voir ; et en voyant, nous croirions. Il voulait également montrer que le fait de laisser l’Âme prendre le contrôle avait tellement perfectionné son corps que, si ses ennemis prenaient sa vie et plaçaient son corps dans la tombe et l’obstruaient avec une grande pierre, son Âme pourrait encore faire rouler la pierre et ressusciter son corps. Jésus aurait pu prendre son corps et disparaître, mais il a choisi de montrer que, lorsque le corps, le mental et l’Âme sont en étroite harmonie, aucun accident ou condition matérielle ne peut les détruire, pas même la prise de la vie par un autre. C’est peut-être la raison pour laquelle toutes les tentatives de meurtre envers M. Keshe ont échoué !

Après la résurrection, son corps était tellement développé spirituellement qu’il était devenu invisible pour nos yeux d’acides aminés. Jésus a donc été obligé d’élever la conscience de ceux qui l’entouraient, d’élever leurs Âmes à un niveau où elles pouvaient le voir. Lorsque les femmes sont venues au tombeau le lendemain matin et ont trouvé la pierre roulée et la tombe vide, elles ne l’ont pas vu jusqu’à ce qu’il ait élevé leurs Âmes à un plan où elles pouvaient le voir. Puis, plus tard, alors que deux de ses disciples étaient sur la route d’Emmaüs, Jésus s’est approché et a parlé avec eux, mais ils ne l’ont pas reconnu jusqu’à ce qu’il ait rompu le pain avec eux. À ce moment-là, leurs Âmes ont été élevées au niveau où ils pouvaient le reconnaître. Puis les gens se sont divisés en deux factions ; certains ont commencé à comprendre et beaucoup d’autres ne pouvaient pas croire parce qu’ils n’avaient pas encore atteint un niveau de conscience ou de force de l’Âme où ils pouvaient percevoir le sens spirituel sous-jacent.

Pour ceux qui comprenaient, le voile de mystère tiré par la perception matérielle de l’homme était levé : « Et le voile du temple fut déchiré de haut en bas. » La conscience que la mort avait été vaincue a été atteinte ; et avec elle, toutes les limitations des mortels causées par l’homme pouvaient et allaient être surmontées. Tout cela en élevant nos Âmes au niveau où elles ne peuvent plus être vues et, par conséquent, tous sur le niveau plus bas n’existaient plus. Si nous aimons et chérissons cette élévation – elle sera inévitable.

Nous savons que seuls quelques-uns d’entre vous continueront et feront le véritable « travail » pour se rapprocher de l’Âme. D’autres font un bon début, mais il voient bientôt trop d’efforts pour franchir le premier mur de la matérialité. Ils trouvent qu’il est beaucoup plus facile de dériver avec la marée et ils abandonnent.