La Technologie d’Humilité et Maturité

Voyage dans l’espace

Voici comment fonctionne le voyage dans l’espace sans vaisseau spatial : nous devons être capables de produire le champ de la destination souhaitée et ensuite être en position faible pour que le champ de notre destination nous attire : « Vous créez le battement de coeur de la lune dans le coeur de l’homme et c’est comme ça que l’homme pourra en fera partie ; et en faisant partie, il y sera là  tout simplement. »

Élévation de l’âme

Gardez simplement à l’esprit que lorsque vous vous élevez à l’âme de quelqu’un, vous ne savez jamais si l’Univers a créé ce rendez-vous pour que vous puissiez élever l’âme de ce quelqu’un ou si cette autre personne est là pour vous éclairer ? Donc, la position d’humilité et de maturité devrait toujours composer avec cette incertitude.  Nous pourrions en fait visualiser l’élévation de l’âme comme un mouvement collectif :

J’élève ton âme pour que mon âme s’élève dans le même sillon. En d’autres termes : Je donne pour recevoir plus afin de pouvoir donner plus…


Réveiller la Cohérence Coeur-Cerveau I

 Éveiller la Cohérence-Cœur-Cerveau I

Par Gregg Braden

Un collaborateur et collègue scientifique de Charles Darwin, Alfred Wallace, a découvert que la nature ne donne les choses nécessaires que lorsque nous en avons réellement besoin. Comme la capacité de se réchauffer quand on vit dans un climat froid ou la capacité de voir dans le noir quand on n’a pas de lumière. Voici comment Alfred Wallace a lui-même exprimé cela : « La nature ne donne jamais en trop à une espèce au-delà des besoins de de son existence quotidienne » (Contributions à la théorie de la sélection naturelle, dernier chapitre, 1870).

Cela peut être une observation correcte des espèces au niveau du règne animal ou végétal. Cependant, l’espèce humaine semble surdouée. Les humains ne sont pas issus de la très longue évolution des singes à l’homo sapiens en passant par les hommes de Néandertal : au moment de notre apparition, nous étions déjà ce que nous sommes aujourd’hui. Dès le début, notre cerveau était 50% plus grand que celui des primates les plus proches comme les chimpanzés ou les gorilles. Et nous avons toujours eu à notre disposition les outils du langage et de la parole, les pouces et les doigts opposés, ainsi qu’un réseau neuronal étendu et avancé.

 
Nous ne venons pas des singes. En effet, déjà dans nos origines pristines, nous étions dotés de tout ce qui représente un Être Humain pleinement développé. 

En particulier la dernière qualité mentionnée, le réseau étendu de neurones, nous donne des capacités qu’aucune autre forme de vie sur cette planète ne possède.

Depuis les années 1960, nous faisons des greffes de cœur en moyenne 5 000 par an ; nous pensions tout savoir sur le cœur. Mais en 1991, on a découvert quelque chose de très intéressant concernant le cœur humain : 

 Nous avons environ 40.000 cellules très spécialisées dans notre coeur, appelées Neurites Sensorielles. Les neurites sensorielles sont des cellules cérébrales typiques, mais elles ne sont pas dans notre cerveau ! Et il est étonnant que l’homme qui a découvert ces cellules se nomme Andrew Amour de l’Université de Montréal. « Amour » est le mot français pour « Amour ». Il a appelé les cellules qu’il avait découvertes « le petit cerveau de notre coeur ». 

 Ces cellules sont indépendantes de leurs sœurs dans le cerveau ; elles pensent, se sentent et apprennent indépendamment des cellules de notre cerveau. Nous avons donc une intelligence qui fonctionne de façon complètement séparée du cerveau. Et ces deux intelligences peuvent être harmonisées de façon très précise : la cohérence cœur-cerveau éveille certaines de nos capacités particulières. 

 Mais avant d’en arriver là, regardons la réalité de ces neurites sensoriels. Après une transplantation cardiaque réussie, il arrive parfois que le receveur présente des caractéristiques de personnalité différentes ou qu’il ait des sensations qu’il n’avait jamais eues avant la transplantation. Il y a une histoire très poignante d’une petite fille du Midwest américain qui a reçu une greffe à l’âge de 8 ans d’une autre petite fille qui était morte à l’âge de 10 ans.

Presque immédiatement après la transplantation, elle a fait un certain cauchemar qui est devenu récurrent par la suite. En effet, presque chaque nuit, c’était le même cauchemar. Lorsqu’elle a parlé avec un psychiatre, il a immédiatement reconnu que son cauchemar n’était pas un rêve mais un souvenir. 

 La question s’est donc posée : De qui se souvient cette petite fille, nuit après nuit ? Ils ont donc fait appel à un artiste médico-légal à qui la petite fille pouvait raconter tous les détails de ses souvenirs. 

Dans son rêve de mémoire, c’était toujours la nuit, elle était dans une forêt sombre en train de fuir un homme. Elle avait très peur de lui, elle était en panique. Soudain, elle trébucha et tomba, l’homme la rattrapa. Il l’a agressée et l’a tuée en lui parlant.

 Ces informations ont été données à l’expert médico-légal qui a dessiné une image fantôme de l’homme. Cette image a été remise à la police qui a lancé une recherche pour retrouver l’homme. Il n’a pas fallu longtemps pour trouver un jeune homme qui, lors du premier interrogatoire, s’est effondré et a avoué l’agression et le meurtre de la petite fille. Et pendant l’interrogatoire l’homme a dit les mêmes mots que la petite fille s’était rappelée de son rêve de mémoire.

Mais tout cela ne tient que si le rêve de la petite fille était en fait un souvenir, un souvenir qui a été conservé dans le cœur de la petite fille tuée et qui était accessible à la deuxième fille qui avait reçu ce cœur comme une greffe.

Notre cœur stocke les souvenirs d’une manière différente de celle de notre cerveau et parle aussi une langue différente. 

 Mais le cœur et le cerveau ne sont pas des entités qui ont l’obligation d’être séparées à jamais. En fait, ils peuvent s’harmoniser, ils peuvent s’accorder l’un avec l’autre au point de ne faire qu’un : c’est ce que nous appelons l’union cœur-cerveau ou la cohérence cœur-cerveau. Dans cette union, le cerveau et le cœur sont reliés par le réseau étendu de neurones. Et c’est en fait la plus grande qualité qui différencie les humains de tous les autres êtres vivants.

Dans notre vie ordinaire, nous vivons simultanément sur deux niveaux d’existence : le niveau du cœur et le niveau du cerveau. Ils se mélangent rarement ; nous vivons au niveau du cerveau pendant nos heures de travail, nous vivons au niveau du cœur lorsque nous partageons du temps de qualité avec notre bien-aimé.

Les cultures humaines se différencient dans leur manière. Dans l’éducation des enfants par exemple, certains donnent la préférence au cœur et d’autres au cerveau. Le système scolaire de notre culture occidentale donne la priorité au cerveau, à la logique, à la pensée linéaire, tandis que d’autres, surtout les cultures indigènes, chérissent davantage le côté émotionnel et intuitif du cœur.

 Les Mayas considèrent les cultures indigènes comme la tribu du Condor et les cultures occidentales et technocratiques comme la tribu de l’Aigle. Leurs prophéties nous disent qu’à ce point de l’évolution humaine, les deux tribus, le Condor et l’Aigle, doivent fusionner ensemble ou notre race périra.

Que signifie dans notre vie harmoniser le cœur et le cerveau ?

Quand nous harmonisons notre cœur et notre cerveau, nos pensées et nos émotions, c’est là que nous accédons à notre super potentiel, c’est là que nous atteignons une très grande vitesse de pensée. Lorsque nous entrons dans une pièce par exemple, chaque détail de la pièce et tout ce qu’elle contient peut être rappelé par la cohérence cœur-cerveau ; alors que notre esprit seul ne se souviendra que d’une fraction de cette information.

L’Union Cœur-Cerveau nous donne accès à ce que nous appellerions le Super Apprentissage ; mais aussi à des états extraordinaires d’Intuition Profonde. Et notre corps interprète l’Union Cœur-Cerveau comme une Guérison et comme un Amour. 

Sur les images, vous voyez ces cellules cérébrales typiques à l’intérieur du cœur ; le corps plus grand, ou nœud, est appelé neurone tandis que les connecteurs sont appelés neurites .

 

Pendant un état d’harmonie entre les neurones du cerveau et ceux du cœur, le réseau d’interconnexion est actif ; cet état est appelé Cœur-Cerveau-Cohérence.

 Dans ce clip vidéo, nous pouvons voir ce qui se passe lorsque le réseau est actif : vous voyez comment les neurites s’étendent pour se connecter à d’autres neurones, tandis que d’autres se déconnectent – formant un réseau très actif et dynamique. Le processus de mise en réseau ne se fait pas en une heure ou un jour ; il faut généralement 72 heures ou 3 jours pour établir un nouveau réseau.

Ces neurites se développent en réponse à notre intention : Chaque impulsion de bonnes émotions comme l’amour, l’appréciation, la compassion ou la gratitude déclenche la création d’un nouveau réseau de neurones. Ce type spécial d’intention est souvent décrit comme : Fais semblant jusqu’à ce que tu puisses le faire. Vous anticipez avec vos sentiments (cœur) l’effet que cette nouvelle expérience aura sur vous comme si elle avait déjà eu lieu.

Vous pouvez en fait déclencher la cohérence cœur-cerveau délibérément en utilisant les émotions positives mentionnées et votre visualisation intérieure. Il s’agit d’une méditation guidée qui facilitera le processus, décrite dans le chapitre suivant.


Réveiller la Cohérence Coeur-Cerveau II

Aujourd’hui, apprenons à connaître le potentiel que nous avons qui s’appelle l’intuition profonde, et la façon de l’éveiller par l’union de notre cœur et de notre cerveau.

L’intuition traite les informations d’une façon  très rapide et aboutit toujours à un résultat précis. Elle est basée sur des ondes cérébrales gamma de 0.1Hz. L’intuition est un savoir très puissant qui vient du cœur. Elle nous dit exactement ce qui est bien et ce qui est mal pour nous. Mais nous devons être très clairs sur le fait que cette information vient de notre cœur et non d’un autre place en nous comme notre cerveau.

Dans notre culture, les femmes ont un lien plus direct avec leur cœur et leur intuition. Des expériences scientifiques ont montré que les femmes savent en 3min si une personne qu’elles rencontrent a le potentiel d’être son compagnon de vie ou non. Mais ce pouvoir chez les femmes comme chez les hommes est souvent entravé dans notre culture par la force opposée, qui est le doute.

Mais voici quelques indicateurs pour déterminer si c’est votre cœur qui vous parle:

–  le message est bref

– et concis

– souvent en une phrase

– et sans aucune justification

Les Cherokees ont un mot pour désigner le pouvoir du cœur ; il s’appelle Shante-Ishta. Nous pouvons décrire la signification comme suit : l’œil unique du cœur qui ne juge pas du bien ou du mal. Shante-Ishta peut détecter la vérité sans juger. Lorsque votre Shante-Ishta est ouvert, votre cerveau fonctionne à l’état gamma. Les gens ressentent l’état gamma comme un antidépresseur, une force de guérison et comme s’il insufflait de la vie à notre perception sensorielle – tout semble différent.

Voici maintenant la technique qui va nous amener à la cohérence cœur-cerveau, aux ondes cérébrales gamma: cette technique a été synthétisée par l’Institut HeartMath à partir de  connaissances indigènes et d’expériences scientifiques :

  1. Trouver un espace confortable, assis ou couché pendant quelques minutes sans possibilité d’être dérangé.
  2. Déplacer votre conscience de votre mental vers votre cœur en touchant doucement le centre de votre cœur avec vos mains d’une manière qui vous est confortable.
  3. Ralentissez votre respiration à environ 5 secondes d’inspiration et 5 secondes d’expiration ; trouver le tempo confortable pour vous. La respiration lente transmet le message à votre corps que vous êtes en sécurité. Sentez la respiration comme si elle allait et venait de votre cœur.
  4. Maintenant contactez des émotions qui vont créer la cohérence cœur-cerveau. Normalement les émotions d’appréciation, gratitude, compassion vont créer cela presque pour tout le monde.
    Imaginez des situations autour de ces émotions pendant 3 minutes.
  5. Après cette phase, répétez-vous intérieurement : « N’est-ce pas merveilleux ? Merci, merci, merci. » pendant 2 minutes. Vous pouvez aussi utiliser votre voix.
  6. Respirez profondément, revenez dans le moment présent et ouvrez les yeux.

Lorsque vous pouvez générer l’un de ces sentiments ou une combinaison de ceux-ci alors que votre respiration est ralentie et que vous avez l’impression que votre respiration va et vient du cœur – alors vous créez la cohérence cœur-cerveau et vous déclenchez les neurones qui  vont établir de nouvelles connexions. Bien sûr, plus vous ferez cet exercice, plus la connexion cœur-cerveau deviendra forte. Les quelques minutes de cet exercice activent le système immunitaire et les autres systèmes hormonaux pendant les prochaines 6 heures !


La Nouvelle Compréhension

« De bien des façons, vous,chercheurs de connaissances, possédez déjà les connaissances nécessaires pour créer vous-mêmes les unités UAU et celles qui suivront. » Carolina

« Dans une partie de l’enseignement d’aujourd’hui, je vais commencer à ouvrir une nouvelle dimension que vous connaissez tous, mais que vous devez comprendre. Savoir, est différent de comprendre. Comme je le disais toujours à mes enfants :  » Quand tu comprends, tu n’as pas besoin de te souvenir « . C’est la clé des enseignements à partir de maintenant. Vous serez étonnés de tout ce que vous savez et vous serez étonnés de ce que vous pensiez ne pas savoir, mais que vous savez. » M. Keshe

Comment les champs façonnent notre réalité

Étape 1 : Toutes les choses sont liées

 Le père de la physique quantique, Max Planck, a dit que la matière que nous voyons dans notre monde n’existe pas. Et que ce que nous pensons être des faits, ne le sont pas. Le monde que nous voyons n’existe pas tel que nous le croyons. Il a ajouté que ce que nous voyons comme matière est ici à cause de l’existence de ce que nous appelons l’esprit conscient et intelligent. Ce sont ses mots précis. Et il a suivi cette déclaration en disant déjà en 1944, que cet esprit est la Matrice Divine de toute matière.

Gregg Braden a été formé en tant que scientifique ; et dans sa formation, il n’y a jamais eu la possibilité que cette Matrice Divine, ce champ d’énergie intelligente, non conventionnelle, puisse exister. Nous l’appelons non conventionnelle parce qu’elle ne fonctionne pas de la même façon que l’électricité ou l’énergie que nous diffusons dans la télé ou la radio. L’une des raisons pour lesquelles il a fallu tant de temps à la science pour rattraper son retard, c’est peut-être parce que l’équipement scientifique n’est pas conçu pour détecter ce type d’énergie. 

En fait, au cours des 100 dernières années, la science a raté à deux reprises l’occasion d’expliquer comment fonctionne notre monde. Et nous continuons à payer le prix dans les domaines où la science s’est essentiellement trompée. Sauf que maintenant, la situation est en train d’être corrigée.

Le première faille était la croyance que l’espace entre les choses est du vide. On a tiré les conclusions suivantes de la fameuse expérience Michelson Morley réalisée en 1887 : 

  • il n’y a aucun lien entre les entités existantes et

  • l’espace entre les particules de matière est vide

Ainsi, pendant plus de 100 ans, on a cru que chaque chose existe séparé de tout le reste. Ce qui se passe à un tel endroit n’aurait aucun effet sur quoi que ce soit ailleurs.

Et c’est maintenant nous savons que ces suppositions sont tout à fait erronées : il existe quelque chose dans le ‘’rien’’ et nous avons la capacité par notre cœur( par ce qu’on appelle l’émotion cohérente du cœur), de détecter et même de créer des champs dans notre corps qui iront au-delà de ses limites dans l’environnement. Ces champs représentent la soupe quantique qui contient toutes les possibilités. Et par l’émetteur, (notre cœur), nous pouvons choisir l’une de toutes les possibilités quantiques à manifester comme notre réalité. 
Et ce qui le rend si important dans nos vies, c’est le fait qu’à travers ce  champ, toutes les entités sont liées. Le mot que la science utilise à cet égard s’appelle « enchevêtrement ». L’enchevêtrement signifie que lorsque quelque chose se produit à un endroit de ce champ, l’effet peut être détecté partout ailleurs simultanément, que ce soit dans une autre pièce à côté de nous ou à l’autre bout du monde.

Il y a une expérience qui décrit très bien l’enchevêtrement: les scientifiques ont pris deux particules jumelles; deux photons (particules de lumière) identiques. les deux entités avaient donc les mêmes caractéristiques. Ils les ont séparées en deux endroits;  et avec un dispositif spécialisé, ils les ont envoyé en même temps dans des directions opposées à l’intérieur d’un câble à fibre optique : 7 miles pour une particule dans une direction et 7 miles dans l’autre direction. Lorsque les particules sont arrivées à destination, elles se trouvaient à 14 milles l’une de l’autre. Quoi qu’ils aient fait à une particule à un moment donné (changer sa charge ou sa vitesse de rotation, etc.), l’autre a agi comme si elle avait eu la même intervention au même moment. Les deux particules ont eu les mêmes expériences que si elles étaient encore ensemble, même si elles étaient physiquement distantes de plusieurs kilomètres.

Cette expérience est si importante, car elle démontre à l’esprit scientifique ce que les anciennes traditions indigènes ont toujours pensé : Tout est toujours connecté, même s’ils peuvent se séparer et s’éloigner de l’endroit où ils étaient à l’origine, ils restent toujours liés – comme les enfants le sont à leurs parents.

Étape 2 : La matière est un aspect du plasma

Quand j’étais à l’école, on nous enseignait que nous vivions dans une réalité physique et mécanique, faite d’atomes ; et que nos atomes ressemblaient à de petits systèmes solaires : des choses au milieu, appelées le noyau avec d’autres éléments qui les orbitent, les électrons. 

Maintenant, nous ne regardons plus les atomes comme des choses en orbite autour de choses ; nous les regardons maintenant comme des concentrations d’énergie dans l’espace-temps ; nous les regardons comme des champs ou des plasmas. Nous savons maintenant qu’au niveau atomique et subatomique, il n’y a pas de choses claires et concrètes.

Maintenant, là où cela devient important – et c’est déjà dans les manuels de physique standard – c’est que, lorsque vous changez le champ d’énergie dans lequel l’atome vit, le champ change l’atome. Vous pouvez modifier ce champ électriquement ou magnétiquement. Il y a des termes pour ces effets : l’effet Zeeman, l’effet Stark. 

Cela peut sembler technique et non pertinent, mais voyez les choses de cette façon : notre cœur est le générateur de champs bioélectriques et magnétiques les plus puissants de notre corps. Notre cœur génère des champs électriques plus puissants que notre cerveau. Notre cœur émet des champs magnétiques 5 000 fois plus puissants que notre cerveau. 

À chaque instant, chaque jour, votre cœur communique avec votre cerveau. Le cœur crée un champ d’énergie d’environ 2 à 3 mètres de diamètre. Ce champ d’énergie peut être mesuré d’une manière qui le rend très utile pour nous. L’Institut Heartmath a conçu des équipements qui nous aident à mesurer ce champ à chaque instant. Votre cœur envoie constamment des signaux à votre cerveau, indiquant à votre cerveau quel type d’énergie envoyer à votre corps ; mais il envoie aussi des champs dans l’environnement autour du corps qui détermine les manifestations qui se font. 

Ainsi, lorsque nous créons des pensées, des sentiments, des émotions, des croyances, de la compassion, des prières de pardon dans nos cœurs, ce sont les mots que nous appelons ces expériences. Mais pour l’Univers, nous créons des champs magnétiques propices à changer les choses. Et à travers les champs, tout dans l’Univers est lié. Ce n’est pas que nos émotions aient changé quelque chose dans le monde 3D comme par magie… au contraire, nos sentiments sont émis sous forme de champs magnétiques dans l’Univers, et ces champs déterminent à leur tour leurs manifestations dans notre monde physique.


Comment détecter les champs plasmiques?

Le plasma n’a pas de fréquence, parce qu’il ne fait pas partie de l’état de la matière, pas même de manière subtile. 

Si nous voulons mesurer les champs plasmiques, nous pourrions mesurer l’Âme.

Mais cette question surgit tout naturellement d’un profond enracinement dans l’état de la matière. Nous savons que notre science « moderne », développée depuis le XVIIIe siècle, est uniquement basée sur la matière. Ainsi, les instruments qu’elle a pu développer, ne peuvent mesurer que les différences quantitatives dans l’état de la matière. Nous pouvons détecter le pourcentage d’additifs chimiques dans les produits alimentaires, mais nous ne pouvons pas détecter la qualité des légumes ou s’ils ont bon goût.

Pourquoi voulons-nous un instrument pour mesurer les champs de plasma ? 

Parce que nous n’avons aucun moyen de les détecter autrement ? 

Cette situation me rappelle notre « addiction » au téléphone portable. Les téléphones cellulaires sont les moyens que nous avons développés pour les télécommunications. Leur moyen de transmission sont les micro-ondes, qui sont nocives pour les êtres vivants. Les téléphones portables eux-mêmes et leur utilisation est coûteuse. Leur production nécessite des terres rares dont la production est très nocive pour l’environnement. Les téléphones cellulaires ne vivent en moyenne que 4,7 ans. Tous ces aspects indiquent déjà que les téléphones cellulaires ne sont pas la bonne direction à prendre.

Nous savons que tous les êtres vivants, y compris les humains, sont capables de télécommunications – mais nous ne faisons pas confiance à nos capacités et notre paresse nous fait penser qu’il est plus facile d’acheter un iPhone que d’apprendre la télécommunication. Nous n’avons qu’à nous rappeler notre faculté naturelle de communication avec notre âme : c’est plus rapide, absolument gratuit et sain !


Lorsque nous serons en mesure de le faire, nous serons également en mesure de détecter les champs de plasma avec nos sens – ce mode de détection sera immédiat, plus précis et absolument libre! De toute façon, nous n’avons pas le choix parce que la télécommunication est l’affaire de l’Âme.

On peut dire que seul le semblable peut détecter son semblable. La détection des champs passe à travers notre âme et on n’a pas besoin d’un détecteur technologique car nous sommes capables de les sentir. 

Mais il y a une autre particularité en ce qui concerne la détection des champs par l’âme : chacun de nous a une âme physique différente, un mental différent ; c’est pourquoi nous avons tous des perceptions différentes. Tout comme nous voyons tous une rose rouge différemment selon l’intensité du champ de notre mental (âme de la forme physique). Nous partageons la même âme universelle, mais notre âme individuelle de la forme physique a sa propre couleur et sa propre force de champ. Et la perception de la lumière ou de la couleur naît de l’interaction entre les champs de l’objet perçu et les nôtres. 

Il existe de nombreuses façons de passer de nos sens physiques à notre ressenti : 

  • avant d’aller à un rendez-vous, sentez si l’autre sera là

  • quand le téléphone sonne, sentez qui appelle

  • quand vous recevez un cadeau, devinez ce que c’est

  • quand vous rencontrez quelqu’un, ressentez son état avant de le lui demander


Le Pouvoir de l’Émotion Humaine

Par Gregg Braden

En visitant un monastère tibétain, il a trouvé une version très ancienne de l’évangile de Thomas, une version qui n’a pas jamais été éditée par le sacerdoce et l’église. Nous pourrions dire que ce sont les enseignements originaux de Jésus. Il enseignait à ceux qui l’entouraient le pouvoir de l’émotion humaine pour leur permettre de faire les mêmes « miracles » que lui. Pour utiliser ce pouvoir, nous devons parler le langage que l’Univers reconnaît.
Toutes les religions nous disent qu’il y a un champ d’énergie et que nous avons le langage pour l’utiliser.

  1. Ce que nous appelons prière, ce n’est pas dans le sens de demander l’aumône. La prière, c’est ressentir l’état d’accomplissement.
  2. Nous devons sentir comme si notre souhait était déjà exaucé.

Le premier verset important dans le contexte de l’évangile selon Thomas est le no 106 de la version de la bibliothèque de Nag Hammadi :

Quand vous faites des deux – la pensée et l’émotion – un, vous pouvez dire à la montagne de s’éloigner et la montagne s’éloignera. 

Quand vous pouvez marier votre pensée et votre émotion en une seule force puissante, c’est là où vous avez le pouvoir de parler à l’Univers. Quand les deux – la pensée et l’émotion – deviennent un dans nos cœurs, nous créons les sensations et les émotions dans notre corps.

Cette information est si importante qu’elle a été enregistrée trois fois dans le même évangile ; voici le deuxième verset qui en fait référence; est le No. 48 :
Si les deux font la paix l’un avec l’autre dans cette maison, ils diront à la montagne de s’éloigner et elle s’éloignera.

La maison, c’est vous ; vous êtes la maison, vous êtes le temple. Encore une fois, il s’agit de pensées et d’émotions.

Alors, comment pouvons-nous faire cela, faire converger la pensée et l’émotion ?

La citation biblique officielle “demandez et vous recevrez” , répond à cette question. Nous savons tous qu’il y a des gens, y compris nous-mêmes, qui demandent, demandent et redemandent et rien ne se passe. Parce que la demande n’est pas faite avec la Voix. De pleurer “S’il vous plaît, apportez-moi ceci et cela dans mon monde” – ce n’est pas la bonne façon de s’adresser à l’Univers. Pour demander correctement, nous devons parler à l’Univers dans le langage que l’Univers reconnaît. L’Univers ne reconnaît pas notre voix – il reconnaît seulement la puissance de notre cœur ! Nous savons déjà que notre cœur est l’âme de la forme physique, le mental ; il émet des champs magnétiques. Et l’Univers reconnaît ces champs.

Ainsi, lorsque vous créez l’émotion dans votre cœur comme si votre prière avait déjà été exaucée, cela crée la force de champ nécessaire pour vous apporter la réponse de l’Univers.

Demandez et vous recevrez est expliqué de la manière suivante dans la Bible officielle, Jean 16, 23, 24 : Tout ce qu’il demandera au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent, vous n’avez rien demandé en mon nom. Demandez et vous recevrez, afin que votre joie soit pleine. C’est tout. Cela suggère qu’il faut se lamenter en son nom…

Les éditeurs de l’église ont supprimé les deux phrases qui nous disent comment le faire. Voici la version originale, non éditée : Demandez sans motif caché et soyez entouré par votre réponse,  soyez enveloppé par ce que vous désirez pour que votre joie soit complète.
Il est dit de demander sans motif caché, c’est-à-dire de demander sans jugement. Demandez sans évaluer ou juger votre demande par votre mental, demandez sans douter – demandez avec l’innocence de votre cœur .

Ensuite il n’est pas dit de prononcer des mots ; il dit de se sentir entouré de ce qu’on souhaite ; de se sentir comme si la réponse du souhait était déjà arrivée : si vous voulez la relation parfaite dans votre vie, si vous voulez la guérison dans le corps de vos proches, ressentez l’émotion comme si cela se produit déjà, ressentez l’émotion qui arrive en voyant la personne dans son état parfait. Soyez enveloppé par le résultat de ce que vous désirez. Parce que c’est à ce moment-là que votre pensée et votre émotion ne font plus qu’UN. Quand vous demandez de la façon mal comprise, voici ce qui arrive:

“Je souhaite que ma mère n’ait plus d’arthrite” =  pensée, objectif

 

“Je vous prie de la guérir, car la maladie est là” = émotion de manque

L’émotion du manque contredit la pensée du souhait. Par contre si vous avez l’objectif de la guérison de vos proches et que vous ressentez votre contentement de la savoir guérie, la pensée et l’émotion deviennent UN et c’est ce que le langage de l’Univers reconnaît. Neville Goodall dit la même chose : “Vous devez absolument traiter votre rêve du futur comme un fait accompli; en assumant que l’émotion de votre souhait exaucé vient de l’endroit où il est fait accompli.”

Voici un exemple des pratiquants de Chigong qui guérissent une tumeur de la vessie d’une femme en moins de 3 minutes. Regardez les images vidéo à ce sujet ici. Les praticiens n’ont pas jugé le cancer comme étant mauvais ou bon; il n’y avait pas de jugement. Ils ont accepté cette tumeur comme une possibilité, une des nombreuses possibilités dans les univers parallèles. Ils n’ont pas dit « mauvais cancer tu dois partir ! » Ils n’avaient aucun jugement, aucun motif caché. Au lieu de cela, ils ont dit que maintenant ils vont choisir une autre réalité en évoquant l’émotion comme si la femme était déjà guérie. Les seuls mots qu’ils prononçaient étaient des syllabes répétées ‘Wassa, wassa’ ; ce qui se traduit par  ‘déjà accompli’. Et quand ils sentaient que le processus était bien entamé, ils ont dit Mei, mei, mei, ce qui signifie Maintenant, maintenant, maintenant. Pas dans un an, ni la semaine prochaine, mais maintenant ! Et son corps a répondu, c’était inévitable. La réalité physique doit répondre à la langue qu’elle comprend.

Cette question préoccupe beaucoup de gens : Comment est-il possible que quelque chose qui se passe à l’intérieur de notre corps, dans nos pensées par exemple, puisse avoir une influence sur ce qui se passe au-delà de notre corps, dans le monde qui nous entoure ?

La meilleure façon de répondre à cette question est peut-être de raconter l’histoire qui suit:

Gregg Braden: « Je vis dans le haut désert du nord du Nouveau-Mexique, à environ une heure du voisin le plus proche. Au début des années 1990, le haut désert du nord du Nouveau-Mexique connaissait une grave sécheresse, la pire depuis plus de 100 ans.

Un ami indigène, David, m’a appelé et m’a demandé si je voulais me joindre à lui dans un endroit ancien pour une prière de pluie ? Je n’ai pas eu à y penser à deux fois et j’étais d’accord avec joie. Cependant, je n’étais pas préparé pour ce que David m’a montré ce jour-là parce que je m’attendais à voir des chants, de la danse, une sorte de cérémonie – et ce n’est pas ce que j’ai vu du tout !

Nous avons parcouru à pied 130 000 acres de sauge, le plus parfumé du désert, et nous sommes arrivés à cette ancienne roue de médecine. David enleva ses chaussures et entra au centre de la roue de médecine. Il m’a tourné le dos, a fermé les yeux et a tenu ses mains dans un mudra de prière pendant quelques secondes… puis il s’est retourné et m’a regardé en me demandant si je voulais aller déjeuner avec lui !

J’ai été choqué et je lui ai dit : « Je pensais que tu allais prier pour la pluie, et je ne t’ai rien vu faire ? » Et c’est la clé de l’histoire : il m’a regardé de l’intérieur du cercle droit dans les yeux et m’a dit : « Non. Si j’avais prié pour la pluie, de la façon dont tu le pense, ça n’aurait jamais pu arriver. Parce qu’au moment où nous demandons que quelque chose se produise, nous venons de reconnaître à l’Univers qu’il n’existe pas. Nous venons d’affirmer et de confirmer la chose même que nous prions de changer. »

J’ai dit : « Si tu n’as pas prié pour la pluie, qu’as-tu fait ? »

Il a répondu : « Quand j’ai fermé les yeux, j’ai senti ce que je ressens quand il pleut dans notre village, j’ai senti le sable mouillé de pluie, et j’ai senti mes pieds nus dans la boue après une grosse pluie. Et j’ai remercié avec gratitude et appréciation pour la pluie qui s’est déjà produite. »

Puis nous sommes allés déjeuner à Taos et quand je suis rentré chez moi, j’ai vu les énormes nuages noirs qui arrivaient des montagnes du Sangre-de-Christo. A la tombée de la nuit, il a commencé à pleuvoir et il a continué toute la nuit et une grande partie de la journée suivante ; il a tellement plu que les champs et les routes ont été inondés. J’ai téléphoné à David pour lui parler de l’énorme bordel d’eau. Il se tut un instant et dit : « C’est la partie de la prière, les ancêtres n’ont jamais compris ; ils pouvaient faire venir la pluie, mais ne pouvaient pas lui dire quelle quantité de pluie apporter… »

Plus tard, j’ai écouté le météorologue de la Tv à Denver Colorado décrire comment le courant-jet traversait l’Ouest, traversait le Wyoming où il plongeait dans le Colorado et descendait vers le Nouveau-Mexique et faisait un petit virage avant de remonter, juste au-dessus de l’endroit où la pluie s’était produite. Et l’homme de la météo a reculé et n’a dit que « hm » parce qu’il n’avait rien connu de tel.


Compréhension et plasma

La compréhension vient de l’interaction entre un plasma plus fort ( l’Âme Universelle) et un plasma plus faible ( nous). Plus nous voulons nous rapprocher de l’Âme Universelle, plus nous devons adopter un positionnement du faible. Il s’agit bien sûr d’humilité.  Pour s’approcher de la Source de l’intelligence, nous devrions avoir une coupe vide en main. Les arrogants qui arrivent avec une tasse pleine de « je sais » se mettent en position plus forte et aucune interaction ne peut se produire.

Pour l’Âme Universelle, nous sommes et restons en fait les « enfants » ; exactement de la même manière qu’au début de notre vie, nous avons été enfants de notre mère et de notre père. Nous étions dépendants et nous étions en accord avec ça. C’est le travail des enfants d’imaginer, de faire des souhaits et les peaufiner tout au long de ce processus de manifestation. Le « faire » reste la tâche de l’Univers, la Loi de l’Attraction. Il est vraiment important que nous changions notre habitude: de ne pas toute suite embrayer dans “le faire pour régler les affaires”, mais plutôt de prendre le temps de nous asseoir, d’imaginer et ressentir les choses. Nous ne sommes pas les acteurs dans l’Univers, nous sommes ceux qui s’en réjouissent.

Souvenez-vous de la mort et de la résurrection de Seth dans la « Vie des Maîtres » :  Seth était un vieil homme souffrant beaucoup d’arthrite ; il a aidé le groupe à copier les anciennes tablettes du temple. Il était très serviable et est devenu un être cher pour tous les membres du groupe. C’était un grand choc lorsqu’ils l’ont trouvé un matin mort sur son lit.

Ils appelèrent alors les Maîtres pour leur demander s’ils ne pouvaient pas le ramener à la vie parce qu’ils l’aimaient tous beaucoup. Les Maîtres répondirent à cette demande  car leur amour pour Seth pouvait effectivement le ramener ; et surtout parce qu’il n’avait commis qu’une seule erreur causant la grande erreur (c’est ainsi qu’ils appelaient la mort d’une personne) : sa seule erreur avait été de se croire responsable de ce qui arrivait , que c’était lui qui devait s’occuper de ce qui se passait dans la vie…

Alors les Maîtres allèrent de ‘’l’autre côté’’ et le lendemain matin, Seth se réveilla comme d’un sommeil, paraissant 40 ans plus jeune sans aucune trace d’arthrite et heureux comme une palourde.
« L’homme regarde dans la dimension de la réalité en essayant de comprendre sa propre stupidité. » M. Keshe


La Nouvelle Compréhension

« La nouvelle connaissance est plus puissante que la matière elle-même : ajoutez- y vos expériences et regardez toujours le positif. Si vous créez suffisamment de positif, quel que soit le négatif , celui-ci ne comptera même pas.
Il ne s’agit pas de savoir comment voler – il s’agit de l’Ethos, il s’agit de savoir comment devenir membre de la Communauté Universelle. De plus, l’évolution réelle ne concerne pas la manière de changer les choses ( donc elles nous conviennent ), mais plutôt la manière de bouger et d’agir en gardant à l’esprit le Bien pour l’Univers tout entier »
. M. Keshe

Cette dernière phrase ne doit pas être mal interprétée, dans le sens où nous devons renoncer à nos désirs et préférences personnels. Mais comprendre que suivre le Principe Universel pour faire ce qui est Bon pour Tous, inclut également tout ce qui nous convient à nous aussi- avec patience.

Lorsque l’Humanité fera partie de la Communauté Universelle, elle sera confrontée à un défi majeur : Comment agir au sein de la Communauté Universelle. Quel sera notre travail et comment devrons-nous l’accomplir ? Je pense que ce ne sera pas très différent du travail que nous avons ici sur Terre, où nous sommes les gardiens et nous accomplissons ce travail en affinant constamment notre bonheur et notre gratitude dans ce contexte.

Votre amour est-il assez grand pour devenir un « vaisseau spatial » pour d’autres âmes ? Car c’est le but de la Communauté Universelle ; devenir le véhicule pour ceux dont la vitesse de pensée n’est pas encore assez rapide pour comprendre et être libres ; pour élever leur Âme.   M. Keshe

De même, suivant le circuit des conférences KF, les enseignements hebdomadaires ne viennent plus d’un seul endroit mais de toutes les parties de la planète. Les enseignements provenant d’un lieu particulier de la planète sont liés à la langue et à la culture pratiquées dans ce pays. Au niveau de l’âme, les enseignements dans chaque pays véhiculent de nombreux aspects de la famille humaine. En d’autres termes, dans chaque pays, les enseignements auront la saveur de ce lieu particulier.

Cela montre qu’au niveau de la connaissance, nous sommes déjà une seule humanité, un seul monde. Le savoir s’est déjà répandu jusqu’à maintenant ; il a même atteint les peuples indigènes du Brésil, comme cette femme portant un bracelet à plasma.

Tous les systèmes Magrav, les réacteurs et la formation en étoile, que nous avons tous réalisés, sont interconnectés. Beaucoup de gens penseront qu’ils ont été créés pour économiser de l’énergie, alors qu’en vérité leur but est de faire le lien entre le physique, l’esprit et l’âme. « Nous avons utilisé l’avidité de l’homme pour le rapprocher de son âme.
Veuillez vérifier vous-même si vous avez fabriqué ou acheté un Magrav : prenez le temps de noter comment vous et votre famille, les animaux et les plantes autour de vous, vous êtes-vous comportés un an avant d’acquérir le Magrav. Et puis notez comment ils se comportent maintenant un certain temps après l’installation ; pensez aussi à votre propension aux maladies, à votre capacité d’apprentissage….
« Vous avez juste cherché la puissance dans les fils électriques- j’ai cherché la puissance dans l’âme physique (le mental) de l’Homme ».
A un niveau plus global, ce dont l’humanité a besoin pour entrer dans la Communauté Universelle, c’est la fin des religions et la fin de la guerre.
« L’homme cessera d’adorer les idoles qui le maintiennent en servitude dès qu’il comprendra qu’il est le créateur de lui-même, car il fait partie intégrante de l’âme universelle. Le temple du Créateur ne peut donc être qu’à l’intérieur de l’homme ».

Une fois que nous sommes au niveau de l‘Âme, nous avons des choix différents. Au niveau de l’aspect planétaire de l’Âme, tout ce que nous faisons et où que nous soyons, tout est déterminé par notre amour pour la planète Terre.  Et d’autre part, quand nous nous identifions à l’Âme Universelle, nous faisons partie du Créateur et nous pouvons agir en tant que Créateur – ce que l’on appelait auparavant « la main de Dieu ».

Enfin, récapitulons comment le plus gros plasma alimente toujours le plus petit plasma : le champ vert sortant du plus gros plasma entre dans le plus petit et l’alimente.
A l’intérieur du plus petit, un champ d’un ordre supérieur est maintenant créé qui est renvoyé vers le plus grand (ligne rouge). En d’autres termes : « En te donnant la force dont tu as besoin et en la recevant, tu crées en toi un champ d’un ordre supérieur, qui correspond à mon champ. De cette façon, tu viens m’alimenter « .
Alors, qui est le plus fort et qui est le plus faible – qui nourrit qui ? Il s’agit plutôt d’une interaction d’échanges d’égalités dynamiques.


L’intensité des champs dépendent de nous

Par Carolina
Lorsque nous parlons de l’intensité des champs des systèmes que nous créons, nous devons d’abord comprendre notre propre intensité de champs et la façon de la construire en nous-mêmes, car notre propre intensité de champs décidera de l’intensité de champs de tout système que nous créons.
C’est par les enseignements sur l’âme que vous recevez cette compréhension.
Notre champ de force peut être sans limite dans son potentiel: vous avez une intensité de champ qui agit sur ce que vous créez dans vos conteneurs GaNS. La force de ce que vous produisez dépend de votre compréhension de la quantité et de l’endroit où vous relâchez la force de vos champs.
M. Keshe s’explique : « Notre message est très simple, l’homme lui-même fait partie du Créateur, et c’est là l’essentiel et l’essence de nos enseignements. Quand vous faites partie du Tout, vous en êtes la totalité, vous en portez l’essence. C’est vous qui décidez jusqu’où vous voulez que  cette essence se manifeste. Quand on regarde l’ensemble de soi, il faut être impartial sur tous les aspects, qu’il s’agisse de la façon dont on a été élevé et éduqué… parce qu’en étant impartial, on n’a pas besoin de défendre sa position et, par conséquent, on ne gaspille pas son énergie, mais on l’ajoute à celle qu’on a acquise.
La connaissance, c’est partager une partie de l’âme de l’homme qui vous a donné la connaissance. C’est ce que l’homme n’a pas compris jusqu’à présent. Quand vous lisez quelque chose d’Einstein,d’Edison, de Tesla,  ou de De Vinci, vous agissez tel un ordinateur qui stocke la connaissance, mais en ajoutant la compréhension véritable, elle fait alors partie de vous et de ce fait cette compréhension vous change.


Comment intégrer la nouvelle technologie

Question d’un chercheur de connaissances du Plasma Reactor Group:  « M. Keshe, vous parlez d’une nouvelle technologie et vous dites que nous devrions développer des projets avec la nouvelle technologie dans de nouveaux groupes de développement – comment pouvons-nous faire cela si nous ne savons même pas de quoi parle cette nouvelle technologie?! »

La réponse de M. Keshe indique d’abord que cette nouvelle technologie ne consiste pas à « faire des choses », mais plutôt à comprendre comment la technologie plasma originale en termes de nano revêtement et de GaNS fonctionne à un niveau beaucoup plus profond. Il parle de « champs collectifs », expression utilisée dans la promotion de l’UAU. La KF affirme que donner des recettes pour copier l’unité serait contre-productif, parce qu’à ce stade de l’évolution de la technologie, il est vital que chacun d’entre nous absorbe et intègre réellement la compréhension profonde du fonctionnement du Magrav et du GaNS. Tous les outils développés par la science du plasma sont en fait des représentations du fonctionnement de l’Univers. Alors M. Keshe nous demande :

« Combien d’entre vous ont réussi à créer un système qui porte une âme ? Oubliez le nano revêtement et le GaNS, regardez les champs du plasma, l’énergie qui est créée ! » M. Keshe

Il semble que la compréhension de la nouvelle technologie puisse être bloquée par d’anciens systèmes de croyances – ou plutôt des systèmes d’incrédulité – qui ignorent et cachent l’existence de l’Âme, qui elle est le centre de tout, autant que notre principale motivation. Si nous ne pouvons pas mettre l’Âme là où elle se doit d’être, au centre de notre être, nous ne serons pas capables d’intégrer cette nouvelle technologie. Tant que nous ne comprendrons pas l’énergie de l’Âme, l’homme ne pourra entrer dans l’espace, ni faire partie de la Communauté Universelle. Par exemple, si nous comprenons la connexion de l’Âme avec notre corps, nous avons tout ce que nous avons besoin de savoir sur la façon de puiser dans l’énergie universelle (Plasma) pour couvrir tous les besoins énergétiques que nous avons au plan matériel. « Beaucoup l’ont déjà fait dans le passé. » M. Keshe

Notre système solaire est la représentation exacte de notre corps, l’Âme étant le soleil et l’âme de la forme physique étant la terre.

 
Ainsi, en regardant le système solaire, nous sommes à même de mieux comprendre le fonctionnement de notre corps physique car le système solaire est fait de la même manière et a la même structure que le corps de l’homme. Et nous pouvons aussi regarder notre corps pour mieux comprendre le système solaire. 

Si nous comparons l’Âme au Soleil, l’âme physique ou le cœur à la Terre, nos reins à la lune, nous observons que la lune contrôle les marées, le mouvement des eaux. De la même manière, les reins contrôlent les eaux du corps en interagissant avec le cœur et la force centrale, l’âme.

 
On peut aussi comparer notre corps avec les systèmes dynamiques que nous avons développés : la circulation sanguine verticale remplace la rotation des réacteurs dans ces systèmes.

L’image ci-dessus nous montre comment fonctionne l’Univers. Les paquets d’énergie provenant du centre de l’Univers interagissent avec les champs d’inertie d’un environnement donné pour créer des manifestations. Sur l’image ci-dessus, vous voyez la création d’une plante dans l’environnement terrestre et la création d’un être-lunaire dans l’environnement lunaire.

Dans le passé, nous avons utilisé la matière pour créer des GaNS et nous pourrions ensuite utiliser ces GaNS pour créer d’autres matières et de l’énergie. Cela crée un cycle qui reste lié à l’état de la matière : Matière-GaNS-Matière…. ce cycle est de faible force.

Si l’interaction est au niveau des forces supérieures, on ne crée pas de la matière mais des âmes.

Alors nous sommes maintenant à la croisée des chemins : soit nous choisissons de rester sur la voie de la matière (utiliser le GaNS dans les réacteurs pour créer de l’or comme l’a fait Peter d’Autriche), soit nous passons au niveau énergétique supérieur, nous devenons « Homme de l’Univers » avec les mêmes capacités que les « Maîtres de l’Orient lointain ». Au niveau énergétique supérieur, nous pouvons décider de créer « spontanément » ce qui est approprié.

Le problème rencontré avec beaucoup d’entre nous, c’est que nous voudrions rester dans le monde de l’état-matière, et comprendre le monde universel – cela ne se peut pas. A partir de l’état inférieur de la matière, nous ne pouvons pas voir et comprendre le niveau de l’âme. 

Les voyages dans l’espace en mode de pensée lente nécessitent des machines utilisant des combustibles externes tandis que les voyages dans l’espace en mode de pensée à haute vitesse utilisent simplement l’énergie de l’Univers. C’est ce que toutes les autres entités cosmiques comme les planètes, la lune, les étoiles etc font depuis la nuit des temps.

Comme nous l’avons appris, comprendre change profondément qui nous sommes. C’est pourquoi le partage et la compréhension des connaissances sont si importants. Si nous décidions de ne pas en apprendre davantage, nous resterions au même niveau que nous sommes avec les mêmes contraintes, faiblesses et dépendances. Si, cependant, nous choisissons de comprendre la nouvelle technologie – ce que nous pourrions appeler la technologie universelle – les nouvelles connaissances nous changeraient. Nous passerions à l’autre niveau ou autre dimension de l’existence ; le même niveau que la Communauté Universelle. Et il s’agit aussi de la confirmation de notre existence ; au niveau de la vitesse lente, nous ne pouvons confirmer que ce qui existe avec nos sens matériels – ce qui est une sélection très étroite de la réalité – et nous n’arriverons jamais à connaître notre âme, notre vrai Moi. Au niveau de la haute vitesse, nous confirmons notre existence uniquement au niveau de l’énergie ou de l’âme.

Il y a un bon équivalent pour tout cela aujourd’hui :

  • À très basse vitesse, nous nous identifions à ce que nous portons ; nous nous habillons avec les symboles de notre niveau de vie. Quand on nous enlève ces vêtements, nous ne sommes plus rien.

  • A un niveau un peu plus élevé, nous nous identifions à notre corps/mental ; quand le corps ou le mental nous sont enlevés par la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer, nous ne pouvons plus rien faire, nous ne valons plus rien et nous sombrons dans l’anéantissement (mort).

  • Mais à haute vitesse, là où nous sommes conscients que nous SOMMES notre âme, nous contrôlons notre corps/esprit, tout comme nos vêtements.

Ainsi, le choix entre le monde de la haute vitesse et celui de la basse vitesse décide aussi du pouvoir que nous avons : que nous soyons une victime malchanceuse ou un Créateur. La transition entre le monde de la pensée à basse vitesse et celui de la pensée à haute vitesse ne se fait pas en apprenant ( au sens précis du mot), mais plutôt en se souvenant. Nous savons tous que plus nous essayons de nous souvenir, moins  le souvenir ne revient. Mais si nous évoquons des souvenirs similaires, joyeux et revigorants, ou si nous nous sentons simplement bien, si nous relaxons sans faire d’efforts, les chances sont beaucoup plus grandes que la mémoire du souvenir nous revienne. Cela signifie que nous devons faire deux choses en même temps :

  1. éviter tout effort ou toute volonté forte à tout prix

  2. améliorer peu à peu l’état de nos sens = accélérer nos pensées pour obtenir l’intensité du champ de cette mémoire en sentant que nous sommes complets et tous puissants au nom du bien de tous.