Dans cette série de rencontres, des membres de la Fondation Keshe, du Conseil Universel et des étudiants en Plasma du monde entier partagent leurs idées. Vous pouvez également partager les vôtres en participant aux événements zoom de 1 Nation 1 Planet 1 Race 4 World Peace chaque semaine le mardi à 10h00 heure de l’Est à la Fondation Keshe Zoom.

C’est nous qui pouvons échouer ou réussir selon notre propre  » voie de la foi « .     (Mehran T. Keshe)

Les commandements ci-dessous sont ce que Moïse prétend avoir rapporté de la montagne avec lui. Elles sont nées de l’interaction de l’âme de Moïse avec l’âme du Créateur (notre âme collective). Moïse n’a jamais sculpté les pierres avec les 24 commandements, mais seulement  12. Sur les 12 qu’il avait relevés, il en supprima ensuite 2 par lui-même, ne gardant que les 10 que l’on connaît. Il s’est débarrassé de ces deux commandements parce qu’il ne pouvait pas être à leur hauteur 😉

(aviram)Peut-être que ce ne sont pas vraiment des commandements, mais plutôt des qualités lorsque nous comprenons que nous sommes UN avec tous et tout et Dieu… et en plus: notre âme collective (Dieu) n’a jamais choisi un homme pour lui conférer des commandements; elle nous en parle continuellement, à chacun-e de nous…

Les 10 commandements délivrés par Moïse

  1. Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude.
  2. Tu n’auras pas d’autres dieux que Moi. Tu ne te feras aucune image taillée, ni aucune ressemblance, de ce qui est en haut dans le ciel, ni de ce qui est sur la terre en bas, ni de ce qui est dans l’eau sous la terre. Tu ne te prosterneras point devant eux, et tu ne les serviras point, car moi, l’Éternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui châtie l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et quatrième génération.
  3. Tu ne prononceras pas le nom de l’Éternel, ton Dieu, en vain ; car l’Éternel ne rendra pas innocent celui qui prononce Son nom en vain.
  4. Souviens-toi du sabbat, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est un jour de sabbat pour l’Éternel, ton Dieu ; tu n’accompliras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni ta servante, ni ton serviteur, ni ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes portes ; car en six jours l’Éternel a fait le ciel et la terre, la mer et tout ce qui y est, et s’y repose le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur bénit le jour du sabbat, et le sanctifia.
  5. Honore ton père et ta mère, afin que tes jours soient longs sur la terre que le Seigneur Dieu te donne.
  6. Tu ne tueras point.
  7. Tu ne commettras point d’adultère.
  8. Tu ne voleras point.
  9. Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.
  10. Tu ne convoiteras ni la maison de ton prochain, ni sa femme, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne, ni rien qui appartienne à ton prochain.

Les Commandements ‘oubliés’ par Moïse

XIII. L’homme nourrit ses proches aussi bien que ses ennemis.

Par aviram, Plasma-Laurentides

Avez-vous remarqué que cette phrase ne dit pas : « Tu ne vas pas faire ceci ou cela… »; elle ne commande pas, mais énonce un fait : L’homme nourrit ses proches ainsi que ses ennemis ? Cela semble corroborer l’idée qu’il ne s’agit pas de commandements, qu’il faut suivre (aveuglément ?) mais de déclarations, de descriptions de l’homme quand il vit son plein potentiel.
Quel genre d’homme nourrit ses proches aussi bien que ses ennemis ?
Ce serait un homme ou une femme qui n’a aucun jugement – tu es mon ami, tu es mon ennemi. Il ou elle aime tous les êtres également et inconditionnellement.
Ce serait un homme ou une femme qui comprendrait qu’il n’est qu’UN, qu’il est un Plasma. Un plasma qui donne et reçoit naturellement sans aucune condition – comme le soleil brille sur n’importe quel corps. Il ou elle n’a aucun concept d’ami ou d’ennemi : il ou elle regarde n’importe quel visage et ne voit que Dieu, l’Univers, l’Existence…. Il ou elle comprend qu’étant un Plasma, on fait partie du réseau complexe de la Vie, interdépendant avec chaque chose ou être, donnant et prenant toujours librement sans aucune considération ou pensée.
Ce serait un homme ou une femme qui est très clair sur ce qu’il veut : le bonheur ! Et ayant toujours cette direction dans l’esprit, il ne se souciera tout simplement pas des autres dans le sens de ce qu’ils pensent, de leur opinion, de leurs croyances ou de la façon dont ils réagissent ou se comportent envers lui… il surfera la vague du bonheur inconditionnel si égoïstement… il prendra toujours avec reconnaissance et il donnera toujours librement car rien ne lui appartient, il est un canal si lisse où tout passe sans obstacle et rien ne se coince jamais…il prospère et avec lui tout pousse !


XII. Tu seras égal aux autres et tu ne te considéreras ni supérieur ni inférieur à eux.

Pete : Nous sommes tous faits à l’image du créateur, donc nous ne pouvons pas être plus haut ou plus bas.

Klaus : Les hommes doivent faire face à leurs attitudes envers les femmes.

Gatua : Toutes les âmes sont pures, donc elles sont toutes égales.  Ces âmes entières sont élevées et comprennent que toutes les âmes sont égales, car elles viennent de la même source. Seul l’homme physique – celui qui considère la forme physique comme importante – se considère supérieur aux autres.

Jalalal : Un enfant et un vieil homme ont la même source.

Lorinc : Chaque corps est l’expression d’une âme dans un environnement spécifique. L’âme a choisi sa façon d’expérimenter. Dans l’univers, nous nous jugeons l’un et l’autre par la force de l’âme, et non par l’apparence du tissu comme le dicte l’environnement. La force de l’âme s’exprime en fonction du nombre d’âmes qu’elle sert. Dans l’âme en tant qu’âme du Créateur, nous sommes tous égaux et un. Le directeur est toujours le même.

Aviram : Nous ne sommes pas égaux à tous les niveaux , sauf au niveau de l’âme – nous sommes des femmes, des hommes, des enfants, des animaux, des plantes, petits, grands, colorés ou transparents… nos différences rendent cet Univers si coloré et notre voyage si agréable ! Nous ne sommes UN qu’en ce qui concerne notre âme parce qu’il n’y a qu’UNE SEULE ÂME, l’Âme du Créateur, qui est Dieu en nous.

1 Nation 1 Planète 1 race 4 Worldpeace #51  : Le prochain sujet de mardi prochain XIII. L’homme nourrit ses proches aussi bien que ses ennemis.


XI. Tu ne mentiras point

Tiré du 1 nation 1 planet 1 race for world peace #50

« Au début, Moïse a reçu 22 commandements. Et en suivant son propre agenda, il en aurait délivré 12 et détruit les 10 autres parce que ne pouvant pas être à leur hauteur… » (M.Keshe)

Mais peut-être que Moïse n’a jamais reçu quoi que ce soit – et que tout cela n’était qu’un piège pour nous manipuler et consentir à servir les désirs de Moïse.

Voici quelques commentaires partagés par les chercheurs de connaissances du monde entier :

Richard : « Tu ne peux pas mentir à ton âme »

Mosfeq : « L’âme est toujours là à essayer de communiquer, même de façon subtile ; l’esprit peut déformer les messages de l’âme – et ce serait là un mensonge. »

Krasmir : « Nous devons distinguer entre mentir à soi-même et mentir aux autres »

Jalalal : « Le mensonge est le chemin de l’enfer »

Eckmar : « Dire toute la vérité n’est pas mentir »

Estella : « La vérité vient de la connaissance. Savoir, c’est se connecter au champ de plasma. La vérité vient de la connexion intérieure à notre âme. »

Carolina : « Si tu libères les autres et toi-même, il n’y a pas besoin de mentir parce qu’il n’y a pas besoin de cacher des choses ou des motifs »

Sandor : « Il est plus facile d’attraper un menteur qu’un chien boiteux »

Peggy : « Quelle toile enchevêtrée nous tissons, quand nous commençons à tromper ! ; cela nous coûte beaucoup plus d’énergie de maintenir des mensonges compliqués que de vivre simplement dans la vérité ».

Rick : « Regarde-moi droit dans les yeux, et dis-moi la vérité – la vérité est aussi brillante que le soleil »

Hassan (d’après M.Keshe) : « Mentir, c’est voler à votre physique ce qui est donné gratuitement à votre âme pour que vous l’éleviez. »

Aviram : « Je dis la vérité lorsque c’est mon intention de créer la même image dans l’esprit d’une autre personne que celle qui est dans mon propre esprit. Mentir, c’est manipuler les autres pour qu’ils consentent à ce que je comble mon désir à leurs dépens. »


XIV Tu ne violeras point

Selon M. Keshe, tous ces commandements ne s’adressent pas principalement au plan physique mais à notre relation à notre âme ; plus précisément à la relation entre l’esprit et l’âme. Dans cette ligne de pensée  » Tu ne violeras pas  » veut dire de toute évidence qu’aucun homme ne doit imposer le sexe à qui que ce soit.
Mais en relation avec l’âme, cela pourrait signifier : n’imposez pas à votre âme la volonté ou vos croyances que votre mental peut avoir. Quand imposons-nous la volonté de notre mental à notre âme ? Chaque fois que nous troublons la paix : par exemple chaque fois que nous ripostons à une agression perçue, chaque fois que nous voulons forcer notre volonté, chaque fois que nous voulons satisfaire nos désirs au détriment des autres….


XV Tu ne jugeras personne d’autre, et tu ne te laisseras pas juger par eux.

Quand nous vivons en harmonie ou en synchronicité avec notre âme, naturellement nous ne jugerons personne et le jugement que quiconque peut avoir envers nous, nous ne le considérerons pas. Quand nous ne vivons pas selon notre âme, mais que nous essayons de satisfaire le moi, moi, moi, moi , nous jugeons les autres (pour nos propres erreurs et défauts),  nous devenons vulnérables à leur jugement.


XVI Tu ne toucheras ni ne porteras aucune arme pour défendre ou tuer quelqu’un .

Cela nous dissuade évidemment de l’intention de résoudre tout conflit par la force et la violence – non seulement cela ne permet pas les armes d’agression, mais aussi les armes pour se défendre… Quand on est au niveau de notre âme divine, nous savons que nous ne pouvons pas être blessé et tué ; mais si c’est le corps ou notre personnalité (le petit moi) qui est en jeu, alors nous pouvons nous voir toujours attaqués, nous serons toujours tentés de défendre nos biens avec violence.
Et : Il est important de ne pas sauter plus loin que  là où on est rendus. Tant que nous n’avons pas fait l’expérience d’être une âme immortelle, nous devons agir du mieux que nous pouvons – même si un ‘commandement’ vous demande de ne pas utiliser d’armes pour votre défense…. Je sens qu’il est humain de défendre ses proches et sa propre vie face à un danger imminent 😉


XVII Tu seras en paix avec toi-même, avec ton prochain et tous les autres peuples.

Encore une fois, ceci ne peut pas être un commandement, parce que si vous n’êtes pas en paix avec vous-même, un commandement ne changera pas cela… mais vous pouvez être hypocrite à ce sujet et prétendre qu’il y a la paix là où il n’y en a pas. Il ne s’agit donc certainement pas d’un commandement à court terme, mais peut-être d’un commandement à long terme, une orientation générale ? Nous pouvons nous diriger vers une vie plus heureuse s’il y a la paix en nous. Que signifie  » la paix en nous  » ? Eh bien, quand nous n’avons pas la paix à l’intérieur, nous avons des conflits à l’intérieur, nous n’avons pas une direction, nous en avons beaucoup. Nous savons que nous ne pouvons suivre qu’une seule direction à la fois. De nombreuses directions se manifestent par notre parole lorsque nous disons « oui, mais… ». Nous aimerions le faire, mais nous ne pouvons pas… bla, bla, bla, bla’. Ainsi, en ce sens, la paix intérieure vient lorsque nous nous en tenons délibérément à ce que nous voulons et que nous cessons d’être dérangés par les raisons et les opinions des autres. Considérant toujours que poursuivre ce que nous voulons n’implique aucun mal pour les autres !

Lorsque nous suivons cette ‘discipline’ pendant un certain temps, nous pouvons trouver que nous sommes clairs, calmes, décidés, inébranlables, fermes, enthousiastes, heureux. Maintenant, dans cet état d’esprit, il est très facile d’être en paix aussi avec nos voisins, et d’autres groupes, parce que nous leur accordons la même liberté délibérée de suivre leur volonté.


XVIII Tu seras le fleuve de la vie et de l’amour.

Si nous avons la paix intérieure, que faisons-nous ? A quoi ressemble la vie de quelqu’un qui a la paix intérieure ? Il suit ses désirs, il les affine, il s’émerveille de la façon dont l’Univers (Plasma, Dieu) trouve toujours des moyens surprenants pour nous fournir ce que nous voulons et nous apprendre à désirer. Une telle personne nage avec un grand abandon dans le fleuve de la vie et de l’amour à un point tel qu’elle ou il disparaît dans ce fleuve, devenant ce fleuve !


XIX Tu n’accepteras aucun autre chemin que celui de ton âme vers son créateur.

par Aviram

Nous faisons l’expérience que  » ton  » âme  », mon  » âme et l’âme du Créateur ne font qu’Un. Mais séduits par les séparations continuelles que nous faisons dans le monde matériel dualiste, nous imaginons que nous avons une âme séparée de l’Un, séparée de l’âme du Créateur. Cela n’a pas l’air d’une réalité mais plutôt d’un sophisme ;

Ainsi, le chemin de son âme vers l’âme du Créateur est en fait le chemin vers l’intérieur, le chemin que notre mental doit parcourir pour entrer en contact avec l’âme. Et ce n’est pas non plus un chemin au sens conventionnel du terme, parce qu’il ne s’agit pas de s’éloigner de l’endroit où l’on se trouve pour aller là où est l’âme. L’âme est le centre de toute chose et du monde ; mais notre esprit peut avoir la fausse croyance qu’il est séparé du Créateur, de l’Existence, de l’Univers ou de Dieu. C’est comme un enfant: il lui est impossible d’expérimenter d’être séparé de sa mère sur le plan physique ; sur le plan essentiel, aucun enfant n’a pu trouver la vie, vivre sans mère ou la mère sans son enfant !

Le chemin vers l’âme n’est donc pas un mouvement, pas un chemin, mais un processus de désillusion ; la désillusion n’est pas une action mais l’effondrement d’une illusion après avoir eu une compréhension. Dès que nous avons compris que notre âme est le Créateur, nous voyons simplement qu’il n’y a pas d’autre chemin. Même avant cette illumination, nous savons que le chemin vers  » notre  » âme est si individuel que personne ne peut nous dicter ce chemin ou nous y guider – n’importe quel corps vivant ne peut que trouver le chemin en lui-même. Il n’y a aucune possibilité de dogme ou de règle générale !


XX. Tu serviras son âme… ses êtres chers et tout ce qui lui appartient.

par Aviram

Une fois que vous aurez rejoint l’Âme ( nous tous), vous ne voudrez naturellement rien faire d’autre que servir l’Âme, et par cette connexion d’unité tout ce qui fait partie d’elle. Car ce n’est qu’en ayant l’illusion d’être une entité distincte que l’on peut avoir un testament distinct, que l’on peut être  » égoïste « .


XXI. Tu ne posséderas point

Par Aviram

Je voudrais traiter ce paragraphe et celui qui suit ensembles : si vous pouvez laisser tomber la possessivité, vous serez détachés ; si vous êtes détachés, vous ne cultiverez pas la possessivité.

Regardons la possessivité sous deux aspects : la création et l’utilisation. Quand nous créons un enfant, il est très évident que ce n’est pas MA création mais une co-création avec le Créateur ou l’Univers ( Kalil Gibran:  » parlez-nous de la relation parents et enfants »). Lorsque nous créons des choses plus petites comme une œuvre d’art ou un logiciel, nous y attachons immédiatement un droit d’auteur. Mais chaque création commence par une pensée, une idée. Dans les 3 langues que je connais (anglais, français et allemand) nous ne disons pas : J’ai fait cette idée, mais on dit qu’on a eu cette idée, on l’a reçue. Nous ne sommes en fait que des canaux à travers lesquels l’art, les logiciels et autres créations circulent. Il n’y a pas vraiment de raison d’attacher une propriété privée sur ces créations.

Du côté de l’utilisation : nous sommes des êtres 3D vivants dans un monde 3D et nous devons utiliser des moyens matériels pour manifester nos talents. Dans ce contexte également, il n’est pas nécessaire que nous possédions ce que nous utilisons – dans de nombreux écovillages, par exemple, ce sont un groupe de personnes qui possède la terre sur laquelle elles vivent collectivement, partagent également des voitures et autres commodités. Sans qu’il soit nécessaire de posséder personnellement.

Alors pourquoi avons-nous une si forte impulsion de posséder ? Peut-être que le degré de possessivité de quelqu’un est proportionnel à son insécurité – plus je me sens insécure (pas de confiance ), plus j’ai besoin de me sécuriser en possédant des choses ; plus j’ai confiance en l’abondance (que j’aurai toujours tout ce dont j’ai besoin pour faire ce que je dois faire), moins je prendrai la peine de posséder.

XXII. Détachement