Comment se libérer de l’anxiété ?

La vidéo originale est ici

Q : J’ai été aux prises avec des dépendances, des compulsions….

A : Vous vous êtes frayé un chemin vers de meilleurs endroits ; vous avez été bien intentionné ; vous avez pris le chemin de la moindre résistance du mieux que vous avez pu. MAIS… quand le chemin de la moindre résistance est une action, et que votre action est une lutte, alors cela mène à plus de lutte ! Mais lorsque le chemin de la moindre résistance est vibratoire ou émotionnel, alors il mène toujours à une clarté parce que toutes vos ressources sont là où se trouvent les vibrations (intérieures) et non là où se situent les conditions (extérieures).

Complimentez-vous d’abord du fait que vous vous souciez de ce que vous ressentez.

Q : J’ai besoin d’apprendre à libérer l’anxiété qui est dans mon esprit.

A : Vous ne pouvez pas libérer l’anxiété, vous devez changer la direction de votre concentration. Vouloir se libérer de l’anxiété, c’est comme si on s’assied sur une cuisinière qui chauffe et qu’on se dit : “Je dois trouver un moyen de ne pas sentir cette cuisinière en train de chauffer’’. Et : ‘’quelque chose ne va pas chez moi parce que je le sens.”

Oui, vous ne voulez pas ressentir de l’anxiété, mais vous voulez garder le GPS qui vous dit que quelque-chose ne va pas, vous voulez garder ce qu’on appelle la conscience émotionnelle. Soyez plus précis : vous êtes concentré sur quelque chose qui cause de l’anxiété, et vous voulez relâcher l’anxiété. Nous disons que ce n’est pas ce que vous voulez réellement, mais que vous voulez vous recentrer sur autre chose, donc l’anxiété n’est pas la réponse. Vous voulez changer de centre d’intérêt. Vous voulez trouver d’autres choses à penser qui vous plaisent. Faites-le tôt le matin, à la première heure. Le faire chaque jour devient de plus en plus facile.

Regardons maintenant l’anxiété : vous avez l’esprit puissant et vous vous êtes concentré sur l’expansion de vous même alors que vos croyances ne vous la laissent pas vivre. Il y a donc un signal de guerre en vous qui aboutit en anxiété. Vous pouvez le dire différemment : Je deviens plus que ce que je me l’autorise.

Se concentrer est bon, mais ce sur quoi vous vous concentrez n’est pas si bon. Si dans votre concentration, il y a de l’anxiété – cela signifie seulement que vous êtes concentré par opposition à ce que vous voulez.

Nous voulons que vous vous préoccupiez de ce que vous ressentez d’abord et avant tout, et ensuite, à partir de cet alignement, oh! vous commencez à vous concentrer sur le monde d’une manière tellement productive et bénéfique pour vous et pour le monde…