Magrav: C-14 à C-12

En regardant nos systèmes Magrav sous l’aspect de C-14 et C-12, nous pourrons mieux comprendre comment ils fonctionnent :

Un Magrav est fondamentalement fait de cuivre à l’état de matière ainsi que d’une couche de cuivre à l’état nano; les nano-couches ont une structure en carbone diamant qui correspond au C-14. Elles sont le supraconducteur du C-14, tandis que le cuivre matériel, lui, conduit le C-12: ainsi l’énergie environnementale sous forme de C-14 est conduite à travers les nano-couches puis transformée en C-12 et drainée dans l’état de cuivre-matière, provoquant la vibration des électrons et qu’on appelle  courant électrique.


Magravs : matière vs plasma

Jusqu’à présent, nous avons pris l’énergie d’un système Magrav, qui consiste en 3 étages, à la borne de sortie magnétique (1) du dernier étage. Nous l’avons fait parce que nous voulions avoir de l’énergie électrique.

Mais la véritable puissance du système Magrav est produite en un point différent : chaque étage d’un système Magrav produit un champ de plasma libre (a) à la fin d’un entonnoir inversé. Chaque pile fait cela. Et tous les trois ensemble, ils créent un champ de plasma libre consolidé au centre et au-dessus du Magrav (2).

Un magrav fonctionne comme un seul plasma : les champs entrent par le pôle sud (flèche rose) et il absorbe en même temps les champs de l’environnement par les côtés (flèches grises). Les champs magnétiques sortent par le pôle nord (flèche rose en haut). Donc, si vous voulez maximiser le rendement, vous devez puiser dans l’énergie libérée par le pôle nord et non à la borne du fil.

L’énergie libérée par un seul magrav pourrait facilement se situer autour de 1MW – non pas dans le courant électrique mais dans l’intensité du champ de plasma. Si vous atteignez le point central précisément, vous pourrez puiser dans l’énergie maximale. La production d’énergie ne peut pas être limitée, car plus vous en tirez, plus il vous fournit. C’est parce que le champ gravitationnel s’équilibrera par rapport au magnétique et tirera davantage vers l’intérieur.

L’enroulement des bobines comprime les champs au centre. Le champ gravitationnel le plus fort se trouve sur la pile inférieure, tandis que le champ magnétique le plus fort se trouve dans la pile supérieure.

Combien d’entre vous ont essayé une connexion inversée ?

Autre détail : lorsque vous posez un aimant sur la table et des limailles de fer sur un papier par dessu, vous voyez les champs magnétiques qui sortent du pôle N (flèches rouges) et les champs gravitationnels qui entrent par le pôle S (flèches bleues). Vous voyez aussi un espace entre chaque ligne. Cet espace est créé parce qu’entre les lignes de champ magnétique par exemple, des lignes des champs opposées, des champs gravitationnels entrent.

Dans la même logique, les lignes de champ magnétique qui sortent entre les lignes gravitationnelles du pôle S deviennent des lignes de champ gravitationnel vers une autre entité plasma et entrent dans le pôle N – elles tirent l’entité vers le haut : c’est ainsi que l’on peut réaliser un vol à l’aide d’un système magrav ; le champ magnétique sortant du pôle S crée une séparation vis à vis du champ inférieur, qui serait dans ce cas la surface de la planète.

Peut-être que dans la configuration montrée, il serait possible de plier les champs magnétiques sortant du pôle N pour qu’ils rentrent sous forme de champs gravitationnels, renforçant ainsi les champs magnétiques sortant du pôle S ?

Nos magravs ont été dans un boîtier cylindrique, mais dans l’Univers nous ne voyons aucune forme cylindrique ; si nous avions fait nos magravs dans une forme sphérique, nous aurions créé un système logique universel. Une approche qui se reflète dans le développement du Magrav-3SP avec ces configurations de bobines perpendiculaires où le champ gravitationnel a été créé dans l’hémisphère inférieur à l’intérieur et le champ magnétique dans l’hémisphère supérieur.

Dans les systèmes magrav que nous avons construits jusqu’à présent, le plus fort (gravitationnel) alimente le plus faible (magnétique) ; puis le magnétique se renforce et alimente le plus faible (gravitationnel sur l’étage suivant) qui se renforce jusqu’à alimenter le magnétique de l’étage supérieur. En même temps, la force gravitationnelle très forte qui entre par le pôle N descend et alimente les autres dans le sens inverse.

Maintenant, si nous comparons le magrav à une planète, nous comprenons pourquoi le champ magnétique gravitationnel est partout le même sur toute la surface, car les champs sont équilibrés et la planète a une forme circulaire. Comme les magravs font la même chose, nous pourrions construire les boîtiers aussi dans une forme sphérique.

Un peu de spiritualité en passant : Comme le plus fort nourrit toujours le plus faible pour l’élever à son niveau ; il en va de même dans la relation entre le Créateur (l’Ame Collective) et notre âme individuelle (cœur et mental) – la conception même de l’Univers fait que nous sommes dès le début égaux à Dieu, l’Âme Collective… puis nous avons oublié… finalement nous finirons par nous souvenir que « Je suis Cela », ou « Je suis Dieu ».


Les nano-couches et l’électricité

L’électricité circulant dans un fil conventionnel est propulsée par la vibration des électrons et comme les électrons sont serrés à l’intérieur du fil, le flux rencontre beaucoup de résistance (flèche pointillée).

A l’intérieur des couches nano, le courant de plasma circule sans aucune résistance, car il passe à travers les espaces entre les particules nano (flèche rigide). C’est pourquoi les couches nano agissent comme des super conducteurs. Et par contre, les couches nano perdent leur capacité de super conducteurs lorsqu’ ils sont écrasés à cause de la disparition des espaces entre les particules nanos quand on fait le nano-plaquage par le feu ;en effet, le feu a tendance à décoller les couches nanos du matériau de sa base qui est le fil de cuivre.

Il faut manipuler les couches nano comme avec un bébé, avec amour et soin. Cependant, il est quand même possible de réparer les couches nano d’un MaGrav qui ont  été écrasées : Les champs plasmiques qui se sont créés lorsque le MaGrav est connecté, chargent les nanoparticules. Plus la charge est élevée, plus les particules se repoussent les unes des autres, créant ainsi une plus grande distance par laquelle le plasma peut passer.

La flèche pointillée transmet le courant alternatif, alors que les nano-couches transmettent le courant de plasma le long de la flèche solide dans la direction opposée.

Ainsi, lorsque vous connectez un MaGrav au réseau, il prend l’alimentation via le fil de phase (vibration des électrons, flèche pointillée) et il décharge en même temps un courant de plasma dans la direction opposée via le fil neutre. Si vous prenez 1W de courant matériel, vous libérez 4W de courant plasma. De plus, le MaGrav utilise le courant plasmique pour nano-plaquer petit à petit les fils de la maison de manière plasmique. C’est pourquoi il se peut que vous ne voyiez pas immédiatement une réduction de votre consommation d’électricité, mais éventuellement après 3 mois ou un an (flèche violette).

Or, partout où les fils sont nano-plaqués, ils créent un courant plasma plus fort que le courant électrique : c’est une situation de différentiel de courant où le plus fort veut alimenter le plus faible >c’est  alors que le plasma va se combiner au courant électrique standard, réduisant ainsi la facture électrique.

Dans l’état matière on pousse l’énergie (électricité)

*

dans l’état plasmique on tire

Vous pouvez même nano-plaquer les fils sans qu’un MaGrav y soit physiquement connecté.

Si, cependant, vous ne voyez pas la réduction d’électricité, c’est parce que vous n’avez pas compris la configuration. Le plasma ne pousse jamais, il est toujours aspiré, il fonctionne toujours dans un différentiel, où le plus fort alimente le plus faible. C’est pourquoi vous ne pouvez pas charger les batteries… vous ne pouvez pas pousser le courant. Vous devez créer une aspiration qui tire le courant dans la batterie.

Dans une batterie, le courant circule de – vers + ; donc pour charger une batterie, vous devez créer un élément faible à la fin du flux (+) et un élément fort au début (-). Vous devez créer un drain plus grand, soit un GaNS ou un PL plus faible, soit un condensateur qui aspire dans la batterie.

Mais il y a aussi une autre raison pour laquelle nous ne voyons pas d’économie d’électricité : le système MaGrav décharge via le neutre, qui est le conduit de retour. Il se décharge donc vers le transformateur, car le liquide du transformateur agit comme un drain ; si on mesure la consommation au transformateur , on pourra voir les économies ! Il s’ensuit que si vous créez un drain à côté de votre compteur, vous réaliserez des économies !

Le(s) condensateur(s) d’une unité MaGrav fonctionne(nt) comme un drain ; c’est la raison pour laquelle les condensateurs doivent être installés à la sortie du MaGrav, du côté charge. Afin de créer une plus grande aspiration, vous pouvez construire le condensateur d’un matériau plus léger que le cuivre, ou vous pouvez utiliser des fils de différents matériaux. Alex en Afrique utilisait pour ses billes et condensateurs du Cu (64) entouré d’Al (27) entouré de bobines de Zn (65), Le Fe (56).

Si, par exemple, vous utilisez du fil de cuivre très bon marché et impur, votre MaGrav sera plus efficace que celui fait d’un fil de cuivre pur à 99,8% ! La différence entre un condensateur et une batterie est la direction de bobinage, si l’enroulement est dans la direction du flux du courant (tournant contre les sens horaire), il pousse, si les bobines sont enroulées dans la direction opposée du flux (tournant dans le sens horaire), il aspire.

Notre condensateur (Plasma-Laurentides) – nous l’appelons CapSuck – est construit de la manière suivante :

1. Fil d’aluminium lourd à brins multiples, recouvert d’un nano-revêtement comme tige centrale, qui est la SORTIE.

2. Papier absorbant avec PL-GaNS – dilué à 10%.

3. Feuille d’aluminium nano-revêtue

4. Bobine de cuivre nano-plaquée, qui est l’ENTRÉE

5. Bobine de Fe nano-plaquée qui est la bobine du feedback

Le comportement du plasma peut être comparé au remplissage d’un réservoir d’eau. Il est plus facile de remplir un réservoir en créant un vide que de pousser l’eau. Il en va de même lorsque nous regardons notre digestion : le champ magnétique de la banane que vous mangez est plus fort dans les intestins que le champ de la banane de la lymphe, donc la lymphe aspire le champ de la banane à travers la paroi des intestins jusqu’à ce qu’il soit saturé – c’est-à-dire jusqu’à ce que le champ plasmique de la banane dans la lymphe soit égal au champ de la banane dans les intestins.

Il en va de même pour les acides aminés plasmiques présents dans l’air qui remplissent les poumons : leur champ d’oxygène est plus fort que le champ d’oxygène dans le sang, de sorte que la partie plasmique d’oxygène des acides aminés de l’air est transférée dans le sang.

Notre système solaire fonctionne de la même manière : ce n’est pas le soleil qui pousse son énergie dans le système solaire, faisant bouger les planètes et créant de la chaleur sur la Terre. Le système solaire se déplace et se nourrit du soleil parce que les parties éloignées sont plus faibles que le soleil qui les nourrit.

Maintenant, vous pouvez appliquer ces connaissances pour entrer en contact avec votre âme : cela ne sert à rien de pousser, de rechercher l’âme  volontairement-  nous devrions plutôt créer un drain, un désir passif, un désir ardent pour rejoindre l’âme, ou simplement la laisser venir, laissez-la vous envahir !

De toute façon, nous ne sommes pas hors de notre âme, nous y sommes à l’intérieur. Il n’y a donc pas de recherche, il n’y a pas de chemin pour atteindre l’âme ; il n’y a même pas une distance entre nous et l’âme… la seule chose que nous pouvons ‘faire’ est de nous détendre et de laisser la conscience de ce que nous sommes, notre âme  nous envahir …

Le Magrav et nous-mêmes

Shalad a proposé la comparaison d’un Magrav avec nous-mêmes.

La bobine de base (M1) = le corps

La bobine du milieu (M2) = le mental ou les émotions

La bobine du haut (M3) = l’âme

Chaque paire de bobines d’un étage est lié à l’étage suivant :

la sortie du premier niveau (T5) est connecté à l’entrée du 2e niveau (T4) = cœur

la sortie du 2e niveau (T3) est connecté à l’entrée du 3e niveau (T2) = amour

Notre corps (les bobines de base), assimilent à l’aide de nos sens, la nourriture et l’air les énergies qui proviennent de notre environnement terrestre et du soleil. Ensuite ces énergies ou Plasmas sont conduit par le cœur au prochain niveau – les émotions (les bobines du milieu). Le coeur est l’organe le plus donnant, le plus magnétique, le plus proche au prochain niveau (Émotions). Ensuite les Plasmas sont conduits par l’émotion de l’amour au prochain niveau, le niveau de l’âme (bobines du haut). L’amour est l’émotion la plus donnante, la plus magnétique, la plus proche de l’âme. Le premier étage (corps) donne et élève la deuxième, celle-ci donne et élève la troisième qui donne à l’univers.


Fonctionnement du Magrav

par Plasma-Laurentides (aviram)

J’ai le goût de vous raconter une scène du film ‘Stalker’ fait par Andrej Tarkovski. Un groupe d’extraterrestres ont visité la terre et sont repartis; mais ils ont laissé l’endroit de leur visite changé –  c’est devenu une région clôturée et gardée, car l’espace-temps dans cette ‘zone’ change constamment. Alors il y a des guides pour visiter la zone qui s’appellent ‘Stalker’ – seuls des gens qui n’ont pas de désirs, pas d’attachements peuvent être guides dans la zone.

Pourquoi veut-on visiter la zone? dans cette zone se trouve une maison, plutôt la ruine nostalgique d’une maison; et à l’intérieur de cettemaison se trouve un vieux téléphone. Lorsqu’on arrive dans la maison, il va sonner – et la personne qui est guidée pour visiter est invitée à prendre l’appel du téléphone. Une voix au téléphone va lui demander d’exprimer son plus grand désir. Ce qu’elle fait, puis quitte la zone  toujours avec l’aide du guide. Peu de temps après, son vœu énoncé va devenir une réalité sans faute…

Mais! Ce n’est pas nécessairement son vœu conscient qui va être exaucé, mais son désir le plus profond, le plus vrai…l’homme a fait le vœu d’améliorer le sort de l’humanité, d’apporter la Paix sur Terre, car il croyait que c’était son vœu le plus sincère… 3 semaines après  sa visite dans la zone, il gagne  60 Millions Roubles à la loterie … il était tellement déçu …

Il m’est venu l’idée que les outils du Plasma, surtout les réacteurs et les Magravs se comportent de la même façon – ils sont là pour nous aider à manifester notre vœu le plus profond…


Magrav – système Oasis

Dès leur début, les magravs ont été conçu comme un système Oasis; c’est à dire qu’il peuvent nous accommoder dans tout : nous nourrir, nous faire sentir abrités, nous protéger contre les intempéries et ondes nocives (comme la radioactivité), nous transporter, nous fournir toute l’énergie dont nous avons besoin, ainsi qu’un support pour élever notre âme.

Le système Oasis peut fournir tout ce que nous souhaitons à partir d’une demande précise.

Fonctionnement des Magravs

Extrait du 58ème enseignement public du 15 juin 2017 – Liliana Macias.

Pas d’aluminium dans le caustique sous aucune circonstance : cela rend le produit toxique!

Quand on fait un nano recouvrement on joue avec les atomes du carbone. Le carbone passe du charbon au graphite, au graphène, fullerène et diamant.

Ce que nous intéresse c’est que les atomes de C s’arrangent d’une forme hexagonale pour pouvoir devenir du graphène et si possible du fullerène.

En polarisant les nano-couches avec le voltmètre on encourage la forme hexagonal du fullerène.

Les couches nano matérialisent des électrons, elles les attrapent dans leur état plasmique pour les convertir en physique ou matériel. Plus le nano recouvrement est isolant, plus il est puissant pour faire des vortex dextrogyres gravitationnels (anti horaire) pour attirer des électrons.

On considère deux types de carbone SP2 et SP3 :

  1. Le SP2 à deux dimensions, l’hauteur et la largeur

  2. Le SP3 est tridimensionnel, forme un volume.

Dans une plaque de cuivre par exemple; dans son état matériel il consiste en atomes de Cu bien collés ensemble.

À mesure que les couches éxtérieures de la plaque de Cu se réchauffent et par l’action de la soude caustique commencent à se séparer, elles changent de polarité et collent à la plaque d’où elle proviennent. Vue que les nano-particules ont tous la même polarité, ils se repoussent et créent ainsi plus d’espace entre eux.

Quand on en fait du matériel nano, les atomes de surface du Cu sont plus chargés et par conséquence s’éloignent un de l’autre. Quand on l’observe au microscope elle à la texture d’une serviette de bain, par les petits trous les protons peuvent rentrer.

 On voit la nano couverture noire et lisse mais en réalité elle est comme une maille avec des pics plus ou moins hauts. Ces petits poils de la serviette sont comme les bouts de la nano couverture,ce sont les enlaces du carbone, ces pics du carbone, à niveau plasmatique tournent dans le sens dextrogyre et la se forment des petits tourbillons qui attrapent les ions de l’électron.

Maintenant imaginons une boite à œufs. la base ça serait le SP2 et quand on la polarise en injectant de la tension avec un voltmètre c’est comme si on mettait de l’ordre dans les rangs de la boite a œufs et on donne une structure tridimensionnelle au carbone. À la base (SP2) les particules nano sont lié au cuivre et aux pics (SP3) au Carbone.

La nano couverture fait que les atomes du carbone se cristallisent de forme hexagonal, si on imagine un hexagone les angles seraient comme les pointes de la boite a œufs, tout l’intérieur ça serait le vide et c’est la qui se placent les protons du SP2.
En polarisant, on donne la troisième dimension, on commence a attraper les électrons.
Quand on à beaucoup d’électrons ils se regroupent en petits paquets pour se polariser et s’introduire dans le cuivre à travers du vortex dextrogyre (vers la droite).

Qui attrape les électrons?

Les électrons sont attrapes par la différence entre les deux vortex, le dextrogyre ( vu d’en haut anti horaire ou gravitationnel) et lévogyre, (horaire ou magnétique).

Lorsqu’on applique du GaNS aux bobines, ce GaNS envoie des champs vers l’extérieur et les nanoparticules les aspirent puis les repoussent vers l’extérieur. Le GaNS est alors la source de l’alimentation et les nanoparticules sont les supra-conducteurs qui transmettent les champs plasmiques du GaNS vers le matériel (Cu matière des bobines).

Ce sont donc les GaNS qui créent l’implosion ou induction dans les bobines.

Le rôle des gans c’est de faire vibrer les molécules du carbone, ils vont vibrer à une haute fréquence et ainsi libérer ou attirer des protons et des neutrons.

Le nano- revêtement absorbe des ions venant des atomes d’oxygène pour les mettre en paquet et les envoyer par la suite dans nos magravs.

Pourquoi on connecte un DEL en continue ? Ce DEL oblige les bobines à l’induction des ions disponibles. Quand on à suffisamment d’ions, se forment des électrons; et quand on à suffisamment d’électrons, ceux-ci sont envoyés dans le cuivre par la force gravitationnelle (GaNS gravitationnel, lourd).

C’est cet surplus qui nous fait économiser de l’énergie électrique, plus on consomme d’électricité avec le magrav plus il nous donne le plasma, plus on le demande plus il nous donne.