La génératrice plasmique à disque 1

Aujourd’hui, cette nouvelle connaissance de la technologie des disques plasmique ouvre une nouvelle voie dans la création d’un Magrav indépendant du réseau et autonome – une génératrice.

Sur l’image à gauche (installation d’un Magrav conventionnel), le magrav est branché dans le secteur; ce dernier fournit le courant plasmique de contrôle aux disques. Sur l’image de droite, la connexion au réseau est remplacée par un capteur, situé dans le champ généré par l’installation des deux ensembles de disques ; ce capteur est connecté à l’entrée du Magrav.
Dans le passé, les Magravs devaient être connectés au réseau pour pouvoir capter la fréquence du courant (50-60Hz) afin de construire le champ de plasma. Il est maintenant possible de rendre le MaGrav indépendant et d’initier l’accumulation de plasma du MaGrav en créant une boucle de rétroaction entre le champ généré par les disques et le Magrav.

La génératrice plasmique à disque 2

Par Plasma-Laurentides

La nouvelle génératrice plasmique à disque a été nommée : magrav -PL de l’ère spatiale ; le suffixe -PL indique qu’il s’agit d’un PL MaGrav.

  1. MaGrav-PL de l’ère spatiale
    nous avons fabriqué le MaGrav selon la nouvelle suggestion : inverser les bobines magnétiques et gravitationnelles : maintenant les bobines extérieures sont considérées gravitationnelles et les bobines intérieures sont considérées magnétiques. Nous avons traduit notre compréhension dans le schéma suivant.

    Les 3 étages de bobines doubles ont été montées à la colle chaude sur des disques dvd à l’aide de tiges filetées en polyéthylène. Nous avons connecté un fil nano-enduit à chaque sortie de chaque étage de bobines ; chacun de ses fils est connecté à 1 paire de 3 disques. Nous avons ensuite placé le système dans un récipient contenant du plasma liquide (dilution de 50 % de GaNS de tout) ; au centre des étages se trouve une éprouvette remplie à 30 % de PL. Autour de chaque bobine double, nous avons placé un tube transparent nano-enduit rempli de PL+GaNS-de tout (100%). Les 3 concentrations de PL vont créer un flux de plasma du tube extérieur transparent vers le tube à essai central ; ce courant de plasma va alimenter les bobines.
    La petite boule de GaNS sur le dessus de l’éprouvette voulait être là ; elle a été remplie de PL+GaNS-CH3 😉
  2. Les disques:
    Nous avons fabriqué 7 disques de la taille d’un CD (12cm Ø) et les avons montés sur tige filetée en polyéthylène sur une structure en acier. Toutes les parties de la structure ont été nano-enduites.
    Les disques 1,2,3 ont la même taille et le même conditionnement que l’autre paire de disques (5,6,7) mais ils sont connectés à rien. Le disque 4 est placé dans le champ généré par la double paire de disques ; il sert de feedback lié à l’entrée du MaGrav. Le disque 5 est connecté au disque 1.étage, le disque 6 à l’étage 2. et le disque 7 au 3.étage.
  3. Le système est connecté à une prise murale (nous avons mesuré la sortie quand le système n’était pas branché dans le mur ,seul ) et il n’y avait pas de tension. A la sortie, nous avons mis une petite LED de changement de couleur comme voyant lumineux.

La génératrice plasmique à disque 3

Par Plasma-Laurentides
Nous avons continué le travail sur le générateur de disques MaGrav en appliquant les informations recueillies dans le récent KSW. 
Comme indiqué précédemment, nous avions réalisé des disques en cuivre, coupés à 12cm Ø.

Depuis nous avons gardé un disque à sa taille originale et diminué le diamètre des deux autres : disque 2 = 6cm Ø et disque 3 = 3cm Ø.
Nous avons divisé chaque disque en 3 sections et peint plusieurs couches de GaNS-de tout mélangé avec la couleur acrylique pour les distinguer facilement : le champ jaune a 2 couches peintes ; le champ bleu a 4 couches peintes et le champ rouge a 8 couches peintes. 
Ensuite, nous avons monté les disques sur le support que nous avions fait auparavant. Un jeu de 3 disques non connectés ; l’autre jeu de 3 disques  où chaque disque est connecté à une pile du Magrav.
Le disque entre les deux jeux est le disque de rétroaction relié à l’entrée du Magrav.

la photo en bas a été prise de nuit, c’est pourquoi les couleurs semblent être bleu, vert et mauve. En réalité, ce sont les couleurs bleu, jaune et rouge.)