GaNS en Pisciculture

par Chespy Martinez dans Keshe Plasma Times, avril 2019

Le traitement a été effectué dans un petit étang d’une écloserie (truite et saumon) avec 1000 truites d’environ 4cm de long. Dans un bassin, les jeunes truites ont été infectées par un parasite appelé Ichthyophthirius multifiliis, un ectoparasite des poissons d’eau douce, qui provoque une maladie communément appelée maladie des points blancs.

C’est l’une des maladies les plus courantes et les plus persistantes chez les poissons. Elle apparaît sur le corps, les nageoires et les branchies des poissons sous forme de nodules blancs pouvant atteindre 1 mm de diamètre ; ils ressemblent à des grains de sel blancs. Les taches sont en fait des kystes formés sur le parasite lui-même, qui n’est pas visible à l’œil nu. Les poissons infectés ont un comportement nerveux et bougent beaucoup en essayant d’éliminer l’inconfort de leur peau. Si elle n’est pas traitée, la tache blanche peut rapidement tuer un poisson et se propager à d’autres poissons dans le réservoir.

À la suite de cette contamination, en 4 jours, 50 à 65 truites sont mortes chaque jour, ce qui représente environ 240 poissons, jusqu’au moment où le traitement avec l’eau plasmique a commencé.

Traitement

  1. 3x pots de 2 litres ont été remplis avec 50% de PL-CO2 + 50% de PL-ZnO.

  2. Deux des bocaux étaient immergés au fond et le troisième flottait à la surface.

Résultats

Diminution rapide de la mortalité des poissons à partir du deuxième jour, comme le montre le tableau ci-dessous :

Dans le mois suivant le traitement, les poissons ont été considérés comme étant plus sains, plus vigoureux et gagnant rapidement du poids.


Remède pour aquarium

Le plus souvent, l’ammoniac est le principal problème dans les aquariums. Carolina utilise du charbon de bois/biochar pour y remédier. Le plus simple est de prendre du charbon de bois pour les barbecues et de les écraser en très petits morceaux, pas en poudre.

Pour inoculer les morceaux de charbon de bois avec le mélange PlasmÔtotal : placer le charbon de bois sec dans un contenant avec le mélange PlasmÔtotal PL et fermer le couvercle pour forcer le charbon de bois à rester immergé dans l’eau, l’agiter et laisser le charbon de bois absorber l’eau du plasma.

Carolina a expérimenté la même chose avec un ‘’filtre à cartouche’’ et a remplacé la cartouche par un bas de nylon rempli de charbon de bois de telle sorte que l’eau doit passer à travers le charbon de bois. L’eau est devenue propre en moins d’une heure.

L’ammoniaque peut causer des taches noires sur les poissons; voici un remède : mélangez une petite quantité d’eau- moitié de l’eau de l’aquarium et moitié d’eau fraîche, ajoutez 1/2 c. à thé de sel de table normal. Placer le poisson avec les taches pendant 5 min une fois par semaine dans ce mélange. Ajouter 50 ml du mélange dans l’eau de l’aquarium.


Victoire de la Fondation Keshe sur les virus

Cet article scientifique de FK porte sur le traitement efficace du virus de la peste porcine africaine (PPA) par l’eau plasmique.

Le traitement de la peste porcine africaine a réussi en Chine. Le but principal de la technologie du plasma spatial, développée par le scientifique nucléaire iranien M.Keshe, est de libérer l’homme des limites matérielles : l’énergie, l’eau, la nourriture, la médecine et ainsi de suite, ceci afin de voyager et vivre librement dans l’espace. En médecine spatiale, la technologie du plasma peut protéger l’homme contre toutes sortes de virus spatiaux. En effet dans l’espace il n’y a que des virus, aucunes bactéries, car les acides aminés n’existent pas. Les virus sont par essence des paquets d’énergie qui s’agglomèrent  aux protéines.

Cela n’a jamais été compris par la science actuelle et c’est pour cela que nous n’avons pu trouver aucune solution pour les virus. Alors qu’avec la compréhension que les virus sont de simples paquets d’énergie, nous sommes en mesure maintenant de résoudre tous les problèmes liés aux virus, peu importe leur souche ou leur force. C’est la percée majeure qui apporte un nouvel horizon à la vie de l’homme sur cette planète et dans l’espace. Le traitement du PPA administré chez un porc confirme l’efficacité de la technologie du plasma de M.Keshe.

Wikipédia dit : Le virus PPA provoque une fièvre hémorragique avec un taux de mortalité élevé chez les porcs d’élevage, mais infecte sans signe de maladie et de façon persistante ses hôtes naturels, les phacochères, les porcs de brousse et les tiques tendres du genre Ornithodoros,. Le PPA est un virus à ADN double brin qui se réplique dans le cytoplasme des cellules infectées.

Les symptômes typiques de l’infection sont une rougeur de la peau des oreilles et un saignement viscéral important. La peste porcine africaine compte trois souches : virulente, moyenne et atténuée. Les porcs infectés par les souches virulentes présentent des symptômes cliniques évidents avec un taux de mortalité qui atteint 100%. S’ils sont infectés par des souches moyennes ou atténuées, les porcs peuvent être résistants à l’infection ou ne présenter que des symptômes cliniques très faibles, mais ils présentent un résultat positif au sérum anticorps.

La peste porcine africaine est une menace mondiale depuis sa découverte au Kenya en 1921. Depuis son arrivée dans la péninsule ibérique dans les années 1950, l’épidémie de peste porcine africaine a maintenu une tendance à l’expansion vers l’est depuis le continent européen. Sa propagation est plus alarmante depuis 2007.

Depuis une dizaine d’années, la peste porcine africaine s’est rapidement propagée en Russie, en Ukraine, en Pologne et dans d’autres pays d’Europe de l’Est, avec plus de 5000 éclats en une décennie. Cela a entraîné des pertes importantes de l’industrie de l’élevage dans tous les pays. Rien qu’en Russie en 2017, 2 millions de porcs ont été perdus (près de 10 % de tous les porcs de boucherie élevés dans le pays, soit 70 millions de dollars de pertes directes sans compter les pertes des industries qui en découlent).

Depuis août 2018, le PPA a été introduit en Chine en provenance de Russie et s’est rapidement répandu par le nord-est. À l’heure actuelle, il y a eu des éruptions à grande échelle dans plus de 20 provinces et villes du pays, et plus de 500 000 porcs ont dû être abattus. Comme il n’y a pas de vaccins, l’épidémie est complètement hors de contrôle.

La nouvelle technologie plasma mise au point par M.Keshe de la Fondation Keshe a été testée à l’origine par des scientifiques de l’Université de Sierra Leone du Sud sur le virus Ebola. Il a montré une efficacité de 100 %. Aujourd’hui, cette technologie a été appliquée au virus de la peste porcine en Chine. La nouvelle technologie du plasma spatial utilise l’eau du plasma pour épuiser rapidement l’énergie du virus et l’éliminer en peu de temps. Selon des tests effectués en Autriche, la puissance germicide de l’eau plasmique était 10 fois supérieure à celle de n’importe quel antibiotique disponible en date d’aujourd’hui.

Comme la PPA a envahi la Chine, toute zone d’éruptions ont été soumise à la loi martiale et tous les porcs ont été abattus. Il a donc été difficile de trouver des porcs malades à tester sur le terrain. A la demande de M.Keshe, les partisans de la KF Chine ont commencé à chercher des petits éleveurs possédant des animaux infectés par le virus, afin de tester la technologie.

Un éleveur de porcs infectés a pu être localisé à la mi-novembre. L’éleveur a déclaré que la PPA a éclaté dans son village à la mi-août et que plus de la moitié des porcs de sa région étaient infectés ; la plupart d’entre eux sont morts ou ont dû être abattus.

L’éleveur n’avait plus que 2 porcs, tous les deux présentaient les symptômes de la fièvre : ne mangent plus, selles dures, noires et sèches. L’un d’eux est mort et a été enterré. L’autre cochon ne mangeait pas et buvait seulement de l’eau. À l’occasion, il mangeait un peu de chou ou de radis cru. 3 mois plus tard, il était encore vivant mais son poids avait passé de plus de 200 lb à moins de 120 lb ; il semblait mourir.

L’eau plasmique a été expédiée à cet endroit le 22 novembre 2018.

  • Le 23 novembre, la première eau plasmique CO2 a été administrée au porc. Dans les 12 premières heures, le porc montre les premiers signes de récupération.

  • Le 24 novembre, il a mangé pour la première fois de la nourriture cuite qu’il avait refusé de manger depuis l’infection. Le soir, le cochon a commencé à ramasser de l’herbe pour faire son propre nid pour la première fois.

  • Le 25 novembre, les oreilles du cochon sont remontées.

  • Le 26 novembre, le porc a produit ses premiers excréments contenus depuis 3 mois. La production d’excréments normaux est l’indication que le virus a été éliminé de l’organisme. Cela prouve que l’application de la nouvelle eau plasmique contre le virus est un succès. L’éleveur a reçu l’instruction de désinfecter les selles avec de l’eau plasmique et les enterrer.

Après avoir reçu le produit plasmique envoyé par la KF, l’éleveur a dilué le produit plasmique avec de l’eau déminéralisée à raison de 1:10. Puis il a utilisé seulement l’eau claire à la surface du mélange. Il a utilisé l’eau pour nettoyer et désinfecter la porcherie, en a donné à boire au cochon et en a pulvérisé son corps. Comme le porc était gardé dans une porcherie ouverte, la température ambiante pouvait être de -7ºC  la nuit, alors que le porc était encore très faible. Au début, il en a pulvérisé sur l’estomac du porc. Le lendemain, sur le dos du cochon et le troisième jour, c’est la tête du cochon qui a été aspergée d’eau plasmique. Par la suite, le porc a gagné plus de force pour mieux faire face au froid.

Le coût du traitement était quasi nul, seulement 10 Yuan (2,00 $) par porc pour sauver l’animal. Désormais, ce traitement peut être utilisé pour tous les types d’infections virales chez les oiseaux, les animaux et les humains car il s’agit d’un produit naturel et non chimique.

Les porcs traités par l’eau plasmique sont désormais immunisés d’être infectés à nouveau par ce virus. Même la viande des animaux contaminés peut être traitée avec cette même eau plasmique et va éliminer le virus de la viande avant sa mise à la consommation.

Victoire sur les virus 2

Avez-vous déjà remarqué que c’est surtout en hiver que nous sommes infectés par des virus ? c’est dû au changement de position du soleil par rapport à nous. Mais la grippe porcine qui s’est propagée en Chine est apparue en été, ce qui indique la présence d’un nouveau virus.
C’est pourquoi nous n’entrons pas en contact avec le virus lorsque notre esprit et notre corps physique sont en forme, qu’ils sont plus forts l’été. Seuls les porcs sont infectés. En plus les virus ne sont pas ‘totalement mauvais’, parfois ils provoquent des réactions dans nos systèmes, ils fournissent cet apport critique d’énergie au niveau cellulaire ou plasmique qui nous permet de progresser dans notre évolution.
Un virus est un bloc d’énergie qui se fixe aux acides aminés à partir desquels est fait tout notre corps  (1, 2). Dans la science du plasma, nous traitons les virus en les dépouillant de leur énergie. Nous introduisons un nouvel élément, l’eau plasmique, qui est de structure similaire au virus, mais beaucoup plus faible. Le virus doit donc nourrir l’élément le plus faible, s’épuisant ainsi lui-même (3).
L’énergie tirée du virus devient maintenant bénéfique (4) :
La même énergie, qui était nocive auparavant, devient disponible pour l’organisme de manière positive : les acides aminés de l’organisme auxquels le virus s’était fixé, ont été” amélioré ” ou ”nourri” par l’énergie du virus. Ils deviennent la nourriture des cellules du corps qui auparavant étaient affaiblies par le virus.
Tout excès d’eau plasmique qui n’est pas utilisé par l’organisme est alors éliminé du corps par les voies naturelles (selles, urine etc).

Grippe porcine – plus de 728 porcs sauvés

Extrait du Plasma Times d’avril 2019

Pour la première fois, nous comprenons vraiment le mécanisme des virus et la façon dont ceux-ci se lient aux protéines et aux cellules humaines et animales. Grâce aux essais d’Ebola en Sierra Leone et maintenant aux essais avec la grippe porcine africaine en Chine, il est évident qu’il a été découvert une nouvelle percée à partir des connaissances de M. Keshe.

M. Keshe pense que l’utilisation des nouveaux systèmes de champ de plasma (GaNS), certifiés CE par la Fondation Keshe en Europe, pourrait être la prochaine étape vers l’éradication globale du virus de l’environnement, ainsi que du corps humain et des animaux. L’application du matériel de GaNS dans de nouveaux essais pourrait très bien rendre beaucoup plus abordable l’application de cette nouvelle technologie.

Des essais agricoles dans le centre de Mongolie ont démontré aussi que des changements environnementaux bénéfiques liés à l’utilisation de l’eau plasmique de GANS peuvent être très efficaces et financièrement abordables pour la communauté agricole du monde entier. Ces essais ont non seulement démontré que le virus peut être inversé, mais qu’il peut également être contrôlé de façon préventive afin d’éviter la propagation chez les autres animaux de l’exploitation .

Il est important de noter qu’immédiatement après l’application de l’eau plasmique de GANS, tous les échantillons de sang et les analyses pathologiques ensembles n’ont détecté aucun virus de la peste porcine africaine dans l’élevage porcin. En effet quelques heures après l’application au lieu de la ferme, le virus n’était plus détectable dans les échantillons de sang . Ce fait démontre donc bien l’efficacité rapide des champs d’eau plasmique de GANS.

De plus, l’essai agricole en Chine a démontré que l’eau plasmique du GANS n’apporte ou ne provoque aucun changement ou modification génétique. La technologie du plasma de la Fondation Keshe est sûre, car basée sur des matériaux produits naturellement, non dérivés de substance chimique dangereuse pour l’environnement. De ce fait, Il n’est même pas nécessaire d’obtenir l’approbation de la FDA pour de tels produits naturels, développés dans le cadre de la nouvelle technologie spatiale de la Fondation Keshe.

La découverte de cette nouvelle technologie du plasma de GANS et son application sur la santé et l’agriculture est considérée par ceux qui la connaisse comme aussi importante que la découverte de la pénicilline au siècle dernier.

Premier test

Le premier essai a été appliqué sur un porc, souffrant depuis 3 mois de peste porcine africaine (PPA). En voici les résultats que vous pouvez lire le rapport dans cet article.

Deuxième test

Appliqué dans une ferme de 30 porcs. La technologie Plasma a été administrée dans les 2 jours suivant l’apparition des symptômes (vomissements et manque d’appétit). Le PL a été administré par voie orale et également en lavant les porcs avec. Le protocole prescrit par la Fondation Keshe était de pulvériser l’eau de GaNS sur la porcherie, les couloirs et le corps des porcs, trois fois par jour ; de nourrir les porcs avec de l’eau de GaNS trois fois par jour, de les nourrir avec l’eau de GaNS en permanence s’ils sont à l’infirmerie.

On a observé l’arrêt immédiat de la transmission du virus et 2 semaines plus tard, tous les symptômes avaient disparu.

Troisième test

Fait dans une porcherie de 829 têtes, la société avait déjà perdu des milliers de porcs en ayant un volume de ventes annuel de plus de 2 millions de porcs en 2018. Et encore une fois, après 14 jours d’application d’eau plasmique, l’épidémie a été contrôlée.

Virus du porc africain (PPA)

C’est un virus à ADN double brin, transmis par des tiques molles. La virulence varie de subclinique à hautement létale. La peste porcine africaine, avant la réalisation de ces trois essais, était considérée comme irréversible ou inévitable.

La maladie de l’oreille bleue du porc (PBED)

Son nom scientifique est Syndrome Reproductif et Respiratoire (SRRP) ; c’est une maladie virale hautement contagieuse. Il s’agit d’un virus à ARN monocaténaire avec un taux de mutation élevé dans les virus de la progéniture (1000 fois plus élevé que les virus à ADN).

Technologie de la science du plasma

La science du plasma nous enseigne que nous devons considérer les virus comme des paquets d’énergie qui se fixent aux cellules de l’organisme pour se nourrir de toute son énergie.

Le matériau GaNS (Gaz dans un état Nano Solide) développé par la Fondation Keshe a eu la capacité d’épuiser le virus de son énergie et de le faire disparaître de la cellule. Une fois le virus disparu, la cellule est restée quand même endommagée et sujette à d’autres infections; l’énergie restante de la cellule peut donc muter en virus à ARN plus faible. Et le virus de l’ADN double brin de la peste porcine africaine peut devenir un virus à ARN de la maladie d’oreille bleue. Mais avec l’application renouvelée de l’eau GaNS, plus faible en force à ce moment, on a pu également éradiquer le virus de l’oreille bleue.

Après l’éradication du virus de l’oreille bleue, les cellules endommagées peuvent à nouveau contracter une infection secondaire de la peste porcine. Celle-ci a été éliminée par une formule de GaNS de la force d’antibiotiques qui met un terme définitif à tous les cycles d’infections.

La solution est de trouver la force du virus pour pouvoir développer simplement un paquet d’énergie plus faible que celui-ci. Ainsi, au fur et à mesure que le virus fournit son énergie à la nouvelle eau de GANS, il perd de sa force et de son énergie pour ne plus laisser aucun signe de virus. Il s’agit d’une percée majeure dans le monde de la science et d’une nouvelle compréhension de ce qu’ est un virus.

Il faut bien comprendre que dans la technologie du plasma, lorsque nous utilisons le terme ” eau de GANS plasmique “, cette eau n’est pas une eau ordinaire, mais elle transporte une force de champs magnétiques plasmiques. Cela signifie que lorsque nous utilisons l’eau de GANS plasmique comme eau d’alimentation ou d’arrosage, elle affecte l’ensemble de l’environnement, de plusieurs mètres même autour de la zone d’application, en la recouvrant avec les champs magnétiques du plasma.

Pour connaître la suite en détail, l’article partagé documente toutes les conversations qui ont eu lieu entre les intervenants et la Fondation Keshe. Il se termine par la description détaillée des 14 jours d’intervention pour contrôler l’infection virale dans cet élevage porcin.


Abeilles et Plasma liquide

Partagé par Jim Triplett

Les apiculteurs en Floride utilisent du Plasma Liquide (PL) dans leurs stations d’alimentation d’abeilles. Bob et Helen ajoutent du PL dans l’eau sucrée pour leurs abeilles. Avant ils utilisaient seulement  Miracle II Neutralizer contre les mites; maintenant ils ajoutent du PL dans de l’eau distillée chargée durant la nuit. Le matin ils ajoutent le Miracle II.

C’est l’hiver en Floride et les abeilles se nourrissent d’eau sucrée. Le mélange d’eau sucrée avec le PL est gardé dans un pot masson de 2L que les abeilles vident en 3 1/2 à 4 jours. Il a utilisé le PL depuis 2 ans et les ruches n’ont plus aucunes mites.

Vous trouverez plus d’infos sur cette expérience dans ce vidéo (en anglais).
Un autre apiculteur de la Nouvelle Mexique utilise un mélange pour asperger ses ruches:

PL-CO2 40% + PL-ZnO 40% + PL-CuO 20% + acides aminés de chaque et 3 gouttes de CH3; mélangé avec de l’eau distillée dans une proportion de 1:10

Il asperge les ruches avec ce mélange le haut, les côtés et le fond, ainsi que l’espace autour. Il n’a eu aucunes mites non plus.

Dans 4 ruches très faibles, il a placés une bouteille fermée de 250ml avec le même mélange à l’opposé l’une de l’autre. Pour créer un différentiel du plasma, il a mis un peu plus de CH3 dans une bouteille. Il croit que les bouteilles doivent avoir le même effet tels des patchs.

Le Dr. RV a placé une bouteille de CO2 d’un côté et une avec du ZnO de l’autre côté de la ruche. La plupart des autres apiculteurs de sa région avaient des pertes entre 60 et 70%; il était le seul a avoir une production de 100%.