La Pathologie de l’Infection par le Corona

Cet article est mis à jour hebdomadairement suivant les nouvelles données et compréhensions qui arrivent.

Groupes à risque

Le plus grand nombre de victimes sont des personnes âgées de 70 ans et des homosexuels ; tous deux ont déjà un système auto-immunaire faible ou un défaut du système immunitaire (VIH).

Mais à cause des multiples mutations du virus, tout le monde est au même risque (Mars 2020).

Incubation

Le temps d’incubation, de l’infection à l’apparition des symptômes, est de 12 à 35 jours.

Infection

Nous devons comprendre que le virus, étant un paquet d’énergie, ne se transfère pas ou n’infecte pas seulement par contact physique comme le toucher, le baiser, etc. mais il s’installera dans un nouvel hôte dès qu’il aura trouvé un champ d’énergiecorrespondant. Il faut se rappeler que les champs que nous produisons sont le résultat de nos émotions : panique, peur, inquiétude, dépression, colère, etc. sont des émotions qui créent un champ d’nergie basse qui attire le virus.

En même temps, le virus est lié aux acides aminés qui sont les éléments constitutifs de toute vie sur cette planète. Il peut donc s’attacher aussi aux acides aminés de notre corps ; principalement par un lien de carbone (C) et d’oxygène (O). Lorsque nous laissons nos empreintes digitales (marques de graisse sur nos mains) ou lorsque notre peau perd de vieilles cellules mortes – les deux sont composées d’acides aminés. Le virus s’y attache car elles constituent un environnement où il peut survivre jusqu’à ce qu’il trouve un nouvel hôte. C’est pourquoi les 12 heures qui sont spécifiées pour le temps pendant lequel le virus peut survivre sur une surface métallique comme une poignée de porte, peuvent en fait être beaucoup plus longues lorsque quelqu’un a déjà touché la poignée auparavant, laissant ses « empreintes digitales » d’acides aminés, telle une nourriture pour le virus.

Un triste exemple : En Iran, une personne décédée du coronavirus a été enterrée. A cette occasion, tout le village est venu assister aux funérailles… et les gens se sont serré la main pour présenter leurs condoléances… résultat : ils ont tous été infectés…

Infection, Phase I

Les symptômes du VTC vont de la fièvre avec toux, puis de l’eau dans les poumons avec des symptômes de type asthmatique pour finir par une insuffisance cardiaque. Voici le cheminement en détail :

  1. Le virus pénètre dans l’organisme par le canal respiratoire. Lorsque l’air contaminé passe à proximité du siège de notre âme, l’âme du virus interagit avec notre système âme/esprit. Selon l’alignement de notre Esprit et de notre Âme, ils « écoutent » le virus et lui montrent la voie à suivre pour créer les symptômes.
    Dans son interaction avec notre trinité (âme, esprit/coeur et corps), le virus affecte directement la trinité dans le sens où il initie déjà dans la phase précoce de la maladie la séparation de l’âme de la physicalité (esprit/coeur) de l’âme. L’achèvement de cette séparation est ce que nous appelons la « mort ». Déjà maintenant, les deux sont conscients de ce qui est à venir. C’est pourquoi vous devez soutenir les deux, ce que nous faisons en suivant le protocole proposé par le KF.
  2. Les premiers symptômes sont une forte fièvre et une toux.
  3. Puis vient la phase de Edema Pulmonaire; d’accumulation de l’eau dans les poumons. Maintenant, le virus modifie le fonctionnement du poumon, qui n’est plus un absorbeur de nutriments pour notre corps mais une réserve alimentaire pour le virus.
    Les poumons fonctionnent en alternance, l’un est actif tandis que l’autre est en mode de relaxation. Lorsque le virus entre, il peut plus facilement s’installer dans le poumon inactif en premier. Puis, quelque temps plus tard, lorsque les poumons changent de statut d’activité, le virus s’installe également dans l’autre. Pendant cette phase, les poumons sont dans différents états d’infection, ils ont des champs d’intensité différente – ils interagissent donc : le plus fort nourrit le plus faible – et le virus intercepte ces énergies et se développe.
    Ce scan montre les poumons d’un patient infecté en phase d’œdème pulmonaire. Le liquide dans les poumons est blanc. En raison du changement de salinité dans les poumons, de plus en plus de sels ont été généré à l’intérieur des poumons. Cette accumulation de sels est responsable de l’état gélifié de l’eau de l’œdème, elle est également responsable de l’épaississement et du durcissement progressifs de l’œdème.Ce qui arrive en s’épaississant, c’est que les poumons se calcifient et tel quels ne sont plus capables de faire fonctionner la respiration.Cette personne en Chine a néanmoins survécu à l’infection ( même à ce stade très avancé de l’infection ) grâce à la 1C=1L qui a rééquilibré le PH des sels.
  4. Les poumons n’interagissent pas seulement entre eux, ils sont bien sûr de par leur nature en interaction avec le cœur. Ce dernier fournit des énergies provenant d’autres parties du corps – et elles aussi sont captées par le virus.
    À un moment donné, le corps s’épuise tellement, parce qu’il perd trop de choses au profit du virus qu’il ne peut plus se maintenir lui-même – et il s’effondre en cas d’insuffisance cardiaque. L’expérience montre que même des personnes en apparence très saines et en pleine forme meurent soudainement d’un arrêt cardiaque.

Infection, Phase II

Le traitement médical conventionnel peut être en mesure d’arrêter les symptômes de sorte que nous ayons l’impression que l’infection est sous contrôle. Mais au bout d’une à deux semaines, l’infection revient en force et tue rapidement le patient.

Cela se produit parce que, même si le virus est neutralié ou tué, il laisse son empreinte magnétique dans les parties les plus faibles du corps. Et son empreinte sert d’aimant pour attirer de nouveaux virus provenant de l’extérieur.

Une deuxième vague de fièvre, qui est très fort, 24-72 heures plus tard. Cette phase est normale dans le traitement du virus double brin. Cette fièvre peut être si élevée que les gens peuvent mourir d’une lésion cérébrale à haute température. Et même à ce stade, l’application de 1C1L a permis de faire baisser la fièvre en 24 heures. Cela est normal car le traitement initial avec le Plasma Liquide annihile le virus, mais il reste alors la partie bactérienne qui devient active pour 3-4 jours.

  1. À ce stade 2 il faut alors ajouter un peu de sel à l’eau de GaNs 1C=1L ou mieux encore, boire le plasma liquide qui n’a pas été complètement lavé du sel en ajoutant un peu de PL-CuO.
  2. Inhaler et boire le PL-CuO en y ajoutant du sel, car les dommages se situent au niveau des tissus et cette intervention va les aider à se réparer.

À ce stade, il est même conseillé de prendre des antibiotiques puissants, car cette deuxième phase de transformation est de l’ordre de la matière. L’élimination des cellules endommagées et leur remplacement peut prendre jusqu’à 30 jours.

La fièvre devrait tomber alors dans les 3 à 6 heures. Mais comme le virus a laissé sa signature dans votre corps, vous êtes maintenant devenu un aimant pour le virus – vous devez donc être particulièrement attentif.

À ce stade, le cœur est touché. Le traitement doit être le suivant : aspergez chaque serviette grandeur du corps entier dans du plasma liquide dilué à 20-30%. Placez le corps sur une des deux serviettes et couvrez-le avec l’autre. Changez les serviettes toutes les demi-heures. Vous pouvez laver les serviettes au plasma liquide pour pouvoir les utiliser à nouveau. Continuez le processus pendant 4 à 6 heures: le rythme cardiaque et la respiration reviendront à la normale, tandis que le mal de tête persistera pendant encore 24 heures.


Mutations

Muscles

Ces derniers temps, les gens commencent à se plaindre de faiblesses dans les bras et les jambes ; cela peut être un signe que le virus se propage dans le tissu musculaire. Lorsque le virus pénètre dans le tissu musculaire, vous pouvez avoir l’impression que vos muscles sont devenus durs (estomac, bras, jambes, etc.) ou encore vous pouvez ressentir des douleurs dans vos os.

Cerveau

Comme on l’a vu en Chine ces dernières semaines, le virus a muté de telle sorte qu’il attaque également le cerveau plutôt que le cœur après s’être établi dans le poumon. Les patients atteints de cette version auront très peu ou pas de fièvre avant de mourir d’une hémorragie cérébrale.

Intestins

Une autre mutation permet au virus d’aller directement dans les intestins. Les personnes atteintes de cette maladie trouveront une insuffisance rénale, des selles rouges, qui proviennent d’ hémorragies à l’intérieur des intestins inférieurs. Par la suite, le virus pourrait attaquer également le pancréas et le foie.

Les douleurs et l’oppression de l’estomac dans cette zone, devant et derrière, sont les premiers symptômes.

Si vous avez la diarrhée même en buvant le plasma liquide, cela signifie que le virus se trouve dans votre système digestif.

Le virus auto-mute ; les deux classes de virus de la grippe (grippe d’été et grippe d’hiver) ont fusionné, c’est pourquoi le virus Corona pourrait apparaître au Brésil, qui a des températures pareilles aux étés européens, où normalement les virus de la grippe ne prolifèrent pas.

Douleur du plexus solaire

Pour de nombreuses personnes, le premier symptôme de l’infection est une douleur dans la région du plexus solaire. Cette douleur est due au fait que le plexus solaire est la zone d’où le virus tire son énergie. Lorsque le drainage d’énergie se rend au stade de se déplacer vers l’âme, au milieu de la tête, se produit alors la séparation de l’Âme universelle de l’âme de la forme physique. Beaucoup de gens ressentent une douleur au niveau du plexus solaire et à l’endroit équivalent à l’arrière de la poitrine avant de mourir.

Ovaries and testicles

Les premiers cas de douleurs dans les ovaires et les testicules/la prostate ont apparus en Iran et à Londres.

Sang

Même les premières infections qui étaient centrées sur les voies respiratoires ont été accompagnées de tension et de fatigue dans les jambes. C’est le signe que le virus s’est déplacé dans la circulation sanguine.

Cette mutation fait que la calcification des poumons se répand dans la circulation sanguine, où elle crée la même calcification qui conduit à l’embolie et à l’arrêt cardiaque.