Print pagePDF pageEmail page

Understanding Plasma Science, Part 3 sur youtube

Plasma

Un plasma est constitué de champs gravitationnels et de champs magnétiques. Un plasma peut contenir des millions de champs qui interagissent continuellement; ces interactions sont dynamiques. Les champs sont soit magnétiques (champ qui sort du pôle N) soit gravitationnel (entre dans le pôle S).
L’interaction des champs magnétiques et gravitationnels de forces différentes créent le germe original du plasma.
Magnétique pour décrire un champ qui sort d’un plasma et Gravitationnel pour décrire un champ qui va vers l’intérieur d’un plasma.
Les champs sortent librement et constamment du plasma dans son environnement; les champs qui ne sont pas utilisés par l’environnement se redirigent vers le centre du plasma. Cet état de fait explique exactement le principe de recevoir et de donner sans condition, aspect du Principe Universel.

L’espace et la matière

Si on compare un neutron/proton à une balle de golf, les électrons seront à 1km plus loin. C’est à dire qu’il y a beaucoup plus d’espace dans la matière que de matière elle-même!

Est-ce que cet espace est vide? Non, il est comblé de champs magravs. Le même phénomène se retrouve dans nos systèmes solaires ou galaxies : là aussi l’espace ‘vide’ est rempli de champs magnétiques.
Un plasma individuel est formé par deux rayons magnétiques qui interagissent ensemble. Ils  forment ainsi un nouveau plasma.

Nous ne voyons pas ces rayons à l’oeil nu; nous les voyons seulement quand ils ralentissent assez pour collapser de l’état plasmique à l’état matériel. C’est de cette façon qu’un proton ou atome est un plasma, que nous sommes un, que la terre, le soleil, la galaxie et l’univers sont tous des plasmas.
La coexistence et interaction des champs gravitationnels et magnétiques créent la magnétosphère d’une entité, soit un atome, la terre, la galaxie… la frontière étant le point d’équilibre entre les deux champs (magnétique et gravitationnel). L’interaction entre les différentes plasmas va toujours chercher à établir un équilibre. Par exemple, dans notre système solaire, les différentes planètes maintiennent leur équilibre en suivant leurs orbites. Parce que la galaxie n’est pas statique mais dynamique, la recherche de l’équilibre se fait dans un mouvement perpétuel.
La même situation se présente dans notre corps où les différentes cellules, liquides, organes etc se positionnent selon une certaine structure l’une par rapport à l’autre – ce qui donne la forme qu’a notre corps. Et également au niveau des cellules : les différentes parties qui composent les cellules (noyaux, mitochondries, etc) se positionnent de façon équilibrée et donnent ainsi la forme qu’on leur voit.
Cela nous amène à la conclusion que le Monde est organisé comme un fractal : à chaque dimension observée on trouve la même forme d’organisation : des champs magravs avec leurs interactions établissant un équilibre qui lui donne son apparence.

Gravité

La gravité est mesurée par la force d’attraction et d’interaction de deux ou plusieurs rayons magnétiques (ou systèmes de champs magnétiques, ou entités) et par rapport à leur position mutuelle. Deux entités plasmiques interagissent pour trouver chacune son positionnement d’équilibre; ainsi le plus fort va nourrir le plus faible . La gravité est le résultat de l’interaction de champs magnétiques. Rien ne peut exister sans champs magnétiques; c’était le mystère de la création! La gravité explique très bien le magnétisme; le fer est attiré par un aimant car la force gravitationnelle de cet aimant est égale à la force gravitationnelle du fer. Lorsqu’on produit du GaNS-CO2 par exemple, on crée un champ qui a la même force que le Carbone – donc le C est attiré, se lie au O2 et forme ainsi le GaNS-CO2.
Ce n’est pas une science nouvelle, mais un ajout de connaissances en rapport aux interactions des champs.

Expériences par rapport aux champs

Ces expériences sont simples et tout le monde peut les reproduire à la maison.
Un anneau de tuyau en plastic est rempli de PL-CO2 et placé sur une pellicule de plastic  (saran wrap) qui couvre un bol d’eau. Le tout est ensuite placé dans le congélateur. Lorsque l’eau congèle, on voit les lignes de force ‘blanches’ alors que l’espace où il n’y a pas de lignes de force, l’eau gelée est transparente. Et on peut voir au centre un trou où l’eau n’a pas gelé. Cela veut dire que les forces des champs sont tellement forts que la glace n’a pas pu se former. Souvenez-vous que la glace se forme de la périphérie vers l’intérieur.
On peut faire le même genre d’expérience avec tous les outils plasmiques tels que les antennes, les patchs, les plaques, les condensateurs, les magravs…

Une autre façon d’expérimenter et visualiser les effets des interactions plasmiques est en utilisant les balles d’électricité statique, développé par Rick Crammond

Pratique du Nano-plaquage de cuivre

Description du nano-plaquage

Une couche-nano est super-conductrice et servira comme moyen de conduction du plasma. Vous pouvez lire plus en détail la théorie sur le plasma ici.

Une bonne couche-nano contient facilement jusqu’à 50.000 couches individuelles! Cela leur donne une couleur noire – signe que les couches absorbent toutes les fréquences comme celles de la lumière. Les particules nano ont une taille entre 1 et 100 nm; 1nm=1/1,000,000,000m = 0.000 000 001m). Un nano-particule se comporte comme une unité « indépendante » en ce qui concerne sa conductivité et ses propriétés.
Le plaquage nano produit des couches de CuO et Graphène. La quantité de production de ce dernier dépend de la composition du cuivre et de la chaleur appliquée. La couche nano-plaquée a une structure semblable à celle des diamants, appellée SD3.  Chaque couche nano va tirer des atomes de Cu du matériau que l’on plaque (  cuivre ou zinc) pour les déposer, les intégrer dans la couche nano plus éloignée que la première, soit la couche suivante; plus il y a de couches, plus le nombre d’atomes vont être tirés. Tout le processus est comparable à la fabrication de pop-corn.
Lorsqu’une plaque de cuivre est nano-plaquée, ça veut dire qu’on a changé toute la structure intérieure du morceau de Cu. Tous les atomes à l’intérieur se sont alignés par rapport à la couche nano qui est attachée à la surface et elle devient noire.

Astuces

  • Toujours porter des gants et éviter le plus possible de toucher les morceaux qui passent par le processus du nano-plaquage. Les particules nano sont tellement petits qu’il traversent facilement la peau pour pénétrer dans votre corps.
  • Ne pas bouger les objets pendant le nano-plaquage, ni les contenants. Les couches nano sont super fragiles et peuvent facilement être endommagées par le toucher.
  • Même si la couche noire s’est endommagée pendant la fabrication de GaNS, vous pouvez continuer à l’utiliser pour la production.

Préparation pour le nano-plaquage

Préparer votre boîte à nano-plaquage

Préparez la boîte en plastique avec un treillis à poules. Coupez et repliez les 4 côtés du treillis pour que la surface pour déposer  soit 2cm plus haut que le fond.

Nettoyez le cuivre

Avant de commencer le processus de nano-plaquage, il faut nettoyer les objets des éventuelles empreintes digitales, huile, graisse, oxydation etc. Déposez les bobines dans un bain de vinaigre avec un peu de sel pendant environ 15 minutes. Cette action nettoie les bobines pour un meilleur plaquage.
Vous pouvez également nettoyer les pièces de cuivre dans un bain de soude caustique ou par le feu d’un chalumeau.
Maintenant percez un trou de 1.5cm (1’’) dans le couvercle de la boîte ; préparer un morceau de ruban adhésif pour fermer le trou une fois que l’eau bouillante sera versée.

Préparez vos objets à plaquer

Vous pouvez aussi accrocher les objets dans le contenant : percez des trous dans les coins de la plaque pour l’accrocher ou coupez 1cm de languettes dans la plaque et repliez ceux-ci vers en haut comme l’indique la photo.
Vous pouvez utiliser aussi un séchoir à vaisselle: à cet effet, vous  coupez la partie du séchoir qui tient normalement les assiettes, que vous placez  dans la boîte.
Si vous ne plaquez pas beaucoup de morceaux, vous pouvez bien sûr les  déposer simplement sur le grillage à poules. Dans ce cas, il est important de ne pas déposer les plaques à plat sur la grille pour éviter les ‘empreintes’ de la grille qui ne seront pas plaquées.

On peut nano-plaquer de 4 façons :

  1. Par l’acide caustique à chaud
  2. Par l’acide caustique à froid
  3. Par le feu. Le nanoplaquage par le feu est le plus rapide mais aussi le plus fragile, les couches se détachent facilement. À l’aide d’un pinceau, vous pouvez détecter si la couche tient bien ou non et le repasser par le feu encore une fois.
  4. Par des champs plasmiques

Méthode : Caustique à chaud

  1. Le Plaquage

    1. Mesurez la quantité d’eau qui couvre bien le fond du contenant sans toucher à la surface de la grille.
    2. Mesurez 40g de soude caustique (NaOH) et 10g de potasse caustique (KOH) pour 1 litre d’eau distillée, et couvrez le fond du contenant d’une façon égale. Le potassium contient un isotope (K40) qui est légèrement radioactif ce qui donne un surplus d’énergie. Si vous ne trouvez pas de KOH, vous pouvez utiliser des cendres de bois dur.
    3. Déposez les objets à plaquer sur la grille. Il est important que les objets à plaquer ne se touchent pas afin que chaque objet puisse développer les couches nanos d’une façon cohérente.
    4. Versez la quantité d’eau bouillante que vous avez mesuré au début (voir point a) par un entonnoir dans le contenant. Soyez très vigilant de ne pas respirer les vapeurs qui montent. Et fermez le contenant rapidement avec le morceau de ruban adhésif.
    5. Laissez le contenant tranquille pendant 48 heures; ne pas bouger le contenant, ni l’ouvrir.
    6. À la fin de ce temps, videz la plus grande partie de la solution caustique de votre contenant en vous gardant de bouger l’objet. Conservez la solution caustique pour plus tard. Conservez quand même une petite quantité de la solution dans la boîte.
      Vous pouvez aussi enlever la solution à l’aide d’une seringue ou bien siphonner la solution à l’aide d’un tuyau rempli d’eau dont un bout est déposé dans la soude caustique et l’autre dans un récipient vide plus bas que le contenant du plaquage. Tout cela sans perturber les objets fraîchement plaqués.
  2. Drainer le courant
    1. Drainez le courant des objets à l’aide d’un multi-mètre (rangé ‘millivolts’) : placez les deux terminaux sur deux coins opposés de l’objet ou bien placez le terminal rouge (+) sur l’objet et le terminal noir (-) sur la grille. Drainez pendant 4-5 secondes. Pour faire du GaNS, il faut drainer le courant des plaques toutes les 6 heures pendant 24 heures (4x); pour les bobines du Magrav seulement une fois.
      Après chaque drainage re-fermez le couvercle.
      Dans cette procédure il n’est pas important que les mêmes terminaux du multi-mètre sont posés aux mêmes endroits, car le voltmètre va mesurer le courant en provenance de l’objet plaqué et ne va pas appliquer le courant de sa batterie intégrée.
      Si vous n’avez pas de voltmètre, vous pouvez également prendre un fil de cuivre avec une (haute) résistance au milieu; la dernière va drainer le courant de la même façon que le voltmètre (mais vous ne le voyez pas).
    2. Après le drainage, laissez le couvercle fermé pendant  encore 2 semaines minimum. La transition du milieu caustique au milieu atmosphérique normal doit être doux : laisser le couvercle entre-ouvert pour assurer cela.

      C’est une procédure qui va donner une direction aux particules des nano-couches : toutes les petites particules nano vont être alignés dans la même direction. Voir  le dessin au-dessus : avec un objet non-aligné (non drainé), le chemin du courant du plasma est obstrué tandis que dans un objet aligné, le courant ne trouve pas de résistance. Cela est vital pour les Magravs!
      L’alignement des particules joue également sur la durée de vie des couches nano pendant la fabrication du GaNS.
  3. Rinçage
    Après que les objets aient terminé leur nano-plaquage, il faut les rincer pour enlever les résidus du caustique. Pour ce faire, vous tenez les objets par leur extrémité( avec des gants) et vous les rincez à l’eau distillée. Vous pouvez utiliser 3 contenants consécutifs; dans le deuxième vous pouvez ajouter quelques gouttes de jus de citron. Il est important d’enlever tout caustique surtout pour les plaques/bobines qui vont servir à faire du GaNS.
  4. Entreposage
    Pendant la procédure du nano-plaquage et par la suite, il est important de ne pas coucher les objets – il vaut mieux les accrocher car leur propre poids peut écraser les couches nano. Donc, toujours accrocher les objets nano-plaqués à l’entreposage. Il est conseillé également d’entreposer les objets nano-plaqués dans un contenant fermé qui contient un peu d’humidité (1ml d’eau distillée sur un essuie-tout).

Sommaire du nano-plaquage

1. Rassemblez tout ce qu’il vous faut : objets à plaquer, contenant, caustique, gants, lunettes
2. Le processus de caustique à chaud dure 2 jours
3. Séchage-1 : premiers 24 heures, drainer 4x avec multi-mètre
4. Séchage-2 : 2 semaines avec le couvercle fermé
5. Séchage-3 : 3 jours avec une petite ouverture
6. Rinçage : proprement avec de l’eau distillée
7. Entreposage : debout ou accroché