Print pagePDF pageEmail page

Comprendre la science du Plasma 1

Vous trouvez l’atelier original ici: Understanding Plasma Science Part 1

Vous trouvez les autres cours sur cette page.

Qu’est-ce que la science du plasma?

Dans ce dernier siècle, on s’était surtout occupés d’un état matériel de ce qui est. Puis nous avons développé nos connaissances dans les domaines atomiques et nucléaires. Maintenant nous progressons d’un autre pas vers les CHAMPS qui créent les électrons, protons etc…
Nous nous sommes battus avec la matière pendant des milliers d’années et nous ne sommes pas arrivés à grand-chose. Ce que nous sommes le plus capables de faire – en terme de création de nouveaux matériaux – sont des alliages. Nous sommes seulement  arrivés à mélanger des matières chimiquement ensemble c’est tout… Et nous sommes toujours restés confinés  dans la tangibilité, le besoin de voir quelque chose pour confirmer son existence.
Nous avons accepté les nouvelles découvertes des sciences nucléaires à cause de la bombe d’Hiroshima; nous les admettons dans la peur et non pas par la connaissance. Maintenant vous avancez dans les sciences du Plasma, science paisible qui dévoile ses pouvoirs sans créer de peur!                                M.Keshe

La science du plasma est la découverte qui découle de la compréhension de comment fonctionne l’Univers . On découvre que toutes les entités existantes fonctionnent de la même façon – le soleil, notre corps, une plante, un caillou…
Nous commençons par l’état matériel que nous connaissons depuis des siècles. Pour comprendre comment on peut modifier de l’état de matière à un état plasmique (non-matériel) nous allons voir ce qu’est le Nanoplaquage : en créant des particules, des couches nano à partir de la matière, nous en faisons ce qu’on appelle du GaNS , qui par la suite crée des champs magnétique et gravitationnel.

Mais ce processus est réversible :en effet, nous pouvons utiliser les différents champs magnétique et gravitationnel et leur interaction pour créer des matériaux,  de l’énergie, du mouvement etc. Nous allons apprendre dans ce contexte que la production du GaNS est déjà une manière de créer de la matière.

Similaire à la radiation nucléaire ou aux rayons X ou encore à la lumière UV, les champs plasmiques ne sont pas visibles mais ils existent bel et bien. Dès lors nous allons apprendre comment utiliser les champs plasmiques et leur énergie pour comprendre parallèllement comment fonctionne les champs de l’univers, ainsi qu’ une nouvelle façon de vivre.

Ces nouvelles compréhensions des matériaux nano, du GaNS et des champs font le sujet de la science du plasma. Toute matière est fait de champs. Il y a deux champs: des champs magnétiques et des champs gravitationnels. Les champs magnétiques se repoussent et le champs gravitationnelles s’attirent.

– on peux appeler les deux – champs magrav. Tous dans l’univers est fait de champs magravs et leur interactions. Les atomes, notre corps, l’univers au complet et fait de ces champs. Quelques champs nous pouvons voir, d’autres non. L’existence et l’interaction des champs dynamiques avec leur force, vitesse, densité et champ magnétique mène à la création de tous ce que nous voyons – planètes, galaxies, plantes, animaux, molécules, atomes, nous…

Le champ du plasma peut être vue comme une sphère ou comme une spirale dont la force est la plus faible à la périphérie et le plus fort au centre. Alors les élément matérielles seront situé à la périphérie, suivi des fréquences de la lumière visible, puis les rayons X etc. Nous voyons que déjà en dessous de la surface, il n’y a plus de matière, plus de tangibilité.
Les interactions des champs magrav sont relativement facile à comprendre à l’aide des aimants :
Chaque aimant à un pôle N (la sortie) et un pôle S (l’entrée). Si on place des pôles inégales vis-à vis l’un de l’autre, les aimants vont s’attirer = Gravitationnel.

 

Si on place des pôles égaux l’un à côté de l’autre, les aimants vont se repousser = Magnétique.
En plaçant les aimants, nous dictons les champs. Tous les aimants qui sont proche, interagissent; c’est à dire il vont bouger pour trouver une position qui équilibre tous les aimants participants. Si maintenant on bouge un aimant les autres vont naturellement se repositionner pour rétablir le dit équilibre.
Video aimants : 4 dans un couvercle; ensuite bouger un pour bouger les autres.
En voyant cette vidéo, les questions suivants se posent :

  • Quelle force fait bouger les aimants?
  • Pourquoi les aimants gardent une certaine distance entre eux?
  • Pourquoi tous les aimants bougent si on bouge seulement un?
  • Qu’est-ce qui se passera si les aimants seraient des sphères?

C’est la force de chaque aimant qui va déterminer la distance entre les deux. Si un aimant est bougé, la dite distance fait que l’autre aimant doit bouger également.
En fait ce qui se passe peut être expliqué si on regarde les deux aimants comme des champs : les champs qui sortent du pôle N d’un aimant interagissent et entrent dans le pôle S de l’autre. Au même temps les champs des deux pôles N et deux pôles S se repoussent. Ces interactions sont responsable pour maintenir la distance entre les deux aimants. Et c’est cette distance qui permet aux deux de bouger librement. On voit bien que les aimants, les champs interagissent bien qu’il ne sont pas en contact physique direct.
La direction d’écoulement de ces champs détermine ce que nous appelons champs magnifique ou gravitationnel : les champs magnétiques sortent et s’éloignent pendant que les champs gravitationnels s’approchent et entrent.

 

Résumé :
La science du plasma va au-delà de ce que nous connaissons comme état matériel. Ce n’est pas la magie, c’est quelque chose qui nous reste à comprendre.
Nous commençons de comprendre que chaque chose dans notre univers est au-delà est fait de champs magnétiques et gravitationnels.

Technologie Nano

Qu’est-ce que c’est ‘nano’?

Nano est un préfix d’unité qui veut dire ‘un d’un billion’. Il est avant tout utilisé dans le système métrique avec un facteur de 10-9 ou 0.000 000 001. il est utilisé fréquemment dans les sciences et dans l’électronique pour mesurer du temps et des longueurs. Un nono-mètre est un billionième d’un mètre; une feuille de papier a une épaisseur de 100,000 nanomètres.
Des particules nano sont des entités sur l’échelle nano – tel que les atomes à l’intérieur d’une structure moléculaire = sous un point de vue plasmique et ne pas matériel – , qui sont indépendant et dynamique. Leur indépendance se réfère à la température et la pression par exemple.
Dans l’état matériel, les changement en température ou pression résultent en différentes états de matière : un changement de la température ou pression dans l’environnement de l’eau par exemple change son état entre solide (glace), liquide et gazeuse.
Une modification dans l’environnement plasmique (magrav) par contre engendre la conversion de la matière physique dans un état mono-atomique : les couches nano.

La création des couches nano se fait par le processus de nano-plaquage. Ce processus peut être fait par le feu ou par la soude caustique (NaOH = hydroxyde de sodium). Le nano-plaquage par la soude caustique se fait en ajoutant de la chaleur, de l’eau et du NaOH.
L’interaction de l’environnement caustique avec la matière du cuivre détend les liens entre les atomes; cela crée une distance entre les atomes et les couches nano se forment.

Les atomes dans le cuivre matériel sont positionnés très proche, très dense car la force gravitationnelle est plus grande que la force magnétique. Le nano-plaquage augmente le champ magnétique ce qui résulte dans le fait que les particules se repoussent, qu’ils créent une distance plus grande entre eux. Les atomes sont plus espacés, ce qui réduit la résistance et amène la supraconductivité (voir l’image ci-haut).
Les objets en cuivre (fils, plaques ou bobines) sont suspendus dans un contenant qui tolère la chaleur et qui peut être fermé hermétiquement. Dans le processus les particules nano se repositionnent – ils s’éloignent de leur base matérielle – sans pour autant perdre leur attachement au cuivre matériel. L’attachement se fait par les champs gravitationnelles-magnétiques. Les particules des couches nano sont liés les uns aux autres et à leur base matériel (cuivre).

Les particules des nano couches se postionnent entre eux comme les aimants : leurs champs gravitationnel-magnétique. Les champs sont continuellement émis pour maintenir la distance. Les distances entre les couches nano ne sont pas uniformes. Ils constituent une capacitance et contiennent une variété de champs, des potentiels d’énergie et des centres d’information. Les espaces, les distances fonctionnent en tant que contenants d’énergie plasmique et d’informations. Ces contenants peuvent à leur tour capter des champs plasmatiques et magnétiques de l’environnement. Les champs qui sont de force similaire avec le contenant sont attirés et s’y lient.
Ces couches apparaissent foncé (gris terne à noir) parce ce qu’ils absorbent tout le spectrum des champs magnétiques de l’environnement; également le spectrum de la lumère ce qui fait qu’ils apparaissent noir.
Après la formation des nano couches, on laisse les couches sécher et ils se stabilisent dans le processus. L’application d’un voltmètre pendant le processus aide la stabilisation dans le sens que les particules s’alignent d’une façon qui facilite la conductivité plasmique par après. L’application d’un courant électrique met les particules en ligne établissant ainsi une direction de conductivité pour le plasma.

Voici une animation du plaquage nano (sous-titré en français) sur youtube.

Le multi-mètre nous dévoile deux particularités des couches nano:

  1. Les couches émettent une tension/courant
    Si vous mesurez avec le mulit-mètre une bobine qui n’a pas été nano-plaquée, vous ne détectez aucun voltage et aucun courant passe. Si, par contre vous mesurez une bobine nano-plaquée avec le multi-mètre sur la plus petite échelle de milli-volt (mV) vous aller voir que l’indicateur fluctue entre 3 et plus que 300mV continuellement. D’où vient cette énergie électrique?
  2. Les couches nano n’ont pas de conductivité
    Si vous changez la mesure du multi-mètre de la tension (mV) à la résistance (Ω), vous allez mesurer une résistance super haute, quelque méga-ohm (quelques millions ohm). Ça veut dire que les couches nano présente une résistance pratiquement infiniment grande aux courant électrique -et ne pose pratiquement aucune résistance au courant plasmique.
    La loi de Ohm décrit la relation entre la tension, le courant et la résistance dans un circuit électrique : I=U/R (courant = tension divisé par la résistance). Si on prend un magrav qui est branché sur le secteur de 120VAC avec une résistance des bobine mesurée de 1,500,000 Ohm, on obtenait un courant de 120/1,500,000 = 0.00008 A = 0.08mA. Ce courant est trop faible pour alimenter une ampoule de 40W, mais – oh miracle – l’ampoule s’allume!

Il est important de comprendre que les couches nano ne sont pas bi- mais tri-dimensionnel et ils ont une profondeur qui va dans les dizaines de milliers.

Comment interagir avec ces champs?

Les couches nano sont l’interface, la connexion avec tous les champs autour de nous. Nous interagissons avec ces champs par le couches nano. Le fait que les liens entre les atomes sont moins dense et particules des couches nano sont plus distancés permettent aux champs de passer facilement par ces espaces. Cela est l’effet de supra-conducteur.
Mais il y a également un effet de filtration parce que différentes couches nano ont une structure différente qui permet seulement à des champs d’une même structure d’y passer. Ce caractéristique va nous permettre de ‘choisir’ certains champs à passer afin de créer certaines matières ou formes d’énergie ou cibler certains positions dans l’espace.

Résumé

Ce chapitre nous montre comment la matière est faite, quelles sont ses composants de base.
Tous ce que nous voyons est tangible et appelé ‘matière’; soit une plante, une pierre, un morceau de plastique ou de métal. Toutes ces choses sont composé d’une structure consistant de petites balles paqueté très dense. Ces balles sont le plasma qui se comportent comme des aimants en établissant leur positionnement une vis-à vis à l’autre.
Sous un autre point de vue, les couches nano nous permettent d’enter en interaction avec les champs autour de nous.

GaNS

GaNS est un nouvel état de matière; une molécule d’un gaz qui apparaît sous une forme nano dans un état solide de la matière. GaNS est un abréviation de ‘gaz dans un état nano’ (en anglais ‘Gas in a Nano Solid).

Le GaNS est la deuxième étape de la tranformation d’une matière en champ :

Matière : État nano : GaNS

Quand on expose une plaque de cuivre nano-plaquée (Cu-np) et une plaque de cuivre simple (Cu-s) à un autre environnement -tel d’une solution saline – nous créons la condition de la production de GaNS de cuivre.
Le résultat, le GaNS, n’est plus lié à la base première, le cuivre – contrairement au nano-plaquage. Il se sédimente en forme d’une ‘poudre’ bleue-verte au fond de la solution saline. Il est également à noter que les particules du GaNS ne sont pas lié entre eux non plus; chacun est un petit soleil solitaire qui irradie son énergie continuellement vers l’extérieur. Et parce que les particules sont libres, ils émettent des champs d’énergie beaucoup plus forts que n’importe quel état matière. Les champs plasmiques ont à la foi donnant et recevant.
Chaque particule est fait de millions et millions de champs qui se réunissent et tournent continuellement, ainsi créant des interactions des champs dynamiques.
Dans des ateliers futurs nous allons regarder la création des GaNS de base, comme le CO2, CuO, ZnO, CH3, Ca, Acides aminés, GaNS de nourriture, de suppléments et de l’eau de mer.

Résumé de l’atelier