Modèle de la matière

Print pagePDF pageEmail page

Modèle schématique de la structure de la matière selon M. Keshe

mat schema1

Le champs gravitationnels et magnétiques sont des vecteurs de champs à différentes directions.

La somme des champs gravitationnels et magnétiques sont les « magravs » – les champs magnetique-gravitationnel.

mat schema2

Les Pmtics, qui sont aussi appelés « Quarks », sont des champs plasmiques-magnétiques. Les Pmtics bougent en rotation; le plus vite leur rotation, le plus haut leur force (densité du champs). Fa est la densité du champs extérieur; Fi la densité du champs intérieur (Fa≥Fi).

L’état d’aggrégat d’un matériel est le résultat directe de la densité du champs ainsi que la compacité de l’environnement.

Les Pmtics peuvent entrer en interaction. L’espace où les deux se chevauchent a la forme d’une vessie de poisson; le cercle au centre montre la zone d’interaction dynamique.

mat schema3

Les interactions magravs des pmtics créent des structures fractales autour d’un point infiniment petit. De ce point entrent et sortent les champs magravs. Les champs-magravs (mafs) sont séparés par des magnétosphères.

Les mafs forment des vortex d’énergie autour du point central; ceux-ci sont appelé « sepmafs » par M. Keshe (Specifically Enveloped Plasmatic Magnetic Fields).

Dans leur mouvement autour du point central, les mafs forment les différentes zones du plasma qui se différencient par leur polarité et la force de leur champs.

M. Keshe décrit la zone noyau au centre étant « le principal » ou « Anti-matière » (cercle pointillé au centre) qui a la plus grande force. La zone du milieu est appelée « Transition » ou « Matière Noire »; elle est d’une force moyenne. La zone extérieure s’appelle « Matière », ayant la force de champs la plus faible.

mat schema4

Chaque champs éléementair de la matière forme une structure tétraédrique dans son intérieur ainsi qu’autour de lui. Les zones d’interactivité dynamique se trouvent dans les bordures.

Plusieurs mafs forment un réseau de mafs, aussi appelé « champs quantique ». Afin que les matières soient stable et qu’ils peuvent bouger librement à travers l’espace, ce réseau doit être constant.

Sa constance s’exprime dans des principes mathématiques comme la séquence de somme croix de la quantité Cantor: 1+1=2; 2+2=4; 4+4=8; 8+8=16 (1+6=7); 7+7=14 (1+4=5); 5+5=10 (1+0=1); 1+1=2… à l’infini. Cette séquence décrit la répartition de la polarité des pmtics à l’intérieur des plasma fractales.

mat schema5

Les mafs émettent continuellement des ondes magravs; cette capacité fait que les mafs peuvent envoyer est stocker des informations dans le champs quantique.

Les ondes se propagent et communiques via la résonnance et la dissonnance. La règle d’or est souvent présent dans les structures élevés des mafs.

Le plasma peut aussi fusionner; ce qui crée de la matière (sepmafs qui sont stable).


Plasma et matière

Par M.Keshe

  1. Dans le cuivre dans son état matériel les molécules sont très compact, très proche l’un de l’autre.

  2. Lorsqu’on change la condition environnementale du cuivre: on reste dans le champs magrav de la terre, mais on ajoute la chaleur et on ajoute un autre élément (=champ magrav) du NaOH – le cuivre change de couleur en noir: ce sont des dixaines de milliers de couche nano. Dans les couches nano les molécules de cuivre sont beaucoup plus espacés; mais ils sont encore lié au cuivre matériel. En fait ce procédé permet pour la première fois de produire un matériel nano sur et à partir d’une même substance matérielle; c’est à dire on n’a pas à ajouter une couche d’autre matériel nano sur un autre (exemple: graphène sur métal ou plastique).

  3. Ensuite on change encore une fois l’environnement: on submerge dans de l’eau et on ajoute du NaCl. Le dernier crée en présence de deux plaques (une nanoplaqué et l’autre simple) la force magnétique, acidique. Le sodium en présence de l’oxygène dans l’eau crée la contrepartie gravitationnelle, alkaline. Les deux forces (magnétique et gravitationnelle) étant en équilibre créent la condition ou les atomes dans le molécules peuvent se séparer. Ils se détachent alors de leur support matériel (cuivre) et deviennent un plasma libre, le GaNS. Chaqu’un de ces particules de GaNS représentent un soleil – avec la même énergie seulement ils dégagent leur énergie en paquets plus petits.
    Dans le cas du GaNS-CO2, c’est l’interaction du Zn simple avec le Cu-np qui a crée le champ magrav du C, qui – en interaction avec l’eau – a crée le CO2.

  4. À partir de ces GaNS, nous pouvons décider de changer le champ magrav (rapprocher ou éloigner les champs gravitationnels des magnétiques ou les rapprocher) pour changer la condition environnante afin de créer la condition de ce que nous aimerions créer : chaleur, fraîcheur, cette matière ou l’autre.
    Le champs présent dans les différents réacteurs (GaNS, PL) créent la condition pour la matière à produire et vont changer les champs magrav qui sont dans l’atmosphère en état matériel.
    C’est de cette manière que notre corps ‘absorbe’ ou plutôt ‘crée’ tous dont il a besoin. Notre atmosphère contient une grande variété de champs (‘état gazeux’) et c’est à nous de décider quelle matière en créer selon des champs magravs que nous créons. Ça veut dire également que nous n’avons pas besoin de fabriquer les conditions matérielles pour faire apparaître les substances ou choses parce que nous pouvons les ‘matérialiser’ juste en créant le bon environnement pour.