Le corps humain est plasmique

Print pagePDF pageEmail page

Pas de conflit avec le système établis

Le corps humain fonctionne principalement sur un niveau plasmique; cela entre en conflit avec les principes de la biologie et médicine qui affirment que le seul aspet d’un être vivant est son corps – donc on ne reconnaît que cet aspet physique, matériel. La doctrine matérielle est supporté par le système social et économique… donc presque impossible à changer.

Comme conséquence nous n’avons point l’intention de changer le système, changer la médecine ou changer les médecins ou autres professionnels dans la domaine médicale. Non, nous essayons d’éduquer les gens ordinaires afin qu’ils peuvent se soigner eux-mêmes.

Les limitations des sciences sont imposés par notre ignorance.

Les bases du corps

Chaque composant des êtres vivants, chaque partie de leur corps est flexible, modifiable mais seulement jusqu’au point où il peut constituer une structure. Dans le monde non-animé, ce n’est moins le cas.

Les différents parties ne s’attachent pas les unes aux autres; c’est à dire que les fascia restent séparé des muscles, des os, des vaisseaux sanguins ou des nervs. Ça veut dire que les corps vivants existent dans un état matériel du GaNS et non dans un état matériel tout court. Et ce sont les différents couches de nanomatériel et de GaNS qui rendent possible la créations de différences; par exemple les côtes dans la cage thoraxique sont très flexible au niveau des intestins et beaucoup moins flexible au niveau des poumons et du coeur. Ça veut dire que le coeur a besoin d’un environnement qui est différent de celuis propice pour le dévelopement de l’estomac.

C’st la présence d’eau et du sel qui permet la flexibilité.

Le suivant explique la génèse des différents royaumes de notre monde:

  1. L’interaction de 2 ou + de plasmas crée la matière (les protons, les neutrons et les électrons)
  2. L’interaction de 2 ou+ unités de matière crée les atomes (le royaume de la physique)
  3. L’interaction de 2 ou+ atomes crée des molécules (la chimie)
  4. L’Interaction de 2 ou + molécules et/ou atomes on a des unités vivants (la biologie, la physicalité, ADN)
  5. L’interaction de 2 ou + composants vivants créent l’émotionalité (ANR, plasma libre; la psychologie)
  6. L’interaction ou la combinaison juste de 2 ou + éléments émotionnelles crée l’âme (spiritualité)

Si les sciences ne comprennent ou ignorent le début (plasma) ils ne peuvent pas non plus saisir l’âme.

Les 6 pas en haut démontrent la création (de bas en haut) des différents royaumes dans l’univers; le regard d’en haut vers le bas nous montre la chaîne de commande, comment l’âme peut contrôler la physicalité par les émotions et créer n’importe quelle matière qu’on désire. Mais ce pouvoir est seulement disponible pour l’homme s’il agit rester fermement sur la base éthique. Pourquoi? Car Dieu est l’énergie qui accomplit tout – tout dépendamment de notre volonté: si un déséquilibre émotionnel peut créer un cancèr dans la physicalité – pourquoi on ne pourrait pas créer la santé illimité ou l’immortalité de la même façon?

Mais est-ce qu’on a besoin de physicalité pour vivre nos emotions et notre âme? Non.

Luette (uvula)

C’est la « petite langue » en arrière de la gorge. Elle est un indicateur d’émotionalité: si elle touche la langue, elle veut s’exprimer, l’émotionalité frappe à la porte de le physicalité. Souvent l’expression n’est pas permise – on ne veut pas ouvrir la bouche, on a peur de montrer sa luette

 

Sang

… n’est pas seulement transporteur de nutriments, oxigène etc mais aussi il véhicule nos émotions; il fait les connections de chaque cellule avec nos émotions. C’est ça la raison que nous sentons toutes choses reliées à notre corps: soit qu’on se fait mal si on se frappe le doigt avec un marteau, soit qu’on a un bon sentiment si quelqu’un d’autre nous flatte la joue.
Alors nous pouvons nourrir nos émotions en leurs fournissant du PL-ZnO. Si on cible l’application du ZnO au sang, celui-ci va le transférer immédiatement au centre émotionnel.

Système immunitaire

Le rôle du calcium dans dans la réponse immunitaire a été depuis longtemps reconnu, mais pas compris. Chaque élément, une fois incorporé dans le corps, l’est à l’état de GaNS. Le GaNS de l’élément est comme un petit soleil, relâchant et recevant des champs de sa propre puissance. Une émanation solaire ne fait pas que projeter loin du soleil, revient en courbe vers lui. Le champ qui est projeté est égal à celui qui doit REVENIR.

M. Keshe nous rappelle qu’il n’y a pas rien qu’ UN seul calcium, mais plusieurs, dû aux isotopes. Mais seulement un certain nombre d’entre eux sont pris par les cellules immunitaires B et T. Ces isotopes de calcium spécifiques, partagent la même puissance plasmatique que certaines infections. C’est comme si on disait que les deux, le calcium et l’infection partageaient la même longueur d’onde radio, où l’une peut interférer avec l’autre.

Une compréhension fondamentale des champs plasmiques, est que les champs de même puissance (partageant la même longueur d’onde radio) se nourrissent l’un l’autre, le plus fort nourrit le plus faible pour balancer la différence. Le plus « faible » aura un plus faible champ gravitationnel et un plus puissant champ magnétique, alors que le plus « fort » aura un plus puissant champ magnétique et une plus faible force de champ gravitationnelle, de sorte qu’un échange réciproque de forces de champs s’installe immédiatement.

Infections bactériennes

Quand le calcium entre ne contact dans une cellule immunitaire avec une infection, une interaction a lieu, qui finalement stop l’infection de la façon suivante:

  1. Le champ de l’isotope calcium est plus faible que l’infection. Ainsi l’infection « nourrit » le calcium, et ce faisant perd de sa propre force structurelle, et se détériore.
  1. Subséquemment l’isotope Calcium se décompose très rapidement en Potassium (K). Par exemple, 35 Calcium prend 25.7 millisecondes pour se convertir en 35 Potassium, et ce faisant, relâche des radiations (nucléaires) Beta.

  1. C’est ce relâchement de radioactivité (à l’état de GaNS) qui détruit l’infection.

La gamme complète de puissance plasmatique (pensez aux longueurs d’ondes ou à la variété des isotopes) du Calcium va de 34 à 57. Les isotopes d’Argent allant au contraire de 93 à 130, délivrent le double de la puissance du Calcium en se brisant et relâchent une radioactivité beaucoup plus grande pour détruire l’infection.

Ceci est complètement nouveau pour science.

Infections virales

En ce qui concerne les virus, cela se fait plus directement.

  1. Un virus est un extrêmement gros paquet d’énergie qui donne sa force (longueur d’onde radio) à l’énergie plus faible du GaNS-CO2 et son champ plasmatique.

  2. Comme le plus fort nourrit le plus faible, le virus donne de son champ de force et par là même perd de sa prise sur la structure de la protéine à laquelle il est uni.
  1. Le virus affaiblit devient simplement une source d’énergie pour le corps.

Cancers

Les cancers aussi sont principalement un processus d’une seule étape. D’après les recherches confirmées pas l’Université de Tokio, les cellules cancéreuse ont un champ gravitationnel extrêmement puissant, ce qui signifie qu’ils attirent de plus en plus de masse, volant l’énergie autour d’elles.

Le fait de produire une puissance de champ égal et opposé de la bonne force, permet d’atteindre le seuil requis, les champs gravitationnels et magnétiques sont rééquilibrés, ce qui résout immédiatement le cancer, et l’excès d’énergie donne l’impulsion pour créer des tissus sains au lieu de la malignité.