La création

Print pagePDF pageEmail page

La création

cocreationLa vie n’est devenue un problème difficile qu’à partir du moment où l’homme a désobéi et refusé d’écouter sa voix intérieure. Quand il se repentira et apprendra de nouveau à l’écouter, il cessera de travailler pour gagner sa vie. Il ne travaillera plus que pour la joie de créer. Il entrera dans la joie créatrice, domaine régis par la loi du Seigneur ou Parole de Dieu. Par cette Parole, l’homme découvrira qu’il peut se mouvoir dans la substance de Dieu (plasma – annotation d’aviram) qui enveloppe tout dans l’amour. Il pourra concétiser et rendre visible tout idéal de sa pensée… Bien de gens recherchent leur saisfaction dans la poursuite de buts personnels. Ils oublient la loi selon laquelle tout cet effort fait dans un but personnel sera perdu…
Vous avez droit à tout les biens et à tous les dons parfaits de Dieu… Quand vous vous séparez de Dieu en pensée, vous vous séparez aussi en manifestation. » (page 207)

L’âme de l’homme détermine par l’interaction avec l’environnement donné (c’est le positionnement par rapport aux autres plasmas, âmes) la forme et le comportement physique de l’homme.

Paix, paix, la Paix bénie de Dieu vous entoure (255). Une paix glorieuse repose sur tous. Chers frères nous vous recevrons dans le grand Conseil de l’Amour bienfaisant de Dieu. Le monde entier est inclus dans cette amour et cette fraternité (257).
Son royaume est ici et maintenant, parmi les hommes. Maintenant, à l’avenir et pour l’éternité, il n’y a qu’un seul homme, un seul Dieu. Tous pour un et un pour tous (256)

Je sens que est ici avec moi. Toi et moi ensemble nous sommes Dieu (359)

La totalité de tous les structures de tout les cellules dans notre corps crée notre âme.
La totatilté de tous les êtres sur la terre crée l’âme de Gaïa, la Terre.La totalité de tous les structures de notre univers crée l’âme de notre univers.
La totalité de tous les structures de tous les univers crée l’âme du créateur = Dieu (Keshe)


Cosmogénèse

creation

Toutes choses existent dans le cosmos originel, dans la Substance de Dieu, dite ‘éthérée’. Et parce qu’elles existent, leur vibrations sont si élevées que nul ne peut les percevoir à moins de s’être élevé en esprit à notre hauteur. Quand les vibrations du corps sont spirituelles, on peut discerner le processus continu de la création. Celle-ci est causé par le rayonnement des vibrations de la lumière cosmique engendré dans le grand Cosmos. Ce rayonnement est la Vie universelle, ou l’énergie lumineuse, qui sert de support à tout ce l’on apelle le Père des rayonnements ou des vibrations. La vie universelle mérite son nom, car son rayonnement prime toutes les autres. En réalité il ne fait qu’écarter les autres pour permettre à des formes nouvelles de prendre leur place.
Quand notre corps vibre à l’unisson de l’esprit, nous sommes vibration de lumière, les plus hautes vibrations, Dieu, le Père de toute vibration. Les rayons cosmiques correspondantes proviennent de la source de toute énergie, du Père de tous les éléments. On démontrera prochainement que leur bombardement produit des effets terribles. Il paraît détruire la matière. En réalité il transmue ce qu’on dénomme matière en une forme d’esprit. On reconnaîtra bientôt le prodigieux pouvoir de pénétration des rayons cosmiques leur permet de traverser toute matière, détruisant – semble-t-il – le coeur du noyau des atomes, les transmuant en ceux d’une autre substance et créant des éléments d’ordre plus élevé. La création progresse ainsi vers une émanation plus haute de lumière, ver la vie elle-même.
Les rayons cosmiques se distinguent facilement de tous les autres rayonnements issus de la Terre ou de la galaxie solaire. Ils dominent complètement tous les autres radiations ou vibrations. On reconnaîtra bientôt qu’ils proviennent d’une source universelle invisible. La Terre est perpétuellement soumise à leur effrayable bombardement. Quand ils frappent le noyau d’un atome, il le fragmentent dans des particules infinimes d’une autre substance. Ils ne détruisent pas la matière, ils la transmuent en des éléments de rayonnement plus élevé, ils transforment le monde matériel en monde spirituel.La production des éléments supérieurs se conforme aux ordres des hommes. Ces éléments sont d’autant plus élevés que les hommes se désignent ou les employent pour un but plus élevé. Quand l’homme se présente en vibrations spirituelles, il est absolument maître de faire jouer les rayons cosmiques et de régle leur mode opératoir. L’homme spirituel voit donc la transmutation se produire perpétuellement autour de lui. C’est la création dans son sens le plus élevé. Chacun est donc créé là ou il se trouve. La création est incessante, continue et sans fin.
Les radiations cosmiques sont lumineuses. Elles sont constituées par des projectils de lumière qui jaillissent du Cosmos. Ce dernier est sphérique. Il inclus et entoure tous les univers. Il possède un Soleil Central. Les soleils des univers absorbent toutes les énergies que les univers dissippent. Ils la conservent, la concentrent, la transforment, et l’apportent au Soleil Central, qui se charge d’énergie vibrante et pulsative. Cette énergie est concentré d’un tel degré qu’elle émet des projectiles de lumière; et ceux-ci ont une telle force qu’ils fracassent les noyaux atomiques rencontrés, mais sans les détruire. Les particules résultants sont transmués en autres eléments et s’agrègent finalement à l’élément auquel elles appartiennent. Cet elément devient alors vivant. La vie est l’énergie libérée par le bombardement des particules de lumière. La fraction de l’énergie absorbé par les particules déintégrés s’appelle la vie de l’elément. La fraction non absorbé pour la vie de l’elément est attiré vers le Cosmos, retourne à lui, s’y concentre et s’y condense jusqu’à ce qu’elle puisse à nouveau être émise comme projectile lumineux pour heurter et fracasser d’autres atomes, créant ainsi de nouvelles particules qui serviront de former d’atomes d’un nouvel élément.

La création est donc perpétuelle: expansion, concentration, condensation en forme par abaissement des vibrations. Cette énergie intelligente est Dieu, commandant aux univers qui nous entourent, commandant aussi à l’univers de notre corps qui ne sont pas matériel mais spirituels.

Transmutation n’égale pas désintégration. L’intelligence suprême règle le mouvement des projectiles lumineux selon un rythme. Proportionellement à leur nombre et leur temps, très peu entre eux rencontrent des noyaux atomiques, et il le font en conformité absolue avec une loi selon laquelle aucune manifestation est déséquilibrée.

En communion avec cette intelligence suprême, l’homme peut accélerer le rythme des ses rencontres de manière à satisfaire instantanément ses besoins. Il hâte ainsi le long processus de la nature. Il n’interfère pas avec la nature, il coopère avec elle sur un rythme de vibration supérieure à celui ou elle fonctionne selon de contact matériel. « Levez vos yeux et regardez les champs, car déjà il blanchissent pour la moisson ». Tout est vibration et correspond au plan ou champ sur lequel la vibration agit.

Les plans ou champs don je parle n’ont aucun rapport avec les sphères ou coquilles concentriques qui entourent la Terre. Ces derniers sont des couches ionisées qui enveloppent la Terre et réfléchissent vers elle les vibrations qui en partent. Les couches ionisées ne gènent pas le passage des rayons de la lumière cosmique par laquelle la transmutation ou création s’effectue sans arrêt. Nos corps eux-mêmes sont transmués d’une condition inférieure à une plus haute. Nous pouvons diriger consciemment ce changement en maintenant consciemment nos pensées – donc nos corps – à l’unisson des vibrations supérieures. Quand notre corps est bien accordé, nous sommes devenus des vibrations.

C’est dans cet état, sous cette forme, que les maîtres attendent. Tel que vous êtes, vous êtes maîtres, vous avez la suprémacie sur toutes les conditions de la vie. Vous savez maintenant que la splendeur d’une création divine consciente surpasse de beaucoup toute pensée matérielle.

Les manifestations prennent la forme selon laquelle elles sont conçues en pensée, en parole ou en action, et se reproduisent conformément à votre foi. Si la pensée n’est pas bonne, changez-la, et nommez les choses, non comme elles se présentent aux sens, mais comme elles existent en esprit. (381)


(Comme un caillou, jeté dans de l’eau, crée des ondes)… « la pensé et la parole mettent en mouvement certaines vibrations qui se propagent au loin en cercles toujours grandissants jusqu’à ce qu’ils embrassent l’univers. Puis ils retournent à celui qui les a émis. Toutes nos pensés et nos paroles, bonnes ou mauvaises, reviennent à nous aussi sûrement que nous les avons émises.
Ce retour est le jour du jugement dont parle la bible: ‘Chaque jour leur sera le jour du jugement’… Toute idée devient une graine. Cette graine, l’idée est émise, planté dans l’âme (maintenue dans la pensée) et devient une conception qui se manifeste ultérieurement sous forme physique.
Toute désir exprimé sous forme parfaite se réalise… votre prière est exaucée selon votre foi… quelque soit les objets de vos désires, quand vous priez, coryez que vous les avez réçus, et vous les aurez… Si le désir n’est pas réalisé, nous saurons que nous avons demandé à faux… Vous aimerez le Seigneur, votre Dieu, de tout votre coeur, de toute votre âme, de tout votre esprit, de toute votre force, et de toute votre pensée. Maintenant descendez au plus profond de votre âme, sans préjugé, sans crainte, et sans incrédulité, avec un coeur joyeux, libre et reconnaissant, sachant que les choses dont vous avez besoin vous appartiennent déjà. » (page 150)

« En formulant votre demande, employez des mots positifs… ensuite plantez dans votre âme la graine d’idée parfaite à l’exclusion de toute autre. Demandez à manifester la santé et non être guéris de la maladie. Priez pour exprimer l’harmonie et réaliser l’abondance, et non pour être délivré de l’inharmonie, de la misère et des limitations. Rejetez les dernières comme des vieux vêtements. .. Vous pouvez vous en débarrasser joyeusement… Ensuite rapellez-vous que la parole est une graine. Il faut qu’elle croisse. Quant à saisir où, quand, et comment, c’est l’affaire de Dieu. A vous appartient seulement de dire ce qu’il vous faut, et de donner des bénédictions en sachant qu’à l’instant où vous avez demandé, vous avez reçu. » (page 151)


sun

Les Magravs

Le soleil ne vieillit jamais, le noyeau central ne meurt pas. Il accepte, absorbe, retient, consolide, puis donne naissance à l’atome. Cependdant il ne diminue jamais car il reçcoit perpétuellement et absorbe en lui-même l’équivalent de ce qu’il émet au-dehors: la régénération et la renaissance continuent donc infiniment. (310)